Alors que le pays demeure sous embargo du Quartet (Emirats arabes unis, Arabie saoudite, Egypte, Bahreïn), la croissance économique s’est redressée au Qatar en 2018 dans un contexte de hausse des cours des hydrocarbures et de poursuite des grands projets. Elle devrait croître autour de 2% à 3% dans les années à venir, soutenue par les investissements liés à la Coupe du Monde 2022 et ceux attendus dans les hydrocarbures, dans un environnement de réformes visant à améliorer le climat des affaires et à progresser vers une plus grande ouverture à l’international.

Alors que le pays demeure sous embargo du Quartet (Emirats arabes unis, Arabie saoudite, Egypte, Bahreïn), la croissance économique s’est redressée au Qatar en 2018 dans un contexte de hausse des cours des hydrocarbures et de poursuite des grands projets. Elle devrait croître autour de 2% à 3% dans les années à venir, soutenue par les investissements liés à la Coupe du Monde 2022 et ceux attendus dans les hydrocarbures, dans un environnement de réformes visant à améliorer le climat des affaires et à progresser vers une plus grande ouverture à l’international.