Analyses sectorielles

Les évolutions législatives en matière de climat en Afrique du Sud

L’adoption récente de plusieurs textes à visée climatique est un signe encourageant : fiscalité carbone, évolution du mix énergétique, stratégie bas carbone, plan adaptation. 2021 sera de nouveau une année cruciale avec la présentation de la Climate bill et de la NDC devant le Parlement, qui mettront l’Afrique du sud sur la voie d’une neutralité carbone.

15 janvier 2021

Les enjeux climatiques en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud dispose de l’économie la plus intense en carbone du G20 en raison de sa forte dépendance au charbon. Le cœur de l’action climatique est donc la transition énergétique, qui suscite pourtant d’importantes réticences en raison de son impact sur l’emploi. Le défi central est celui d’une transition juste et inclusive.

15 décembre 2020

Le secteur de la biodiversité en Afrique du Sud : enjeux et perspectives économiques

La biodiversité fournit plus 400 000 emplois et génère un revenu de 31 Mds ZAR par an (environ 1,6 Md EUR). Il s’agit d’un domaine dans lequel l’Afrique du Sud dispose d’un haut niveau de compétence et d’une expertise internationalement reconnue. Malgré la pandémie, plusieurs secteurs liés à la biodiversité peuvent présenter des perspectives de croissance : le tourisme basé sur la biodiversité, ainsi que les technologies liées à la lutte contre le braconnage.

15 octobre 2020

La gestion de l'eau en Afrique du Sud

En Afrique du Sud, l’eau est une ressource insuffisante et les fréquents épisodes de stress hydrique sont accentués par sa gestion non-optimale. Le déficit d’assainissement engendre une pollution des zones hydriques naturelles et participe de la dégradation généralisée de la qualité des eaux. Par ailleurs, sa gestion, qui relève d’un partage de compétences entre les échelons national et local, est rendue complexe par la superposition d’acteurs étatiques, municipaux et issus de la société civile. Le National Water & Sanitation Master Plan a pour but de simplifier ces processus en dessinant une nouvelle stratégie hydrique sud-africaine (horizon 2030).

15 septembre 2020

Situation de PRASA: "mise sous administration"

 Le ministre des Transports, Fikile Mbalula, a annoncé le 9 décembre dernier la mise sous administration de PRASA (Passenger Rail Agency of South Africa). La dissolution du conseil d’administration (CA) par intérim avec effet immédiat a été suivie de la nomination de Bongisizwe Mpondo en qualité d’administrateur. Ce dernier a siégé aux CA des compagnies aériennes South African Airways et South African Express.

Pour mémoire, PRASA est au cœur de la chaîne de valeur des transports publics en Afrique du Sud. Le train est le principal moyen de transport des migrations pendulaires. Plus de 2,5 millions de personnes l’empruntent chaque jour dans les régions du Gauteng, Western Cape et KwaZulu-Natal.

La mise sous administration est en réalité un processus de sauvetage qui, s’il échoue, entraîne une liquidation. Elle prévoit la gestion de la dette de l'entreprise, la restructuration et la réorganisation des contrats afin de permettre à l'entreprise de continuer à fonctionner sur une base solvable plutôt que de vendre tous ses actifs. L’entreprise est protégée des actions de ses créanciers jusqu’au terme du processus de restructuration.

16 décembre 2019

SA SME Fund

 Le Fonds SA SME Fund a été lancé en 2015 par des membres du CEO Initiative (notamment le CEO de Discovery, Adrian Gore, et l'ancien Président de Bidvest, Brian Joffe) et le gouvernement pour adresser certains des défis les plus pressants pour la croissance économique du pays.

29 novembre 2019

 La stratégie énergétique nationale (IRP 2019)

Le Ministre sud-africain des Ressources Minières et de l'Energie a annoncé, le 18 octobre dernier, la stratégie énergétique nationale ("Integrated Resource Plan-IRP") visant à définir un scénario de production de l'électricité dans le pays jusqu'en 2030. D'ici à cette date, le mix énergétique retenu réduit la part du charbon, qui est néanmoins appelé à demeurer la principale source d'énergie, augmente la part des renouvelables et maintient le nucléaire à son niveau actuel, tout en prévoyant la possibilité d'engager un programme de développement nucléaire pour une mise en service après 2030. L'accent est mis sur les énergies renouvelables (éolien, solaire), tandis que l'apport du secteur hydro-électrique resterait minimal. L'adoption de l'IRP met fin à une longue période d'incertitudes politique et réglementaire sur ce dossier.  

11 novembre 2019

Le plan de restructuration d'Eskom

Le ministre sud-africain des Entreprises Publiques, M. Pravin Gordhan, a dévoilé le 29 octobre dernier, la feuille de route gouvernementale pour la restructuration de l'opérateur public d'électricité Eskom, en très grande difficulté financière. Ce plan prévoit une réorganisation de la gouvernance et un nouveau modèle économique, en séparant Eskom en trois entités distinctes de production, transmission et distribution. Les mesures concrètes pour aider Eskom à faire face à la charge de sa dette sont néanmoins remises à plus tard, probablement à l'occasion de la présentation du budget 2020, faute d'un consensus politique au sein du gouvernement pour engager les mesures nécessaires, mais politiquement et socialement sensibles.

7 novembre 2019

 

Publié le