La 3ème édition du Business Forum entre l’Union Européenne (UE) et le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) a eu lieu les 19 et 20 mars à Koweït City, plus de 2 ans après la précédente édition à Riyad en janvier 2017. L’édition, co-organisée par l’UE, le CCG, l’autorité koweïtienne en charge de la promotion des investissements étrangers (KDIPA), la Chambre de Commerce et d’Industrie koweïtienne (KCCI) et le Conseil suprême pour la planification et le développement, a rassemblé plus de 300 personnes et 50 entreprises européennes, mettant en avant les plans de diversification et les opportunités d’affaires dans les pays du Golfe. 1/ Cette édition, qui a rassemblé des intervenants de haut niveau, a permis de présenter aux entreprises européennes les opportunités d’affaires dans les pays du Golfe.L’édition s’est déroulée en deux temps. Un temps politique le 19 mars au soir, qui a vu des personnalités politiques et du monde des affaires koweïtiens et du Golfe s’exprimer devant plu

La 3ème édition du Business Forum entre l’Union Européenne (UE) et le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) a eu lieu les 19 et 20 mars à Koweït City, plus de 2 ans après la précédente édition à Riyad en janvier 2017. L’édition, co-organisée par l’UE, le CCG, l’autorité koweïtienne en charge de la promotion des investissements étrangers (KDIPA), la Chambre de Commerce et d’Industrie koweïtienne (KCCI) et le Conseil suprême pour la planification et le développement, a rassemblé plus de 300 personnes et 50 entreprises européennes, mettant en avant les plans de diversification et les opportunités d’affaires dans les pays du Golfe.

Business Forum

 

1/ Cette édition, qui a rassemblé des intervenants de haut niveau, a permis de présenter aux entreprises européennes les opportunités d’affaires dans les pays du Golfe.

L’édition s’est déroulée en deux temps. Un temps politique le 19 mars au soir, qui a vu des personnalités politiques et du monde des affaires koweïtiens et du Golfe s’exprimer devant plus de 500 personnes, dont une cinquantaine d’entreprises européennes (BNP Paribas, Engie, Thalès, Air Liquide côté français). Abdul Latif bin Rashid Al Zayani, Secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Ali Al Ghanim, Président de la Chambre de commerce et de l’industrie koweïtienne, Michele Cervone D’Urso, chef de la délégation de l’UE au GCC basé à Riyad, Sheikh Meshaal Al Sabah, Directeur Général de KDIPA et Muhammad Thani Murshed Ghannam Al Rumaithi, Président de chambre de commerce émirati et Président de la fédération des chambres de commerce et d’industrie du CCG, se sont successivement exprimés. Khaled Mahdi, Secrétaire général du Conseil suprême pour la planification et le développement, a présenté la Vision 2035 et le plan de transformation et de diversification de l’économie koweïtienne.

La journée du 20 mars s’est tenue à la KCCI et a permis aux différents interlocuteurs – européens mais surtout du CCG – de présenter aux entreprises européennes le cadre des affaires et les opportunités dans la région, sans rentrer toutefois dans le détail des projets. Le forum a mis en avant les secteurs de la santé, l’innovation et l’économie numérique, via l’organisation d’ateliers thématiques.

2/ L’ensemble des pays du Golfe a réitéré son souhait de poursuivre les négociations en vue d’aboutir à un accord de libre-échange avec l’Union Européenne.  

La soirée du 19 mars a été l’occasion d’aborder l’état des discussions en cours concernant le projet d’accord de libre-échange entre l’UE et le CCG. L’ensemble des acteurs du Golfe a rappelé son souhait de voir cet accord signé dans les meilleurs délais, alors que les négociations sont engagées depuis 1990 (suite à l’accord de coopération de 1988). Le CCG a indiqué que l’UE était un modèle d’intégration économique et monétaire vers lequel il souhaitait se rapprocher, tout en ayant conscience de l’écart actuel entre les deux institutions supranationales (union monétaire, union bancaire, commerce intra-communautaire, etc).

Les pays du Golfe se félicitaient que le volume des échanges avec l’UE ait presque quintuplé depuis 2001, passant de 37 Md$ à 172 Md$ fin 2017. Surtout, ils indiquaient leur volonté de renforcer les investissements croisés, d’une part en favorisant les investissements européens dans le Golfe (c’est l’objectif de la création de KDIPA au Koweït en 2013), mais également en renforçant leurs investissements en Europe. La coopération industrielle, dans les secteurs environnementaux et des services a été mise en avant.  

Même si les négociations avancent, les discussions sont encore en cours concernant les normes non tarifaires (sanitaires notamment), mais également au regard du respect des normes en matière de démocratie et de droits de l’homme, ainsi que des clauses portant sur la coopération dans la lutte contre le terrorisme et les armes de destruction massive.