En tant que pays des Balkans Occidentaux et candidat potentiel à l'adhésion à l'Union européenne, la Bosnie-Herzégovine bénéficie d’une aide financière de l’UE. L’objectif a évolué depuis 1995. De la reconstruction du pays, via les programmes PHARE, OBNOVA et CARDS, de 1995 à 2002, il est désormais axé au soutien du pays dans le processus de convergence et de pré-adhésion à l’Union, via l’ « instrument de pré-adhésion » IPA.À la suite de l’adoption des stratégies sectorielles  à l’échelle du pays et de l’examen à mi-parcours du document de stratégie indicatif relatif à la Bosnie-Herzégovine pour la période 2014-2020, la Commission a approuvé le programme d’action annuel pour 2018 à hauteur de 71 M€ qui couvre les secteurs suivants:Démocratie et gouvernance (gestion indirecte : 1,5 M€ - gestion directe : 9,3 M€);Etat de droit et droits fondamentaux (gestion directe : 9 M€);Environnement, action pour le climat et énergie (gestion indirecte : 6 M€ - gestion directe : 3,5 M€);Compétiti

En tant que pays des Balkans Occidentaux et candidat potentiel à l'adhésion à l'Union européenne, la Bosnie-Herzégovine bénéficie d’une aide financière de l’UE. L’objectif a évolué depuis 1995. De la reconstruction du pays, via les programmes PHARE, OBNOVA et CARDS, de 1995 à 2002, il est désormais axé au soutien du pays dans le processus de convergence et de pré-adhésion à l’Union, via l’ « instrument de pré-adhésion » IPA.

À la suite de l’adoption des stratégies sectorielles  à l’échelle du pays et de l’examen à mi-parcours du document de stratégie indicatif relatif à la Bosnie-Herzégovine pour la période 2014-2020, la Commission a approuvé le programme d’action annuel pour 2018 à hauteur de 71 M€ qui couvre les secteurs suivants:

  • Démocratie et gouvernance (gestion indirecte : 1,5 M€ - gestion directe : 9,3 M€);
  • Etat de droit et droits fondamentaux (gestion directe : 9 M€);
  • Environnement, action pour le climat et énergie (gestion indirecte : 6 M€ - gestion directe : 3,5 M€);
  • Compétitivité, innovation, agriculture et développement rural (gestion indirecte : 20 M€ - gestion directe : 12 M€) ;
  • Education, emploi et politiques sociales (gestion directe : 10 M€)