ACTUALITES ECONOMIQUESJAPON COREE Semaines des 11 et 18 juin 2018  Sommaire JaponEvolutions macroéconomiquesRelations commerciales et multilatéralesEntreprisesCoréeEvolutions macroéconomiquesEntreprisesJapon1. Evolutions macroéconomiquesLe plan de politique économique et fiscale du gouvernement pour l’année 2018 a été approuvé par le Cabinet Office le vendredi 15 juin, confirmant et synthétisant les différentes annonces faites au cours du 1er semestre 2018 :Augmenter la taxe sur la consommation de 8 à 10% au 1er octobre 2019Instaurer l’éducation gratuite pour les enfants de 0 à 2 ans issus des ménages défavorisés, et de tous les enfants de 3 à 5 ans à partir du 1er octobre 2019 (financé par le relèvement de la taxe sur la consommation)Introduire des mesures fiscales extraordinaires visant à amortir l’effet de la hausse de taxe et de l’après-JO 2020 sur la demande domestiqueNouvelles mesures en faveur de l’entrée de travailleurs étrangers pour les secteurs faisant fac

 

ACTUALITES ECONOMIQUES

JAPON COREE

Semaines des 11 et 18 juin 2018

 jpkr

Sommaire

 

Japon
  1. Evolutions macroéconomiques
  2. Relations commerciales et multilatérales
  3. Entreprises
Corée
  1. Evolutions macroéconomiques
  2. Entreprises

Japon

1. Evolutions macroéconomiques

Le plan de politique économique et fiscale du gouvernement pour l’année 2018 a été approuvé par le Cabinet Office le vendredi 15 juin, confirmant et synthétisant les différentes annonces faites au cours du 1er semestre 2018 :

  • Augmenter la taxe sur la consommation de 8 à 10% au 1er octobre 2019
  • Instaurer l’éducation gratuite pour les enfants de 0 à 2 ans issus des ménages défavorisés, et de tous les enfants de 3 à 5 ans à partir du 1er octobre 2019 (financé par le relèvement de la taxe sur la consommation)
  • Introduire des mesures fiscales extraordinaires visant à amortir l’effet de la hausse de taxe et de l’après-JO 2020 sur la demande domestique
  • Nouvelles mesures en faveur de l’entrée de travailleurs étrangers pour les secteurs faisant face à des pénuries sévères de main d’œuvre
  • Atteindre un équilibre de la balance primaire en 2025, cible repoussée de 5 ans

Sources : Prime Minister Statement, Abenomics by JapanGov mis à jour en juin 2018

 

jrJapan Post* et Japan Railway (JR East) ont annoncé la conclusion d’un accord visant à revitaliser les zones rurales et périphériques au déclin démographique en fusionnant la gestion des stations de train locales avec celle des guichets de poste. Selon cet accord, Japan Post délocalisera ses bureaux de poste dans les locaux de JR East. Les deux entreprises veulent également créer un nouveau guichet dans les centres commerciaux de ces stations qui sera spécialisé dans les produits financiers et d’assurance délivrés par Japan Post. Certains services administratifs pourvus par les autorités locales pourront également être centralisés dans les stations. L’objectif est d’augmenter le flux de voyageurs dans les stations, et de capter notamment la clientèle de salary-men dont les horaires de travail ne laissent que peu d’opportunités de fréquenter les bureaux de poste traditionnels. Japan Post réfléchit aussi à développer un service d’acheminement des récoltes agricoles depuis les petites gares jusqu’aux stations de Shinkansen les plus proches.

Source : The Mainichi *Conglomérat japonais assurant des activités de service postal, bancaire, financier et d’assurance

 

2. Relations commerciales et multilatérales

USLes Etats -Unis ont publié le 20 juin une liste exemptant plusieurs produits importés du Japon et de 4 autres pays (Chine, Allemagne, Belgique et Suède) du nouveau tarif sur l’acier. Le droit de douane de 25% pour les produits d’acier importés aux Etats-Unis ne s’appliquera pas pour sept entreprises basées sur le territoire américain après que le Département du Commerce des Etats-Unis ait approuvé 42 des 98 premières « demandes d’exclusion » étudiées, sur plus de 20 000 reçues. Selon la presse japonaise et une conférence du ministre de l’économie M. Seko (uniquement en japonais) deux tiers des produits exemptés (en termes de volume) par la liste seraient des produits importés du Japon. Cette liste concerne sept entreprises dont quatre entreprises japonaises : Hitachi metals (produits en acier inoxydable achetés par l’entreprise américaine Schick Manufacturing), JFE Steel Corp. (feuilles d’acier utilisées dans la production de la compagnie américaine PolyVision Corp.), produits de Nachi America (filiale américaine du japonais Nachi-Fujikoshi Corp. spécialisé dans les lames en métal, les machines et  les robots) et les composants automobiles de Nippon Leakless Corp. (dont la filiale américaine importe du Japon des composants utilisés dans la production des automobiles Honda). Source : The Mainichi, Sankei, Nikkei

 

3. Entreprises

Les grands groupes japonais entreprennent des réformes à la suite de la publication du « code de gouvernance des entreprises » par le TSE (Tokyo Stock Exchange) en juin 2018. Bien que juridiquement non contraignant, ce code, publié pour la première fois en 2015, oblige néanmoins les entreprises cotées à faire, chaque année, un rapport sur leurs avancées et à justifier le non-respect de ces dispositions. Cette nouvelle version introduit de nouveaux principes directeurs notamment : la diminution des participations croisées entre les entreprises et leurs banques et partenaires commerciaux, le renforcement de la transparence dans les processus de nomination des PDG, la nécessité de tenir compte de l’expérience internationale lors de la nomination des membres du conseil d’administration et de féminiser ces derniers. Plusieurs entreprises japonaises ont d’ores et déjà pris des mesures en ce sens : 70% des grands groupes devraient avoir au moins un directeur femme ou étranger après les réunions des conseils d’administration du mois de juin (notamment Sony, Daikin Industries, Panasonic ou encore Kawasaki Heavy Industries) ; Shiseido et Nippon Gas vont diminuer les participations croisées avec les institutions financières, et Toyota prévoit de réduire le nombre de conseillers auprès du conseil d’administration de 60 à 9 (supprimant ainsi des postes essentiellement tenus par des anciens présidents ou exécutifs). Sources : JPXNikkeiNikkei

 

robotLes fabricants japonais de robots industriels tels que Fanuc et Yaskawa Electric continuent de dépasser leurs concurrents européens en termes de marge bénéficiaire nette. Les deux entreprises japonaises ainsi que le suisse ABB et l’allemand Kuka détiennent à eux 4 plus de 50% du marché mondial de robots industriels. Les bénéfices nets de Fanuc et Yaskawa devraient atteindre cette année respectivement 24% et 10% alors que ceux de ABB et Kuka atteindraient uniquement 7% et 4%. Selon certains experts, la production locale des composants de base utilisés dans la fabrication des robots et l’automatisation de la production (notamment chez Fanuc) contribuent à la grande profitabilité des entreprises japonaises. De même, le positionnement important des japonais sur le marché chinois leur permet de dégager des marges considérables : le marché chinois constituait 22% des ventes de Yaskawa en 2017 (+6% par rapport en 2016). Source : Nikkei

 

Dans le cadre de la promotion des Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU, le gouvernement japonais a sélectionné les meilleurs projets de villes durables du pays. Sur les 29 villes sélectionnées, dont Niseko et Toyama, les 10 villes affichant les engagements les plus ambitieux recevront une subvention d’un montant maximum de 40 millions JPY/an (environ 300 000 euros). Par ailleurs, le gouvernement japonais a élargi son Plan d’Action 2018 sur les ODD, visant notamment l’exportation de technologies japonaises dans les pays tiers, dans les domaines de l’assainissement des eaux usées ou la distribution des produits agricoles par exemple, pour l’augmentation des revenus des agriculteurs. Source : Nikkei

Corée

1. Evolutions macroéconomiques et financières

bokLa Banque de Corée pourrait relever son taux d’intérêt directeur si le pays atteint ses objectifs d’inflation et de croissance. Selon le gouverneur de la Banque de Corée, la politique monétaire accommodante devra être ajustée si la cible d’inflation est atteinte et si la croissance économique continue de suivre le taux de croissance potentiel. La BOK semble ainsi envisager une hausse des taux d’intérêts. Malgré un marché du travail relativement morose avec des chiffres de création d’emplois en ralentissement, les analystes sont confiants dans les fondamentaux économiques du pays. L’agence Moody’s a par ailleurs renouvelé sa notation Aa2 à la Corée. Cependant, depuis la hausse des taux de la FED à 2%, le won s’est rapidement déprécié face au dollar dépassant la barre des 1100 KRW pour 1 USD. Suite à cette annonce, la valeur du KOSPI a également baissé de 1,52% en un jour, atteignant son niveau le plus bas depuis 9 mois. Source : Korea Joongang Daily

 

2. Entreprises

Le gouvernement accorde un sursis de 2 ans aux PME, pour le paiement de leurs impôts, dans les régions touchées par le ralentissement de la construction navale et de l’automobile. Selon le ministère de la stratégie et des finances, les PME situées dans des « zones de crises » et ayant souffert de « pertes sévères » pourront bénéficier de 2 ans de reports d’impôts et de 2 ans de sursis sur l’hypothèque de leurs biens si celles-ci ne parviennent pas à rembourser leurs dettes. Cependant certains experts souhaitent que le gouvernement trouve des mesures pérennes notamment au regard l’augmentation des coûts de la main d’œuvre liée aux politiques du nouveau gouvernement. Source : Korea Joongang Daily

 

sk52Le gouvernement va accorder aux conglomérats, 6 mois supplémentaires à compter du 1er juillet, pour mettre en place la semaine de 52 heures. En écartant pour 6 mois, toute sanction pour non-conformité, les autorités souhaitent assurer une transition en douceur aux entreprises. Cette mesure, qui ne s’applique aujourd’hui qu’aux grands groupes, devrait être étendue aux PME en 2020 ou 2021. L’objectif du gouvernement est d’améliorer la qualité de vie des salariés et d’encourager la création d’emplois. Selon la Korea Economic Research Institute, pour maintenir le même niveau de production, les entreprises devraient employer 266 000 salariés supplémentaires. De nombreuses sociétés se plaignent toutefois du coût de cette mesure, mise en place peu après la hausse du salaire minimum de 16,4% au début de l’année. Source : Korea Joongang Daily

 

Les informations présentées dans cette revue d'actualité bimensuelle sont identifiées par le SER de Tokyo et le SE de Séoul. Elles n'ont aucune vocation d'exhaustivité. Les avis exprimés sont les résumés des articles sources.

Vous pouvez aussi suivre le SER de Tokyo sur Twitter.