Brèves macro-économiques :La première crypto monnaie iranienne a été présentée le 31 janvier. Nommée Peyman et adossée à l'or, elle est le résultat d'une coopération entre l'entreprise Ghoghnoos et quatre banques iraniennes (Mellat, Melli, Pasargad et Parsian – qui font toutes l'objet de sanctions secondaires de la part de l'OFAC, à l’exception de Pasargad).D’après l'Organisation de la planification et du budget, le montant des financements extérieurs reçus par l'Iran est passé de 10,6 Mds UDS en 2016/2017 à 5,02 Mds USD en 2017/2018.Le Parlement iranien a confirmé le niveau du seuil d'exonération à l'impôt sur le revenu pour l’année 2019/2020. Les personnes physiques percevant un salaire mensuel brut inférieur à 27,5 M IRR (soit 655 USD au taux de change officiel) ne seront pas soumises à cet impôt. Le salaire minimum était fixé à 11 M IRR pour l'année 2018/2019 et devrait augmenter d'au moins 20% l'année prochaine.D'après la Chambre de Commerce et d'Industrie le Purchasing Manager

Brèves macro-économiques :

  • La première crypto monnaie iranienne a été présentée le 31 janvier. Nommée Peyman et adossée à l'or, elle est le résultat d'une coopération entre l'entreprise Ghoghnoos et quatre banques iraniennes (Mellat, Melli, Pasargad et Parsian – qui font toutes l'objet de sanctions secondaires de la part de l'OFAC, à l’exception de Pasargad).
  • D’après l'Organisation de la planification et du budget, le montant des financements extérieurs reçus par l'Iran est passé de 10,6 Mds UDS en 2016/2017 à 5,02 Mds USD en 2017/2018.
  • Le Parlement iranien a confirmé le niveau du seuil d'exonération à l'impôt sur le revenu pour l’année 2019/2020. Les personnes physiques percevant un salaire mensuel brut inférieur à 27,5 M IRR (soit 655 USD au taux de change officiel) ne seront pas soumises à cet impôt. Le salaire minimum était fixé à 11 M IRR pour l'année 2018/2019 et devrait augmenter d'au moins 20% l'année prochaine.
  • D'après la Chambre de Commerce et d'Industrie le Purchasing Manager Index (PMI) s'établissait à 39,35 à la fin du mois de janvier 2019, contre 39,21 le mois précédent.
  • La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont annoncé la création d’INSTEX (Instrument in Support of Trade Exchanges) destiné à faciliter les échanges commerciaux avec l’Iran. Enregistré en France, INSTEX est une société par actions simplifiées dont les trois actionnaires sont la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni à ce stade. D’autres pays européens sont appelés à participer à l’actionnariat de l’entreprise. 
  • Le déficit accusé par le budget de l’Etat est passé de 385 400 mds d’IRR (soit 2,6% du PIB nominal) au cours des neuf premiers mois de l’année 2017/2018 à 451 200 mds d’IRR (soit 2,2% du PIB nominal) au cours des neuf premiers mois de l’année 2018/2019.
  • Les recettes budgétaires issues de la vente de pétrole brut sont passées de 486 200 Mds IRR (soit 30% des recettes budgétaires totales) à la fin du mois de décembre 2017 à 724 000 Mds IRR (soit 38% des recettes budgétaires totales) à la fin du mois de décembre 2018.
  • L’exposition du système bancaire au secteur public est passée de 2 551 000 Mds d’IRR à la fin du mois de décembre 2017 (soit 17% du PIB nominal) à 3 028 400 Mds d’IRR à la fin du mois de décembre 2018 (soit 15% du PIB nominal).
  • Le montant de la dette extérieure est passé de 9,885 Mds$ (soit 2,3% du PIB nominal) à la fin du mois de décembre 2017 à 10,034 mds$ (soit 2,3% du PIB nominal) à la fin du mois de décembre 2018.
  • La masse monétaire (M1 et M2) est passée de 14 450 Mds IRR à la fin du mois de décembre 2017 (soit 98% du PIB nominal) à 17 646 Mds IRR à la fin du mois de décembre 2018 (soit 87% du PIB nominal)

Brèves sectorielles :

  • Aucune transaction n'a été enregistrée lors de la quatrième session de vente de pétrole au secteur privé organisée par l'Iran Energy Exchange (IRENEX) le 4 février. Un million de barils étaient proposés au prix unitaire initial de 56,24 $.
  • Alors qu’elle importait près de 600 000 b/j avant le rétablissement des sanctions américaines, l’Inde importe 300 000 b/j de pétrole brut iranien depuis le mois de novembre 2018, soit le volume maximal autorisé par l’exemption qui lui a été accordée par l’OFAC. Libellées en roupies, les recettes de ces ventes sont versées dans un compte hébergé par la banque publique indienne UCO Bank et sont destinées à l’achat de biens indiens non visés par les sanctions extraterritoriales américaines.
  • D’après un récent rapport de l’IMMIDRO (Iranian Mines and Minig Industries Development and Renovation Organization), les principaux producteurs de produits d’aciers finis et semi-finis ont exporté près de 4,71 MT sur les 10 premiers mois de l’année 2018/2019, soit une baisse de 19% en glissement annuel.
  • D'après l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), la production mensuelle de pétrole brut a été ramenée de 3,81 M de b/j en janvier 2018 à 2,72 M de b/j en janvier 2019. C’est son niveau le plus bas depuis le mois de novembre 2013.