Environnement & ClimatFocus : Le Japon se retire de la Commission Baleinière Internationale (CBI) et relance la chasse à la baleine commercialeEt aussi : Nouveau plan d'action pour les ODDTransportFocus : L’Agence de Police Nationale publie un projet de loi modifiée pour l'introduction de la voiture autonome de niveau 3 sur les routes publiquesEt aussi : Accord en vue pour le contrôle de l'espace militaire aérien américain / Introduction de nouvelles règles sur l'alcoolémie des pilotes / Réduction de 40% du temps de trajet Tokyo-Sapporo en ShinkansenInfrastructuresFocus : Le gouvernement japonais approuve un plan d’amélioration de la résilience des infrastructures aux catastrophes naturelles de 7 Bn JPYÉnergieRachat par Hitachi de la branche Réseaux Electriques d'ABB / Intérêt de Mitsui pour un projet GNL russe / Discussions Japon-Chine sur un projet conjoint de champ gazier / Sumitomo s'allie à Engie pour l'éolien en mer en FranceEnvironnement & ClimatLe Japon se retire de la

Environnement & Climat

  • Focus : Le Japon se retire de la Commission Baleinière Internationale (CBI) et relance la chasse à la baleine commerciale
  • Et aussi : Nouveau plan d'action pour les ODD

Transport

  • Focus : L’Agence de Police Nationale publie un projet de loi modifiée pour l'introduction de la voiture autonome de niveau 3 sur les routes publiques
  • Et aussi : Accord en vue pour le contrôle de l'espace militaire aérien américain / Introduction de nouvelles règles sur l'alcoolémie des pilotes / Réduction de 40% du temps de trajet Tokyo-Sapporo en Shinkansen

Infrastructures

  • Focus : Le gouvernement japonais approuve un plan d’amélioration de la résilience des infrastructures aux catastrophes naturelles de 7 Bn JPY

Énergie

  • Rachat par Hitachi de la branche Réseaux Electriques d'ABB / Intérêt de Mitsui pour un projet GNL russe / Discussions Japon-Chine sur un projet conjoint de champ gazier / Sumitomo s'allie à Engie pour l'éolien en mer en France

Environnement & Climat

Le Japon se retire de la Commission Baleinière Internationale (CBI) et relance la chasse à la baleine commerciale

Nikkei Asian Review whalesLe gouvernement japonais a annoncé ce 26 décembre 2018 qu’il se retirerait de la Commission Baleinière Internationale (CBI) en juillet 2019. Le retrait du Japon d’une instance internationale est extrêmement rare ; cette décision intervient après le rejet en septembre dernier par la CBI de la proposition du Japon de relancer la chasse à la baleine commerciale. Le pays estime, de fait, que le stock de certaines espèces de baleine s’est suffisamment reconstitué pour en autoriser une pêche durable, et que le rejet de cette proposition démontre une absence de volonté de compromission de la part de certaines parties à la CBI et une incapacité de l’entité à établir un dialogue entre pro- et anti-chasse.

Le Japon reprendra ainsi la chasse commerciale dès juillet prochain. Celle-ci sera cependant limitée aux eaux territoriales et à la ZEE nippones – mettant fin aux expéditions baleinières japonaises dans l’Antarctique et l’Hémisphère Sud – et soumise à limitation de quotas, calculés sur la base des règles de la CBI.

Le Japon a exprimé son désir de poursuivre la coopération en matière de gestion des ressources maritimes internationales et de contribuer au maintien durable des stocks de cétacés sur la base des connaissances scientifiques disponibles, en partenariat avec les organisations internationales et notamment au travers de son engagement sous le statut d’observateur à la CBI.

Cette décision a déjà provoqué des critiques et condamnations à l’international. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont notamment exprimé leur déception face au retrait du Japon de la CBI et sa relance de la chasse commerciale, mais salué son intention de mettre fin aux expéditions dans l’Antarctique.

Sources : Nikkei Asian Review, Nikkei Asian Review, Nikkei Asian Review, The Japan News, The Japan News, The Japan News, The Japan Times, The Japan Times, The Mainichi, The Mainichi, The Asahi Shimbun, The Yomiuri Shimbun, Tokyo Shimbun, Nikkei, 20, 21, 22, 25 et 26 décembre 2018. [Sur cette question, revoir Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Novembre 2018 (I), Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Octobre 2018 (I),  Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Septembre 2018 (II) et Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Septembre 2018 (I)]

Et aussi…
  • Le gouvernement japonais fixe un nouveau plan d’action pour la réalisation des ODD | Nikkei, 20 décembre 2018.

Transport

L’Agence de Police Nationale publie un projet de loi modifiée pour l'introduction de la voiture autonome de niveau 3 sur les routes publiques

Mainichi voiture autonomeLa National Police Agency a publié ce 20 décembre 2018 un projet de modification de la loi afférente au transport routier qui sera soumis au Parlement au cours de l’année fiscale 2019.

Celui-ci vise à autoriser la circulation des voitures autonomes de niveau 3 (i.e. capables de gérer toutes les fonctions, hors situations d’urgence et conditions météo ou de route spécifiques) sur les routes publiques d’ici le premier semestre 2020. À ce jour, sont déjà autorisés à la circulation les véhicules de niveau 1 (i.e. équipés d’un système de guidage, accélération ou freinage automatique) et niveau 2 (i.e. équipés de plusieurs de ces fonctions automatiques).

Le projet indique qu’un conducteur devrait toujours être derrière le volant, mais qu’il pourrait lire, manger, faire l’usage d’un téléphone portable ou encore regarder un film lorsque la voiture conduirait de manière autonome dans certaines situations (e.g. dans les embouteillages et sur autoroute) et à condition de pouvoir reprendre la main immédiatement en cas de besoin. La consommation d’alcool resterait prohibée.

Les questions de normes de sécurité des véhicules, de mesures contre les cyber-attaques et de responsabilité en cas d’accident demeurent sujettes à débat.

Sources : Nikkei, The Mainichi, The Japan News, The Asahi Shimbun, The Yomiuri Shimbun, Sankei, Tokyo Shimbun, 20 et 21 décembre 2018.

Et aussi…

Infrastructures

Le gouvernement japonais approuve un plan d’amélioration de la résilience des infrastructures aux catastrophes naturelles de 7 Bn JPY

Après la série de catastrophes naturelles ayant frappé le pays cette année, le gouvernement japonais a annoncé avoir approuvé un plan de 7 Bn JPY (environ 55 Mds EUR) pour l’amélioration de la résilience des infrastructures clés du pays.

Le plan, constitué de 160 points, devrait être implémenté en mars 2021. Les digues de 120 rivières seront renforcées pour prévenir les inondations, les systèmes électriques des terminaux aéroportuaires seront améliorés et les murs de bétons dans les écoles seront détruits ou renforcés de mesures antisismiques.

Afin de prévenir les coupures de courant à grande échelle, le gouvernement soutiendra également l’introduction d’installations de productions électriques et systèmes d’économie de puissance privés.

Source : The Mainichi, 14 décembre 2018. [Sur cette question, revoir Actualités Japon - Énergie, Environnement, Transport, Construction - Novembre 2018 (I)]

Énergie

Les informations présentées dans cette revue d'actualité bimensuelle sont identifiées par le Pôle Développement Durable du Service Economique Régional de l'Ambassade de France à Tokyo (Direction Générale du Trésor / Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire). Elles n'ont aucune vocation d'exhaustivité. Les avis exprimés sont les résumés des articles sources.

Adoption par le gouvernement japonais d’un plan d’adaptation aux changements climatiques

Adoption par le gouvernement japonais d’un plan d’adaptation aux changements climatiques

Le gouvernement japonais a adopté ce 27 novembre son plan d’adaptation aux changements climatiques, établi sur la base de la loi pour l’adaptation aux changements climatiques qui entrera en vigueur à compter du 1er décembre 2018. Cette loi requiert 1/ l’établissement d’un plan d’adaptation dans les différents secteurs et le développement d’une méthode de suivi et d’évaluation de son implémentation, et 2/ la réalisation d’une enquête sur les conséquences des changements climatiques tous les 5 ans.

Le plan liste ainsi les conséquences prévues des changements climatiques d’ici la fin du siècle et les mesures à mettre en œuvre pour les contrer dans 7 secteurs. Parmi celles-ci, on compte par exemple, dans le domaine de la prévention des désastres naturels, la nécessité d’aménager des digues de taille suffisante et, dans le domaine agricole, le développement et déploiement de variétés résistantes aux hautes températures (riz, clémentine, etc.) et l’introduction progressive de technologies robotiques permettant d’éviter le travail humain sous de fortes chaleurs.

Les collectivités locales doivent également promouvoir leurs propres mesures, adaptées à la situation locale.

L’évaluation des conséquences des changements climatiques sera réalisée à nouveau en 2020 pour une révision du plan autour de 2021, puis tous les 5 ans.

Sources : Ministère de l’environnement, Ministère de l’environnement, The Mainichi, Nihon Nogyo Shimbun, NHK, Jiji, 27 novembre 2018.