La série des Documents de Travail présente des travaux menés au sein de la DG Trésor, diffusés dans le but d’éclairer et stimuler le débat public. Ces travaux n’engagent que leurs auteurs.Le « quatrième pouvoir », selon l’expression de Tocqueville, est en France l’objet de toutes les attentions du pouvoir politique. En témoigne notamment l’abondante production de rapports officiels qui lui sont consacrés depuis des décennies, parfois, comme en 2008, au rythme de plusieurs par an, ainsi que l’importance et le nombre des aides publiques au secteur. Pour un chiffre d’affaires d’environ 10,5 milliards d’euros, les aides publiques directes et indirectes sont généralement évaluées à plus de 1,2 milliard d’euros (cf. annexe A).Malgré l’ampleur des aides publiques, le secteur de la presse, en particulier la presse quotidienne, connaît une crise structurelle depuis des années. Traditionnellement, le responsable désigné est une structure de coûts déséquilibrée, caractérisée en particulier

La série des Documents de Travail présente des travaux menés au sein de la DG Trésor, diffusés dans le but d’éclairer et stimuler le débat public. Ces travaux n’engagent que leurs auteurs.

Le « quatrième pouvoir », selon l’expression de Tocqueville, est en France l’objet de toutes les attentions du pouvoir politique. En témoigne notamment l’abondante production de rapports officiels qui lui sont consacrés depuis des décennies, parfois, comme en 2008, au rythme de plusieurs par an, ainsi que l’importance et le nombre des aides publiques au secteur. Pour un chiffre d’affaires d’environ 10,5 milliards d’euros, les aides publiques directes et indirectes sont généralement évaluées à plus de 1,2 milliard d’euros (cf. annexe A).

Malgré l’ampleur des aides publiques, le secteur de la presse, en particulier la presse quotidienne, connaît une crise structurelle depuis des années. Traditionnellement, le responsable désigné est une structure de coûts déséquilibrée, caractérisée en particulier par de forts coûts d’impression et de distribution, mais la crise est plus profonde. Sont venues s’ajouter plus récemment la concurrence de l’information en ligne et les transformations du marché (poursuite de l’essor de la presse magazine, développement des quotidiens gratuits), qui se retrouvent ailleurs dans le monde. Ces nouvelles évolutions introduisent de nouveaux défis. Enfin, la faiblesse conjoncturelle du marché de la publicité en une période de retournement de la conjoncture économique aggrave à court terme les problèmes d’un secteur déjà fragile et déjà fortement aidé par les pouvoirs publics.