Fin février 2019, le chômage au sens du BIT s’élevait à 4,9% de la population active en Russie. L’interprétation de ce chiffre doit  se faire en ayant à l’esprit un certain nombre de caractéristiques propres au cas russe, parmi lesquelles au moins quatre méritent d’être mentionnées : la baisse tendancielle de la population active, de fortes disparités géographiques, des spécificités du marché du travail et du chômage en Russie, et le facteur migratoire. 

Fin février 2019, le chômage au sens du BIT s’élevait à 4,9% de la population active en Russie. L’interprétation de ce chiffre doit  se faire en ayant à l’esprit un certain nombre de caractéristiques propres au cas russe, parmi lesquelles au moins quatre méritent d’être mentionnées : la baisse tendancielle de la population active, de fortes disparités géographiques, des spécificités du marché du travail et du chômage en Russie, et le facteur migratoire.