Les relations franco-égyptiennes sont basées sur des liens étroits et anciens d'amitié et de respect mutuels. La France est le quatrième partenaire économique de l’Égypte, avec 160 filiales d’entreprises françaises – multinationales et PME - employant plus de 30 000 Egyptiens. Les entreprises françaises sont présentes dans des secteurs clés de l'économie égyptienne, tels que les transports, l’énergie, l'industrie, l'agroalimentaire, la pharmacie, la distribution, la cosmétique et les assurances.Le secteur de la santé en Égypte est actuellement en pleine mutation avec l'adoption de la loi sur l’assurance maladie universelle en décembre 2017, la réforme hospitalière qui l’accompagne et la loi sur la réforme du secteur pharmaceutique actuellement en préparation. Les entreprises et institutions françaises, déjà solidement positionnées dans le secteur de la Santé, souhaitent à l’occasion de ces réformes ambitieuses accroitre leurs coopérations dans un secteur où les défis sont nombreux

Les relations franco-égyptiennes sont basées sur des liens étroits et anciens d'amitié et de respect mutuels. La France est le quatrième partenaire économique de l’Égypte, avec 160 filiales d’entreprises françaises – multinationales et PME - employant plus de 30 000 Egyptiens. Les entreprises françaises sont présentes dans des secteurs clés de l'économie égyptienne, tels que les transports, l’énergie, l'industrie, l'agroalimentaire, la pharmacie, la distribution, la cosmétique et les assurances.

Le secteur de la santé en Égypte est actuellement en pleine mutation avec l'adoption de la loi sur l’assurance maladie universelle en décembre 2017, la réforme hospitalière qui l’accompagne et la loi sur la réforme du secteur pharmaceutique actuellement en préparation. Les entreprises et institutions françaises, déjà solidement positionnées dans le secteur de la Santé, souhaitent à l’occasion de ces réformes ambitieuses accroitre leurs coopérations dans un secteur où les défis sont nombreux et l’apport d’expertise étrangère essentiel. C’est ainsi que l’offre française se doit d’être mieux valorisée au moyen d’une action collective visant à mieux appréhender les attentes des autorités égyptiennes et y répondre de la façon la plus appropriée et coordonnée.

Dans cette optique, Sanofi Égypte a été à l’initiative du lancement du «Groupe Santé» avec le soutien de l’ambassade de France et avec la participation des principales entreprises françaises du secteur de la santé : L’Oréal, Servier, Danone, Air Liquide, Veolia, AXA, Gide et Efeso. Le « Groupe Santé » poursuit les objectifs suivants :

  • Améliorer le dialogue entre les entités publiques et privées françaises afin d'assurer une coopération efficace et pérenne entre tous les acteurs français de la Santé.
  • Explorer les synergies entre les entreprises opérant dans le même secteur afin de fournir des solutions intégrées aux autorités et, si nécessaire, favoriser le développement de partenariat-public-privé pour le déploiement de l’assurance maladie universelle ou la modernisation de l’infrastructure médicale.
  • Augmenter la visibilité et le rôle des entreprises françaises du secteur de la Santé auprès des autorités égyptiennes afin d’en faire un partenaire stratégique de ces dernières dans le processus actuel de réforme.
  • Participer collectivement aux grands événements institutionnels (visites officielles, opérations de Business France, réunions d’affaires, etc.).
  • Faire bénéficier à l’Egypte du retour d’expérience internationale de la France en matière de Santé, en particulier dans le renforcement des capacités des professionnels de Santé égyptiens dans la perspective d’une mise en conformité accrue avec les normes et standards internationaux.

Enfin, pleinement au fait de la loi égyptienne sur la concurrence, le Groupe Santé ne constituera pas un forum pour la coordination des prix des biens et services et ne conduira aucune discussion ou activité susceptible de restreindre de quelque manière que ce soit l'accès au marché et la concurrence. A l’inverse, son objectif sera de renforcer la concurrence, d'améliorer l'accès au marché, de protéger les droits des consommateurs et de défendre les meilleures pratiques internationales.