Le secteur du transport aérien générait avant la pandémie environ 90 000 emplois et contribuait à hauteur de 1,5 % au PIB national. La gestion et le financement des infrastructures aéroportuaires dépendent largement de la puissance publique (Etat ou collectivités), seuls 2 aéroports étant privés. Si la reprise du trafic en 2022 est dynamique (70 % du niveau d’avant la pandémie à mi-année), l’opérateur scandinave SAS est confronté à d’importantes difficultés financières. En cohérence avec les ambitions de la Suède en matière de transition verte, les acteurs économiques et institutionnels se mobilisent en faveur de la décarbonation de l’aviation, avec pour objectifs la fin de l’utilisation de combustibles fossiles i/ dès 2030 pour les vols domestiques, et ii/ en 2045 pour les vols internationaux. La Suède se démarque ainsi en matière de biokérosène (10 % dans tous les vols d’ici 2025, 30 % d’ici 2030, soit 6 fois plus qu’en France).