Les directions de l'aviation civile du Japon et de la France se rencontrent régulièrement dans le cadre d'un accord bilatéral signé en 2014. L'objectif est d'échanger des informations sur nos politiques respectives de transport aérien, en particulier sur les questions de sécurité, de navigation aérienne et de protection de l'environnement. La dernière rencontre s'est déroulée à Paris et Toulouse, du 19 au 22 février 2019. Outre les sujets classiques, la DGAC (France - Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire) et le JCAB (Japon - Ministry of Land, Infrastructures and Transport) ont également échangé sur les nouvelles mobilités aériennes urbaines. Pour la première fois, des entreprises étaient directement associées à ces rencontres, contribuant à renforcer les liens industriels franco-japonais.En matière de sûreté de l'aviation civile, les experts ont échangé sur les dispositifs de détection mis en place dans les aéroports, sur la problématique de l'intrusion malveillante d

Les directions de l'aviation civile du Japon et de la France se rencontrent régulièrement dans le cadre d'un accord bilatéral signé en 2014. L'objectif est d'échanger des informations sur nos politiques respectives de transport aérien, en particulier sur les questions de sécurité, de navigation aérienne et de protection de l'environnement. La dernière rencontre s'est déroulée à Paris et Toulouse, du 19 au 22 février 2019. Outre les sujets classiques, la DGAC (France - Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire) et le JCAB (Japon - Ministry of Land, Infrastructures and Transport) ont également échangé sur les nouvelles mobilités aériennes urbaines. Pour la première fois, des entreprises étaient directement associées à ces rencontres, contribuant à renforcer les liens industriels franco-japonais.

En matière de sûreté de l'aviation civile, les experts ont échangé sur les dispositifs de détection mis en place dans les aéroports, sur la problématique de l'intrusion malveillante de drones et sur la cybersécurité dans le transport aérien. La DGAC et le JCAB ont convenu d'approfondir le partage d'information sur la sûreté aéroportuaire dans le contexte des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et Paris 2024.

Les nouvelles mobilités aériennes urbaines, concept allant des drones civils (exemple : drones de livraison) aux voitures volantes, ont fait l'objet de présentations des deux administrations, complétées d'une visite de l'entreprise Thalès qui a présenté ses solutions en la matière.

Décollage d'un avion

Visites de sites et échanges avec les entreprises

Pour la première fois dans le cadre de ce dialogue entre la DGAC et le JCAB, un Business Workshop était organisé, afin de permettre aux entreprises françaises et japonaises intéressées de présenter leurs domaines d'expertises en matière de gestion du transport aérien. Six entreprises ont ainsi prendre part à cet atelier, présentant des innovations telles que les dispositifs d'identification des phénomènes météorologiques à l'échelle aéroportuaire, de nouveaux systèmes de gestion des mouvements des aéronefs sur les aéroports, ou encore les solutions de lutte contre l'usage illicite de drones. L'association française Proavia, qui regroupe sous tutelle de la DGAC toutes les entreprises françaises dans le domaine des équipements aéroportuaires, participait également à cette session.

Les réunions étaient complétées de nombreuses visites de sites, permettant à la délégation de l'aviation civile japonaise d'accéder à une vision plus concrète du savoir-faire français en matière de transport aérien. Outre Thalès, la délégation japonaise a ainsi bénéficié d'une visite organisée par la DGAC à l'aéroport Charles-de-Gaulle, opéré par Groupe ADP. L'entreprise est actuellement en lice, au sein d'un consortium franco-japonais, pour l'obtention de la concession groupée de 7 aéroports de la région de Hokkaido, au nord du Japon. Le Service Technique de l'Aviation Civile (STAC) a présenté au JCAB ses laboratoires de tests des équipements de sûreté et des revêtements de pistes.

La DGAC et le JCAB se sont ensuite rendus à Toulouse, où elles ont été accueillies à l'Ecole Nationale de l'Aviation Civile (ENAC) ; appréciant l'envergure internationale des activités de coopération de l'école, le JCAB a proposé d'étudier des pistes de coopération ENAC/JCAB dans le sud-est asiatique. Toujours à Toulouse, la délégation japonaise a pu échanger avec les experts d'Airbus sur les questions de gestion du trafic aérien, et visiter la ligne finale d'assemblage d'Airbus. En 2019, Airbus procède à d'importantes livraisons aux compagnies japonaises ANA (appareils A380) et JAL (appareils A350).

Renforcement des échanges franco-japonais sur les transports

Les rencontres annuelles entre la DGAC et le JCAB sont complémentaires des rencontres DGAC/METI pour la coopération industrielle aéronautique civile : le JCAB est rattaché au ministère des transports japonais (MLIT) et est responsable des réglementations du transport aérien, tandis que le METI est en charge de la politique industrielle notamment en matière d'aéronautique. La DGAC et le METI, accompagnés de nombreuses entreprises, s'étaient rencontrés à Toulouse début décembre 2018, en parallèle du salon Aeromart.

La France et le Japon renforcent par ailleurs leurs liens dans le domaine de la mobilité terrestre, avec un projet d'accord de coopération "Mobilité durable et numérique" et un premier séminaire technique dédié au véhicule autonome, qui s'est tenu à Paris en novembre 2018. Enfin, les questions de transport maritime pourraient faire l'objet de développements dans le cadre du dialogue maritime global lancé entre la France et le Japon en 2019.

Compte-rendu réalisé avec la contribution de Jacques Weyant, DGAC.