Relations bilatérales

1/ Le commerce bilatéral en 2019

Les échanges franco-koweïtiens (exportations + importations) ont atteint 740 M€ en 2019, en baisse -24,2% par rapport à 2018. Ce recul est dû à la diminution de la valeur de nos importations (-49%, 214 M€) et, dans une moindre mesure, à un tassement de nos exportations (-2,2%, 525 M€).

Nos exportations, hors matériels de défense, sont portées par les ventes aéronautiques (20,8% du total des exportations), les produits chimiques, parfums et cosmétiques (12%), l'agroalimentaire (12%) et les produits textiles et d'habillement (12%). Nos importations sont constituées à 95% d'hydrocarbures, en particulier des produits pétroliers raffinés (135 M€).

En 2019, l'excédent commercial de la France avec le Koweït triple et s'établit à 312 M€, le 31ème à l'échelle mondiale, le Koweït gagnant 30 places par rapport à 2018. L'émirat koweïtien est notre 74ème partenaire commercial et demeure notre 4ème partenaire au sein de la péninsule arabique. Notre part de marché s'établit à 2%.

En savoir plus : le commerce bilatéral entre la France et le Koweït en 2019

2/ La présence française et les investissements bilatéraux

La France compte une vingtaine d’entreprises implantées au Koweït, telles que : Accor, Air Liquide, BNP Paribas, Bureau Veritas, CMA CGM, DCI, Egis, Eiffage, Engie, Ipsos, Saint-Gobain, Schneider Electric, Thalès, TechnipFMC, Veolia. Par ailleurs, plus de 50 autres entreprises françaises sont présentes au travers d’accords de franchise, parmi lesquelles Carrefour, Dior, Lactalis, L'Oréal, LVMH, Michelin, PSA, Renault.

Les investissements bilatéraux progressent en 2018.  Le stock d’IDE français au Koweït a doublé, s’élevant à 185,3 MEUR (92,4 MEUR en 2017), tiré par l’industrie manufacturière (108,9 M€), faisant de la France le premier investisseur européen au Koweït. Les IDE koweïtiens en France ont également progressé en 2018. Selon la ventilation par pays d’origine immédiate, le stock d’IDE en France était de 216 MEUR en 2018, contre 46 MEUR en 2017, après avoir été constamment négatif entre 2012 et 2016.

En savoir plus : la présence française et les investissements bilatéraux

Publié le