Singapour en bref

Situation économique et financière

Petit pays, dépourvu de ressources naturelles, classé parmi les quatre « dragons » asiatiques, Singapour se caractérise par l’un des PIB par habitant les plus élevés au monde (58 483 USD en 2020 selon le FMI). Singapour a profité de son emplacement stratégique, à la pointe du détroit de Malacca, au cœur de l’Asie du Sud-Est, pour développer ses activités commerciales (2ème port de commerce mondial), industrielles (21 % du PIB en 2019) et financières (6ème place financière mondiale), et devenir la plaque tournante de la région.

Le modèle économique repose sur une forte ouverture au commerce international et aux investissements étrangers, avec un environnement des affaires très attractif. La stratégie économique proactive du gouvernement vise à organiser la montée en gamme de l’industrie et des services en attirant i) le com merce (160 % du PIB), ii) les investissements étrangers (stock d’IDE à 410 % du PIB) et iii) la main d’œuvre étrangère (40 % de la population active). Son cadre règlementaire et fiscal attractif en fait une place de choix pour les sièges d’entreprises dans la région : 40 000 entreprises internationales, dont 7 000 multinationales, y disposent aujourd’hui de leur siège régional ou mondial.

L’économie repose aujourd’hui principalement sur trois secteurs : i) les activités financières, d’assurance et de services aux entreprises (29 % du PIB en 2019), ii) les activités de commerce et de logistique (24 % du PIB), iii) l’industrie manufacturière (21 % du PIB), spécialisée dans l’électronique, le biomédical, l’ingénierie de précision et la chimie – dont pétrochimie. Singapour cherche aujourd’hui à s’établir en hub régional dans différents domaines d’avenir, notamment les fintechs, les technologies médicales et l’agrifood tech.

En savoir plus : Situation économique et financière de Singapour (mai 2020)

 

Commerce extérieur de Singapour

En 2020, les échanges commerciaux (biens et services) de Singapour ont reculé de 4,34 % par rapport à 2019 dans le contexte de crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Ils restent cependant conséquents, à 1094 Mds USD soit plus de 340 % de son PIB. Les exportations s’affichent en recul (–6,56 %, après -2,1 % en 2018) – imputable à la chute dans les exportations de pétrole et de produits chimiques dans une moindre mesure – comme les importations (–10,6 %, après -1,2 % en 2019) – entrainées à la baisse par la chute des importations de pétrole et des articles manufacturés. Singapour continue toutefois de dégager un excédent commercial, de 62,1Mds USD (après 37 Mds USD en 2019) soit environ 18,3 % de son PIB. Pour les biens, les principaux partenaires commerciaux de Singapour restent l’ASEAN, la Chine, les Etats-Unis et l’Union européenne.

En savoir plus : Le commerce extérieur de Singapour en 2019 (mars 2020)

 

Commerce bilatéral France-Singapour

En 2020, nos échanges de biens avec Singapour ont reculé de 24,7 % par rapport à 2019, à 9,1 Mds EUR. Cette baisse résulte directement de la chute du commerce international en 2020 à la suite de la pandémie de Covid-19. Les exportations vers Singapour sont en forte baisse (- 18,9 %, à 7,0 Mds EUR), tout comme nos importations (- 38,9 %, à 2,1 Mds EUR) en provenance de la cité-Etat. Notre excédent commercial avec Singapour diminue à 4,8 Mds EUR en 2020, après 5,2 Mds EUR en 2019. Singapour reste notre deuxième excédent bilatéral sur la période par son montant, derrière le Royaume-Uni. La décomposition de nos échanges en 2020 confirme la spécialisation de notre commerce dans la région : les exportations sont dominées par le secteur aéronautique et spatial, les produits de luxe (maroquinerie, parfums et cosmétiques) et les boissons (vins et alcools), auxquels il faut ajouter les produits informatiques et électroniques, tandis que nos importations sont portées par les produits aéronautiques (en forte baisse en 2020), pétroliers, pharmaceutiques et informatiques.

En savoir plus : Le commerce franco-singapourien en 2019 (février 2020)

 

Investissements bilatéraux

Singapour concentre plus des deux tiers des investissements français en Asie du Sud Est avec un stock de 9,0 Mds EUR d’IDE en 2018, en baisse de 5,4 % par rapport à 2017, et de près de 20 % depuis le point haut de 2015 (11,1 Mds EUR), les investissements français à Singapour demeurent toutefois largement supérieurs à ceux observés dans les autres pays de l’ASEAN, notamment en Malaisie (1,1 Md EUR), en Thaïlande (762 M EUR), ou au Vietnam (671 M EUR). D’après le Département singapourien des statistiques, la France est le 22ème pays investisseur à Singapour et le 8ème investisseur européen, représentant 1,0 % du stock d’IDE en 2017.

En savoir plus : Présence française à Singapour et investissements bilatéraux (juin 2019)

 

Indicateurs

Publié le