Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Sénégal
 

Le secteur minier au Sénégal

Porté par le cours élevé des matières premières au début de la décennie, le secteur minier sénégalais a connu un regain d’intérêt de la part des investisseurs, encouragé par les exonérations fiscales et le code minier de 2003. Cela s’est traduit par la remontée et le développement du secteur traditionnel des phosphates, l’ouverture d’une troisième cimenterie, l’essor des investissements dans les mines d’or et la mise en exploitation des sables titaniféres.

En 2015, le secteur représente 1,79% du PIB (1,26% en 2014) sans compter les activités induites comme la sous-traitance, et la responsabilité sociétale et environementale (RSE) (on considére que l'exploitation de la mine d’or de SGO génère indirectement 1% du PIB ), 8,27% des recettes de l’Etat et 30% des exportations (23% en 2014). Le Plan Sénégal émergent (PSE) est porté à 35-40% par le secteur minier, notamment par le projet de fer de Falémé (20% des objectifs du PSE à lui seul). Mais la chute des cours en 2014 et l’adoption en 2016 d’un code minier plus contraignant risquent de limiter l’attractivité du secteur.


Publié le 24/03/2017