Commerce et investissements français au Bangladesh en 2022

Nos relations commerciales sont marquées par un déficit structurel lié à nos achats de produits textiles ; la France reste un investisseur marginal au Bangladesh et devrait davantage s’intéresser à une économie qui est passée en 2022 au 34ème rang mondial.

2022 marque un nouveau record des échanges commerciaux bilatéraux, avec des échanges de biens en hausse record de +51% sur un an et qui atteignent 4,92 Mds€. Les achats de produits bangladais avoisinent les 4,7 Mds€, tandis que nos livraisons restent à un niveau très limité autour de 240M€. Notre défici se creuse ainsi à un niveau jamais atteint. Notre taux de couverture tombe à un étiage de 6%.

Au niveau mondial, le Bangladesh est un partenaire commercial marginal pour la France, représentant 0,6% de nos ventes et 0,5% de nos achats de biens. Les perspectives en 2023 sont bonnes, avec plusieurs commandes conséquentes prévues et à moyen-terme, nos entreprises sont actuellement bien positionnées sur plusieurs projets qui ouvriront la voie à une hausse des exportations.

Echanges de biens 2018-2022

millions d'euros

2018

2019

2020

2021

2022

Variation 2021/2022

Export

332

270

238

191

243

+27%

Import

2 609

2 974

2 525

3 068

4 680

+53%

Solde

-2 277

-2 704

-2 287

-2 877

-4 437

+54%

échanges

2 941

3 244

2 763

3 259

4 923

+51%

Source : douanes françaises

A l’instar du commerce bilatéral, la représentation de nos entreprises et les investissements directs français au Bangladesh sont encore modestes. Selon la banque centrale du Bangladesh, le stock d’investissements français s’élevait fin juin 2021 à 119 M$, avec des investissements dans les secteur de l'énergie et des services.

Publié le