La Banque centrale argentine a relevé son taux directeur (LEBAC à 7 jours) de 1275 points de base à 40 % en l’espace d’une semaine afin de contenir la dépréciation du peso. Depuis le début de l’année, le peso argentin a perdu près de 20 % face au dollar sous l’effet principalement de (i) l’annonce du changement des cibles d’inflation par le gouvernement en décembre 2017 et de (ii) la persistance de l’inflation, qui a atteint 25,4 % en mars (après 24,8 % fin 2017, un niveau bien supérieur à la cible annuelle fixée par la Banque centrale (15 % pour 2018), alimentée notamment par les hausses de tarifs publics. Les hausses de taux (deux de 300 pdb le vendredi 27 avril et le jeudi 3 mai et une de 675 pdb le vendredi 4 mai)  viennent compléter les fréquentes interventions de la Banque centrale sur le marché des changes depuis le début du mois de mars (pour un total de 8 Mds USD). Par ailleurs, cette décision va à l’encontre  du changement de cap de la politique monétaire initié début 2018

La Banque centrale argentine a relevé son taux directeur (LEBAC à 7 jours) de 1275 points de base à 40 % en l’espace d’une semaine afin de contenir la dépréciation du peso. Depuis le début de l’année, le peso argentin a perdu près de 20 % face au dollar sous l’effet principalement de (i) l’annonce du changement des cibles d’inflation par le gouvernement en décembre 2017 et de (ii) la persistance de l’inflation, qui a atteint 25,4 % en mars (après 24,8 % fin 2017, un niveau bien supérieur à la cible annuelle fixée par la Banque centrale (15 % pour 2018), alimentée notamment par les hausses de tarifs publics. Les hausses de taux (deux de 300 pdb le vendredi 27 avril et le jeudi 3 mai et une de 675 pdb le vendredi 4 mai)  viennent compléter les fréquentes interventions de la Banque centrale sur le marché des changes depuis le début du mois de mars (pour un total de 8 Mds USD). Par ailleurs, cette décision va à l’encontre  du changement de cap de la politique monétaire initié début 2018 (avec deux baisses de taux de 75 pdb en janvier et février, après une ligne restrictive suivie durant toute l’année 2017) et voulu par le gouvernement qui estimait que les hausses de taux passées avaient lourdement pesé sur l’activité sans permettre une désinflation rapide.

Argentine: taux directeur

 

À lire aussi cette semaine :

► Turquie: dégradation de la notation souveraine

► Colombie : poursuite de l'assouplissement monétaire

► Point marchés financiers émergents