MexiqueRelations États-Unis / Mexique Au cours des deux premiers mois de 2019, le Mexique a été pour la première fois de son histoire le principal partenaire commercial des États-Unis. La valeur des exportations et des importations entre les deux pays s'est élevée à 97 Mds USD, représentant 15% du commerce total des Etats-Unis.Selon l’International Trade Commission (ITC) des Etats-Unis, le T-MEC entraînerait une augmentation du flux des exportations du Mexique vers les États-Unis de 3,8% (pour atteindre 12,4 Mds USD), tandis que les exportations américaines au Mexique augmenteraient de 6,7%.Selon la même étude de l’ITC, la réforme de la législation du travail imposée par le T-MEC, en particulier concernant la négociation collective, permettrait d’augmenter le salaire des employés syndiqués de 17,2% au Mexique. Plus de 80 membres démocrates du Congrès ont envoyé une lettre au représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, indiquant que le Mexique devait approuver et mettre en œu

Mexique

Relations États-Unis / Mexique 
  • Au cours des deux premiers mois de 2019, le Mexique a été pour la première fois de son histoire le principal partenaire commercial des États-Unis. La valeur des exportations et des importations entre les deux pays s'est élevée à 97 Mds USD, représentant 15% du commerce total des Etats-Unis.
  • Selon l’International Trade Commission (ITC) des Etats-Unis, le T-MEC entraînerait une augmentation du flux des exportations du Mexique vers les États-Unis de 3,8% (pour atteindre 12,4 Mds USD), tandis que les exportations américaines au Mexique augmenteraient de 6,7%.
  • Selon la même étude de l’ITC, la réforme de la législation du travail imposée par le T-MEC, en particulier concernant la négociation collective, permettrait d’augmenter le salaire des employés syndiqués de 17,2% au Mexique.
  • Plus de 80 membres démocrates du Congrès ont envoyé une lettre au représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, indiquant que le Mexique devait approuver et mettre en œuvre la réforme du travail afin que le T‑MEC puisse être voté à la Chambre des représentants.
  • Le Gouvernement mexicain a affirmé qu'il n'accepterait pas que les inspecteurs américains procèdent à des vérifications dans les usines mexicaines pour confirmer le respect des dispositions relatives au travail, car elles violeraient la souveraineté nationale.
Economie
  • L’inflation retourne au-dessus de l’intervalle cible de la Banque centrale (3% ± 1pt) sur la 1ère quinzaine d’avril, à 4,38% g.a, en augmentation significative par rapport à l’inflation de mars (4% g.a.). À -0,03% g.m, il s’agit de la plus faible baisse pour cette période en 10 ans.
  • Le coût du projet d’Aéroport International à Santa Lucía (AISL) a été revu à la hausse de 11,7 %, à 78,6 Mds MXN (4,1 Mds USD).
  • Le taux de chômage atteint 3,6 % en mars, soit le niveau le plus élevé depuis décembre 2016.
  • Le Mexique est devenu le 6ème producteur mondial de véhicules en 2018, pour la première fois de son histoire.
  • La construction a chuté pour le 5ème mois consécutif en février, à -3,4 % g.a.  
  • L’activité manufacturière des États fédérés mexicains a baissé de -1,7 % g.a. sur les 2 premiers mois de l’année.
  • Les syndicats mexicains ont manifesté leur désaccord à la réforme du droit du travail en parallèle de la soumission du texte de loi au Sénat cette semaine.
  • Au T1 2019, l’épargne volontaire des travailleurs pour leur retraite a dépassé 75 Mds MXN (4 Mds USD), soit une hausse de 24,4% g.a.
  • Le secteur de la consommation est le plus attractif sur la Bourse Mexicaine des Valeurs (BMV), représentant 33% des actions échangées en février 2019 pour un montant de 2,6 Mds MXN (140 M USD).
  • La BIVA (bourse Institutionnelle des Valeurs) émettra pour la 1ère fois des titres d’un trust dédié au financement des infrastructures (FIBRA E). Les gestionnaires de cette FIBRA E ambitionnent de lever jusqu’à 50 Mds MXN (2,6 Mds USD).
  • Selon Standard & Poor's, les banques et les Fintechs doivent coopérer pour développer l’accès au crédit.
  • L’Association Mexicaine des Compagnies d’Assurance (AMIS) estime que 71% du PIB mexicain est vulnérable aux catastrophes naturelles, plaçant le pays en 23ème position des pays les plus exposés à ces risques.
  • La classe moyenne mexicaine, qui représente 49% de la population, ne reçoit que 29% du total des prestations sociales versées par l’Etat, soit la disproportion la plus prononcée parmi les pays de l’OCDE.
Hydrocarbures / PEMEX 
  • Selon le directeur de PEMEX, Octavio Romero Oropeza, la stratégie du gouvernement fédéral visant à réduire le nombre de vols de carburant dans le pays (« huachicoleo ») aurait ramené la moyenne quotidienne de barils volés de 74 000 (en 2018) à 11 200 depuis le 21 décembre de l'année dernière.
  • En janvier 2019, le pays ne disposait que de 7,9 Mds de barils d'équivalent pétrole de réserves, soit seulement 23% des réserves d’il y a 20 ans (34 Mds en 1999).
  • La Mezcla Mexicana a gagné 21,82 USD depuis le début de l’année (+50%).
  • Selon l’Organisation nationale des dépenses pétrolières (Onexpo), une réduction des prix de l'essence en faveur des consommateurs est possible.
  • Les États du Tabasco et du Veracruz devraient obtenir 7,2 Mds USD (137 Mds MXN) en 2019 de PEMEX et d’entreprises pétrolières privées.
  • D’après son directeur des finances, l’Institut de la sécurité et des services sociaux des travailleurs de l'État (ISSSTE) est en faillite financière.
  • Petroleos Mexicanos (PEMEX) et la Commission Fédérale d’Electricité (CFE) ont enregistré à elles deux un déficit de 109 Mds MXN (5,7 Mds USD) sur le premier bimestre de l’année.
  • Bien que PEMEX ait contenu la baisse de sa production de pétrole depuis février, autour de 1,7 millions de barils par jour, les experts considèrent qu’elle n’atteindra pas ses objectifs de production.
Finances publiques
  • Selon une étude réalisée par Bank of America, seuls 32% des investisseurs estiment que le Mexique maintiendra une note souveraine dite « Investment grade » au cours des 4 prochaines années.
  • En 2018, la fraude fiscale sur les salaires aurait atteint 72,1 Mds MXN (3,8 Mds USD) selon le Service de l'administration fiscale (SAT).
Entreprises et grands contrats
  • PEMEX signera des Contrats de Services Intégraux d’Exploration et d’Exportation pour des durées allant de 15 à 20 ans avec des prestataires de services.
  • L’entreprise Mexicaine CEMEX (entreprise latino-américaine employant le plus de salariés en France) appuiera la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

 

Amérique Centrale

  • Selon une étude menée par la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), les coûts supportés par les entrepreneurs en raison de procédures excessives et de la faible efficacité des systèmes de commerce extérieur, s'élèveraient au Nicaragua à 25,3% de la valeur de la marchandise; 18,3% au Salvador ; 16,3% au Costa Rica ; 15,8% au Honduras ; 14% au Guatemala et 9% au Panama.
  • Les pays du CA-4 (Guatemala, Honduras, Nicaragua et Salvador) et le Belize investissent en moyenne chaque année 1,5% de leur PIB dans des projets d'infrastructures de transport, selon la CEPAL qui recommande au moins 2,2%.
  • Selon une étude réalisée par Google, le manque de présence sur les plateformes numériques du Salvador, du Guatemala et du Nicaragua freine l’important potentiel touristique dont ils disposent.
Costa Rica
  • La CAF – Banque de développement d’Amérique latine (ex- Corporation Andine de Développement) a approuvé un prêt de 500 M USD.
  • Le Costa Rica intègre le Comité de la gouvernance publique de l’OCDE, soit le 13ème parmi les 22 nécessaires pour rejoindre l’organisation.
  • Les tests réalisés par le FMI auprès du système bancaire national pour déterminer son degré de résistance à un choc économique sévère ont eu un résultat positif.
  • Les exportations de biens ont atteint 2,76 Mds USD au T1 2019, soit une hausse de 0,7% par rapport au T1 2018.
Guatemala
  • Le Ministère des Finances Publiques a annoncé l’émission de bons du Trésor en monnaie locale d’une valeur de 58 M USD.
Honduras
  • Selon une enquête menée par la Banque centrale, les analystes s’attendent à une croissance de 3,9% du PIB en 2019 (vs. 3,8% précédemment) et de 4,1% en 2020 (égale à l’estimation précédente). 
  • Selon l'indice de performance logistique 2018 de la Banque interaméricaine de développement (BID), la densité du réseau routier hondurien serait la plus faible d’Amérique Centrale et seulement 24% des 15 000 km qui le composent sont goudronnés.
Nicaragua
  • En 2018, le Nicaragua aurait perdu plus de 74,4 M USD d’aide internationale pour violation des droits de l'Homme.
  • Un groupe de 11 députés européens, en visite en janvier 2019 au Nicaragua pour analyser la crise politique que traverse le pays, a demandé à l’Union Européenne (UE) des sanctions et la rupture des relations commerciales avec le pays centraméricain.
Panama
  • Entre mars 2018 et mars 2019, la dette du Gouvernement a augmenté de 9%, passant de 23,7 Mds USD à 25,9 Mds USD.
  • L'indice mensuel d'activité économique (IMAE) a augmenté de 3,65% en février.
  • Les autorités du Panama estiment que la valeur des exportations pourrait doubler d’ici 2020 pour atteindre 1,58 Mds USD.
  • Le président de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), Luis Alberto Moreno, a affirmé que le Panama avait vocation à rester un centre financier régional mais qu’il devait s’adapter aux nouvelles régulations économiques.
  • Le cinquième cycle de négociations en vue d’un accord de libre-échange entre le Panama et la Chine a lieu à Beijing du 24 au 26 avril.
Salvador
  • Selon la Banque Centrale du Salvador, les achats d'électricité du pays se sont élevés à 167 M USD en 2018, soit 58% de plus qu'en 2017 et 5,5 fois plus qu’en 2013.
  • La Banque mondiale, dans le cadre de son projet Résilience Economique Locale au Salvador, approuve un prêt de 200 M USD sur 25 ans pour financer la construction d’infrastructures capables de résister aux catastrophes naturelles.

 

Caraïbes

  • Le Ministre des Affaires Étrangères de Saint-Christophe-et-Niévès a critiqué le placement de certains pays des Caraïbes sur la liste noire de la Commission Européenne, jugeant que cela cause des dommages irréparables à la région en général.
Haïti
  • 46 % de la population haïtienne est complétement exclue du système financier.
Jamaïque
  • Le FMI estime que la dette publique de la Jamaïque devrait passer sous la barre des 100 % du PIB fin 2019 pour la première fois depuis 2000, à 98,7 % du PIB.
  • La Jamaïque est entrée au sein de l’initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie début avril.
  • La vente de la ferme éolienne publique Wigton Windfarm, estimée à 41 M USD, devrait contribuer aux efforts du Gouvernement pour la baisse de la dette publique.
  • La place boursière Jamaïcaine (Jamaican Stock Exchange - JSE) souhaite l’établissement d’une « micro place boursière », selon la Directrice du JSE.
  • Les importations de produits alimentaires ont baissé de 5,1 % g.a. en 2018.
République dominicaine
  • Le déficit de la balance des biens dominicaine s’est accru de 23 % en 2018.
  • La République dominicaine n’investit que 0,03 % en R&D.
  • La République dominicaine a lancé une « plateforme de coopération » pour les pays des « grands Caraïbes ». Les pays du CARIFORUM et les territoires d’outre-mer français et hollandais y ont ainsi été associés.
  • La gouvernance corporative de la Banque centrale dominicaine a été désignée comme étant la meilleure d’Amérique centrale et des Caraïbes.
  • Les prix des carburants ont été gelés la semaine du 20 au 26 avril, à 4,44 USD par gallon d’essence.