EnergieFocus : JERA, alliance entre TEPCO et Chubu EPCO, se lance dans l'éolien offshore, un mouvement stratégique dans la lignée de la volonté du gouvernement japonais de voir se développer ce secteurEt aussi : Nouvelle baisse du tarif d'achat pour le solaire / Appel à débat public sur le nucléaire par le président du Keidanren / Annulation d'un projet de nouvelle centrale à charbon / JXTG Holding se lance dans le négoce de gazTransportFocus : Trois aéroports japonais (Narita, Kansai et Itami) obtiennent pour la première fois le niveau 3 de l’Airport Carbon AccreditationEt aussi : Nouveau test de train automatique par JR East / Souhait de tester des systèmes de détection d'objets dangereux dans les trains / Réunion sur l'augmentation de la demande aérienne dans le Kansai / Développement d'un bateau de pêche à l'hydrogèneVilles & ConstructionFocus : Efficacité énergétique : le gouvernement japonais envisage de rendre obligatoire la conformité aux normes pour les bâtiments neufs d

Energie

  • Focus : JERA, alliance entre TEPCO et Chubu EPCO, se lance dans l'éolien offshore, un mouvement stratégique dans la lignée de la volonté du gouvernement japonais de voir se développer ce secteur
  • Et aussi : Nouvelle baisse du tarif d'achat pour le solaire / Appel à débat public sur le nucléaire par le président du Keidanren / Annulation d'un projet de nouvelle centrale à charbon / JXTG Holding se lance dans le négoce de gaz

Transport

  • Focus : Trois aéroports japonais (Narita, Kansai et Itami) obtiennent pour la première fois le niveau 3 de l’Airport Carbon Accreditation
  • Et aussi : Nouveau test de train automatique par JR East / Souhait de tester des systèmes de détection d'objets dangereux dans les trains / Réunion sur l'augmentation de la demande aérienne dans le Kansai / Développement d'un bateau de pêche à l'hydrogène

Villes & Construction

  • Focus : Efficacité énergétique : le gouvernement japonais envisage de rendre obligatoire la conformité aux normes pour les bâtiments neufs de taille moyenne à partir de 2020, et d’élargir le programme « Top Runner » pour viser 50% de logements individuels neufs efficaces à cette échéance
  • Et aussi : Contribution du Japon à la construction de villes intelligentes en ASEAN

Environnement & Climat 

  • Poursuite de la tendance au retrait des activités polluantes des maisons de commerce / Mouvements divers en faveur de la recherche et de l'adoption d'alternatives au plastique / Rétrogradation du statut de l'ibis nippon sur la Liste Rouge des espèces menacées

Énergie

JERA, alliance entre TEPCO et Chubu EPCO, se lance dans l'éolien offshore, un mouvement stratégique dans la lignée de la volonté du gouvernement japonais de voir se développer ce secteur

© Léna Bilot - TerraJERA, créée il y a 5 ans pour concentrer les activités de production d’électricité thermique de TEPCO et Chubu EPCO, se tourne désormais vers les renouvelables, suivant la dynamique des acteurs économiques et financiers japonais et internationaux vers des investissements « responsables ».

L’alliance a annoncé se lancer dans l’éolien offshore et participera aux projets Formosa 1 (Taïwan) et Gunfleet Sands (Royaume-Uni), investissant au total environ 20 Mds JPY. L’entreprise souhaite, par ces investissements, développer son savoir-faire auprès d’acteurs étrangers afin, par la suite, de développer des projets au Japon. Elle a déjà entamé la recherche d’un site adapté à l’éolien offshore en zone maritime nippone. Le consortium envisage de plus que doubler son objectif de capacité de production électrique renouvelable d’ici 2025, de 3GW à 6 – 10 GW (contre 400 MW en mars 2018).

Ce mouvement intervient alors que le gouvernement nippon souhaite voir se développer les énergies marines, en particulier l’éolien offshore. De fait, suite à la mise en place du système de tarif d'achat bonifié en 2012, le pays a connu une forte croissance de ses capacités solaires, au détriment d’autres sources d’énergies renouvelables. En matière d’éolien, les capacités existantes se trouvent par ailleurs majoritairement sur terre, alors même qu’un potentiel réel existe en mer et que plusieurs acteurs japonais ont déjà exprimé leur intérêt à s’insérer sur le marché de l’éolien offshore. TEPCO planifie ainsi de construire le plus grand champ éolien du pays au large de Choshi, dans la préfecture de Chiba.

Une loi visant à faciliter le développement de l’éolien offshore a ainsi été votée en session parlementaire extraordinaire en 2018. Jusqu’à cette loi, aucune règle uniforme n’existait et les préfectures avaient le pouvoir d’autoriser au cas par cas l’emploi de certaines zones pour une période allant de 3 à 5 ans. Le gouvernement doit désigner au moins cinq zones de promotion de l’éolien offshore, dans lesquelles des appels d’offres seront émis pour un usage exclusif du périmètre pour une durée allant jusqu’à 30 ans. La loi prévoit également un système de création de conseils dans les zones désignées afin de coordonner toutes les parties prenantes, dont les résidents et pêcheurs.

Sources : Nikkei, Nikkei, JERA, JERA, The Japan News, Yomiuri Shimbun, 28 décembre 2018, 6 et 9 janvier 2019. [Sur cette question, revoir Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Septembre 2018 (I) et Mai 2018 (II)]

Et aussi…
  • Électricité solaire : proposition d’une nouvelle baisse du tarif d’achat pour l’année fiscale 2019, (qui passerait à 14JPY/kWh, soit -4JPY/kWh ou -22% par rapport à 2018) et de l’élargissement du système d’appel d’offres aux projets supérieurs à 500 kW (contre 2MW actuellement) | Nikkei, 9 janvier 2019. [Sur cette question, revoir Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Décembre 2018 (I), Octobre 2018 (I), Septembre 2018 (II) et Septembre 2018 (I)]
  • Le président de la fédération des entreprises nippones (Keidanren) appelle à un débat public sur l’énergie nucléaire | Tokyo Shimbun, 7 janvier 2019.
  • Chugoku EPCO et JFE Steel annulent un projet de centrale à charbon à Chiba dont les travaux devaient débuter en 2020, et envisagent de transformer le projet en centrale à gaz | Nikkei, The Japan News, 28 décembre 2018 et 4 janvier 2019.
  • JXTG Holdings, plus important négociant de pétrole du Japon, se lance dans le négoce de gaz | The Japan News, 4 janvier 2019.

Transport

Trois aéroports japonais (Narita, Kansai et Itami) obtiennent pour la première fois le niveau 3 de l’Airport Carbon Accreditation

KIXTrois aéroports japonais (Narita, Kansai et Itami) ont obtenu le niveau 3 de l’Airport Carbon Accreditation, un certificat délivré par le Conseil International des Aéroports (ACI) récompensant les engagements environnementaux et climatiques des aéroports (emploi d’électricité renouvelable, introduction de LED, véhicules moins polluants, etc.).

C’est la première fois que des aéroports japonais atteignent le niveau 3, qui tient notamment compte de l’accès à l’aéroport (accessibilité en transports propres) et des appareils employés par les compagnies aériennes (avions de petite et moyenne tailles, moins énergivores).

Au niveau mondial, on compte 12 aéroports de niveau 3+ et 21 aéroports de niveau 3. L’aéroport de Kobé a quant à lui obtenu le niveau 2.

Source : Kotsu Shimbun, 20 décembre 2018.

Et aussi…

Villes & Construction

Efficacité énergétique : le gouvernement japonais envisage de rendre obligatoire la conformité aux normes pour les bâtiments neufs de taille moyenne à partir de 2020, et d’élargir le programme « Top Runner » pour viser 50% de logements individuels neufs efficaces à cette échéance

Le Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (MLIT) envisage de  rendre obligatoire pour les bâtiments neufs de taille moyenne (de 300 à 2 000m2) l’adaptation aux normes en matière d’efficacité énergétique. La proposition de loi modifiée sera soumise à la session parlementaire en 2019, pour une entrée en vigueur prévue en 2020.

Actuellement, près de 90% des bâtiments de taille moyenne et seuls 50-60% des bâtiments de petite taille répondent à ces normes. Pour ces derniers, il n’existe pas d’obligation de mise en conformité ;  les architectes doivent cependant expliquer les normes aux propriétaires. En élargissant par ailleurs le champ des entreprises faisant l’objet du programme « Top Runner » (jusqu’ici, les constructeurs de plus de 150 maisons individuelles par an), le MLIT ambitionne que 50% des logements individuels neufs soient « efficaces » en 2020.

Sources : Nikkei, Nikkei, 24 décembre 2018 et 9 janvier 2018. [Sur cette question, revoir Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Août 2018 (III) et Août 2018 (II) ; plus d'information sur le programme Top Runner dans notre étude sur les politiques de transition énergétique du Japon]

Et aussi…

  • Le Japon contribuera à la construction de villes intelligentes dans 26 régions pilotes en ASEAN | Nikkei Asian Review, 1er janvier 2019.

Environnement & Climat

  • Le Japon envisage de rétrograder l’ibis nippon du statut « Éteint à l’état sauvage » à « Espèce en danger d’extinction » sur sa Liste Rouge des espèces menacées | The Mainichi, The Japan Times, 30 décembre 2018.

Les informations présentées dans cette revue d'actualité bimensuelle sont identifiées par le Pôle Développement Durable du Service Economique Régional de l'Ambassade de France à Tokyo (Direction Générale du Trésor / Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire). Elles n'ont aucune vocation d'exhaustivité. Les avis exprimés sont les résumés des articles sources.

Adoption par le gouvernement japonais d’un plan d’adaptation aux changements climatiques

Adoption par le gouvernement japonais d’un plan d’adaptation aux changements climatiques

Le gouvernement japonais a adopté ce 27 novembre son plan d’adaptation aux changements climatiques, établi sur la base de la loi pour l’adaptation aux changements climatiques qui entrera en vigueur à compter du 1er décembre 2018. Cette loi requiert 1/ l’établissement d’un plan d’adaptation dans les différents secteurs et le développement d’une méthode de suivi et d’évaluation de son implémentation, et 2/ la réalisation d’une enquête sur les conséquences des changements climatiques tous les 5 ans.

Le plan liste ainsi les conséquences prévues des changements climatiques d’ici la fin du siècle et les mesures à mettre en œuvre pour les contrer dans 7 secteurs. Parmi celles-ci, on compte par exemple, dans le domaine de la prévention des désastres naturels, la nécessité d’aménager des digues de taille suffisante et, dans le domaine agricole, le développement et déploiement de variétés résistantes aux hautes températures (riz, clémentine, etc.) et l’introduction progressive de technologies robotiques permettant d’éviter le travail humain sous de fortes chaleurs.

Les collectivités locales doivent également promouvoir leurs propres mesures, adaptées à la situation locale.

L’évaluation des conséquences des changements climatiques sera réalisée à nouveau en 2020 pour une révision du plan autour de 2021, puis tous les 5 ans.

Sources : Ministère de l’environnement, Ministère de l’environnement, The Mainichi, Nihon Nogyo Shimbun, NHK, Jiji, 27 novembre 2018.