Relations bilatérales

Les relations commerciales bilatérales entre la France et la Chine sont intenses et dynamiques. Le Dialogue économique et financier franco-chinois de haut-niveau constitue la principale instance d’échanges sur les relations économiques bilatérales. Il se tient tous les ans, alternativement en France et en Chine, entre le ministre français de l’Economie et des Finances et un vice-Premier ministre chinois. A ce Dialogue de haut-niveau s’ajoute la Commission mixte pour le Commerce et Investissements, instance de discussions avec le ministère chinois du Commerce.

Les échanges commerciaux entre la France et la Chine (71 Mds EUR en 2018) sont composés pour plus de 70 % d’exportations de biens chinois (50 Mds EUR contre 21 Mds EUR d’exportations françaises vers la Chine). Le déficit bilatéral est de 29 Mds EUR, soit près de la moitié du déficit commercial global de la France.

La Chine est le 2e fournisseur de la France. Malgré les efforts chinois de montée en gamme, les exportations chinoises de biens demeurent majoritairement composées de produits chinois à faible valeur ajoutée locale (produits informatiques, électroniques et optiques, produits textiles, d’habillement, cuir et chaussures et équipements électriques et ménagers).

La Chine est le 7e client de la France. Les exportations françaises de biens sont avant tout composées de matériel aérospatial (40 % du total), d’équipements mécaniques, machines industrielles et matériel électronique (17 %) mais aussi de biens de consommation à destination de la classe moyenne chinoise émergente : produits de santé (5 %), parfums, chimie et cosmétiques (11 %), produits agricoles et agroalimentaires (11 % dont la moitié de vins et spiritueux), et industrie automobile dans une moindre mesure.

La France est le 2e fournisseur européen de la Chine, loin derrière l’Allemagne (1,5 % de part de marché pour la France contre 5 % pour l’Allemagne). Nos entreprises sont notamment bien positionnées dans un certain nombre de secteurs : 1er fournisseur de vins et spiritueux; 2e fournisseur de biens aéronautiques ; 3e fournisseur de produits pharmaceutiques et de cosmétiques.

Après avoir connu une augmentation importante en 2017 (+18 %), les exportations françaises vers la Chine ont continué de croître rapidement en 2018 (+11 %), bien plus rapidement que le total des exportations françaises (+3,8 %).

Les importations françaises de biens chinois, après avoir augmenté de 6 % en 2017, ont connu une légère progression en 2018 (+1,5 %).

Les investissements croisés France-Chine ont, ces dernières années, connu une augmentation forte et dissymétrique. Le stock des IDE français en Chine (26 Mds EUR en 2017 selon la Banque de France) est supérieur au stock des IDE chinois en France (10 Mds EUR, en incluant Hong Kong), mais les flux d’investissements chinois sont les plus dynamiques.  Les investissements chinois à l’étranger ont connu récemment une progression fulgurante. Néanmoins, en 2017, en conséquence des mesures visant à contrôler les sorties de capitaux et à encadrer la politique d’investissement à l’international des groupes chinois, une réduction de moitié des flux sortants d’IDE a pu être observée selon la Banque populaire de Chine (PBoC). Cette baisse s’est poursuivie en 2018, avec un nouveau repli des IDE sortants de 6 %.

La présence française en Chine est ancienne ; les entreprises françaises s’y sont très tôt impliquées dans des projets emblématiques (construction de la centrale nucléaire de Daya Bay par EDF initiée en 1994). Aujourd’hui, près de 2 100 entreprises françaises, essentiellement des grands groupes, sont présentes en Chine, et emploient plus de 480 000 personnes (chiffres OFATS/Eurostat).

Par ailleurs, les investisseurs français ne bénéficient pas du même niveau d’ouverture en Chine que leurs homologues chinois sur le marché français. La France soutient la conclusion rapide d’un Accord UE-Chine sur les Investissements équilibré et ambitieux, qui inclurait non seulement la protection des investissements mais aussi des dispositions en matière d’accès au marché.

 

* Pour un suivi plus assidu de la politique de commerce et d’investissements chinoise et des relations commerciales bilatérales, nous vous invitons à vous abonner à nos publications régulières ou à consulter nos productions plus approfondies.

Publié le