Selon la Banque mondiale, les exonérations fiscales accordées aux importateurs se sont élevées à 171 Mds TK (1,736 Mds €) sur l’année 2015-2016 (FY 2016), équivalant à un point de PIB ou 11,7% de la collecte fiscale du National Bureau of Revenue, sur la base d’un PIB de 221 Mds USD et d’une recette de 1555 Mds TK (droits de douane, IR et TVA). Cette étude a été conduite à la demande du ministère des Finances en mai 2017, afin de mieux évaluer le rapport coût/bénéfice des régimes d’exemptions ; le manque de données sur la collecte de TVA et d’IR n’a pas permis de couvrir le volet avantage. Les exonérations portent massivement sur les combustibles, les biens d’équipement électriques et mécaniques,  et l’huile de cuisine, sur des positions tarifaires à 0, 5% et 10% de droits.Par ailleurs, selon un rapport sorti en décembre 2017 du Policy Research Institute, les industries exportatrices (majoritairement le RMG) ont bénéficié de l’équivalent de 348,8 Mds Tk (3,54 Mds €) d’exonération su

Selon la Banque mondiale, les exonérations fiscales accordées aux importateurs se sont élevées à 171 Mds TK (1,736 Mds €) sur l’année 2015-2016 (FY 2016), équivalant à un point de PIB ou 11,7% de la collecte fiscale du National Bureau of Revenue, sur la base d’un PIB de 221 Mds USD et d’une recette de 1555 Mds TK (droits de douane, IR et TVA). Cette étude a été conduite à la demande du ministère des Finances en mai 2017, afin de mieux évaluer le rapport coût/bénéfice des régimes d’exemptions ; le manque de données sur la collecte de TVA et d’IR n’a pas permis de couvrir le volet avantage. Les exonérations portent massivement sur les combustibles, les biens d’équipement électriques et mécaniques,  et l’huile de cuisine, sur des positions tarifaires à 0, 5% et 10% de droits.

Par ailleurs, selon un rapport sorti en décembre 2017 du Policy Research Institute, les industries exportatrices (majoritairement le RMG) ont bénéficié de l’équivalent de 348,8 Mds Tk (3,54 Mds €) d’exonération sur leurs  achats de matières premières durant l’année fiscale 2017.