Fortement intégrée dans les échanges internationaux, la Suisse présente un taux d’ouverture d’environ 120 % du PIB  en 2016 (avec une contribution des échanges d’or proche de 25 points de PIB). En 2017, les échanges commerciaux (de marchandises) ont crû de 5,7 %. La hausse des exportations (+ 4,7 % au total ; + 15,6 % vers la Chine) a été moindre que celle des importations suisses (+ 6,9 %) au sein desquelles les Etats-membres de l’UE détiennent une part de marché de 71,4 %. La France est le 3ème client et le 3ème  fournisseur de la Suisse. L’excédent commercial de la Suisse demeure en premier lieu attribuable au secteur pharmaceutique.

Fortement intégrée dans les échanges internationaux, la Suisse présente un taux d’ouverture d’environ 120 % du PIB  en 2016 (avec une contribution des échanges d’or proche de 25 points de PIB). En 2017, les échanges commerciaux (de marchandises) ont crû de 5,7 %. La hausse des exportations (+ 4,7 % au total ; + 15,6 % vers la Chine) a été moindre que celle des importations suisses (+ 6,9 %) au sein desquelles les Etats-membres de l’UE détiennent une part de marché de 71,4 %. La France est le 3ème client et le 3ème  fournisseur de la Suisse. L’excédent commercial de la Suisse demeure en premier lieu attribuable au secteur pharmaceutique.