Ce document de travail cherche à identifier les déterminants des investissements de décarbonation des entreprises industrielles en France entre 2013 et 2018. L’adoption de ces technologies croît avec la taille de l’entreprise, son intensité énergétique, sa productivité, son appartenance au SEQE, et est d’autant plus élevée que l’entreprise est jeune. Parmi les entreprises qui décarbonent, les taux d’investissement de décarbonation sont déterminés par l’intensité énergétique de ces entreprises.

La série des Documents de Travail présente des travaux menés au sein de la DG Trésor, diffusés dans le but d’éclairer et stimuler le débat public. Ces travaux n’engagent que leurs auteurs.


Ce document de travail cherche à comprendre les déterminants des investissements de décarbonation des entreprises industrielles en France. J’étudie la mesure dans laquelle les caractéristiques des entreprises déterminent la probabilité d’engager des investissements verts et l’intensité de leurs montants. En mobilisant un modèle de sélection sur données individuelles de panel estimé entre 2013 et 2018, je montre que l’adoption de technologies décarbonées croît avec la taille de l’entreprise, son intensité énergétique, sa productivité, son appartenance au SEQE, et est d’autant plus élevée que l’entreprise est jeune. Parmi les entreprises industrielles qui décarbonent, les taux d’investissement en technologies décarbonées sont déterminés par l’intensité énergétique de ces entreprises. Enfin, l’analyse met en exergue que certains secteurs très émetteurs ont moins investi en technologies de décarbonation que d’autres secteurs, ce qui suggère que les investissements de décarbonation devraient être accélérés prioritairement dans ces secteurs.

 

 

DT-2021-03fr