Ce qu’il faut retenir de l’actualité en décembre : 1) Du côté du gouvernement fédéral et des états fédérés :- Le gouvernement a autorisé la privatisation à 100% de la filiale de services en escale d’Air India, AIATSL (Air India Air Transport Services Limited). Contrairement à Air India, cette filiale a généré en 2017 un profit de 334 millions de roupies, et gagné 6,2 milliards de roupies pour ses services en escale. Depuis 2013, elle a toujours été bénéficiaire.- Par ailleurs, le gouvernement a donné son aval au plan de restructuration de la dette d’Air India. La dette à court terme encourue par le transporteur au titre du financement de son besoin en fonds de roulement (BFR), évaluée à 290 Mds ₹ (3,63 Mds €), devrait être transférée à une structure ad hoc, la Air India Assets Holding (AIAHL). Celle-ci, dont le Conseil d’administration sera présidé par le dirigeant d’Air India et dont les membres seront entièrement issus de ce groupe, sera chargée d’apurer cette dette à l’aid

Ce qu’il faut retenir de l’actualité en décembre :

 

1) Du côté du gouvernement fédéral et des états fédérés :


- Le gouvernement a autorisé la privatisation à 100% de la filiale de services en escale d’Air India, AIATSL (Air India Air Transport Services Limited). Contrairement à Air India, cette filiale a généré en 2017 un profit de 334 millions de roupies, et gagné 6,2 milliards de roupies pour ses services en escale. Depuis 2013, elle a toujours été bénéficiaire.


- Par ailleurs, le gouvernement a donné son aval au plan de restructuration de la dette d’Air India. La dette à court terme encourue par le transporteur au titre du financement de son besoin en fonds de roulement (BFR), évaluée à 290 Mds ₹ (3,63 Mds €), devrait être transférée à une structure ad hoc, la Air India Assets Holding (AIAHL). Celle-ci, dont le Conseil d’administration sera présidé par le dirigeant d’Air India et dont les membres seront entièrement issus de ce groupe, sera chargée d’apurer cette dette à l’aide de la monétisation des actifs de la compagnie aérienne ; le service des charges d’intérêt afférentes, estimées à 27 Mds ₹/an (340 M€), incombera, dans l’intervalle, directement au gouvernement fédéral. La dette du groupe principal devrait, grâce à cette opération, se voir ramenée de 550 à 260 Mds ₹ (3,25 Mds €, soit 0,1% du PIB) ; elle relèverait alors principalement des encours liés à la modernisation de la flotte. Les charges d’intérêt seraient, dans le même temps, réduites de 44 à 17 Mds ₹, ce qui devrait permettre au transporteur de viser, d’après le gouvernement et sous réserve de l’évolution de sa performance dans un environnement très compétitif, un résultat net bénéficiaire de 20 Mds ₹/an. Confronté à des difficultés de paiement qui faisaient peser un risque de défaut sur sa dette à court terme, le groupe a pour mémoire récemment bénéficié d’injections du gouvernement de 9,8 Mds ₹ en fonds propres, ainsi que d’une garantie souveraine pour des levées de fonds de 20 Mds ₹ auprès du secteur bancaire ; elle a, en outre, bénéficié d’un prêt à taux réduit de la part du Small Savings Fund (NSSF), qui joue en Inde un rôle de gestionnaire des fonds d’épargne comparable à celui de la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations).


- L’administration des îles Andaman et Nicobar a décidé de rembourser aux companies aériennes la partie correspondant à la TVA sur le kérosène sur les vols opérés depuis Port Blair jusqu’au 31 mars 2019 pour accroître la fréquence des vols et limiter le coût des billets de façon à encourager le tourisme.


- Le MoCA (Ministry for Civil Aviation) entend promouvoir l’idée d’une “Alliance Drones Internationale” pour harmoniser les réglementations et encourager le développement de ce secteur prometteur. Ce sujet sera abordé pendant le Global Aviation Summit des 15 & 16 janvier à Mumbai.


- Le gouvernement pourrait donner plus de pouvoirs à la DGCA pour que celle-ci puisse infliger des amendes élevées aux gestionnaires d’aéroports et aux companies aériennes en cas de transgression par rapport aux réglements.

- Le tribunal de Madurai de la Haute Cour de Madras a ordonné lundi 17 décembre au directeur général de l'aviation civile (DGAC) de constituer un comité chargé d'examiner les problèmes entre le service des douanes et l'Autorité aéroportuaire de l'Inde qui bloquaient la mise en œuvre du service de courrier international à l'aéroport de Trichy.

- Le Captain Arvind Kathpalia a été démis de ses fonctions de Directeur des operations chez Air India le 12 décembre, en réponse aux événements du 13 novembre dernier.

- Les passagers pourront bientôt passer des appels et accéder à Internet via leur téléphone lors de voyages aériens et maritimes sur le territoire indien, le gouvernement ayant notifié les règlements régissant la fourniture de tels services ; La connectivité en vol et maritime (IFMC) peut être fournie via des réseaux de télécommunication au sol ainsi que par satellite. Ces réglements entreront en vigueur à la date de leur publication au Journal officiel », indique la notification du 14 décembre.

- Le ministère de l'aviation civile de l'Union a identifié Nagarjunasagar comme l'un des 10 sites de mise en place d'aérodromes aquatiques, dans le cadre de la phase 3 de l'UDAN, le programme de développement aéroportuaire régional. En plus de Nagarjunasagar, les sites incluent Statue of Unity au barrage Sardar Sarovar, Sabarmati Riverfront à Ahmedabad et deux autres sites au Gujarat, deux à Assam, deux au Maharashtra et un dans l’ Uttarakhand.


2) Compagnies aériennes


Le processus de restructuration qui devrait mener à une consolidation du secteur se poursuit, incluant réduction des coûts.
Au-delà des difficultés liées au coût élevé du kérosène et des services aéroportuaires en Inde, les compagnies préfèrent maintenir des prix faibles afin de prendre des parts de marché. Dès qu’elles disposent de plus de 20 avions, elles envisagent une ouverture à l’international pour dégager des profits car le marché domestique est extrêmement concurrentiel.
Le marché national, actuellement 9ème dans le monde, est celui qui croit le plus au monde depuis plusieurs années (+18,3% en 2018).
Le marché global devrait passer de 309 millions de passagers en 2017 à 421 millions d’ici 2020 : il devrait devenir le 3ème plus important marché mondial autour de 2024.
Concernant la flotte en service en Inde, il y avait 588 avions en mai 2018, avec une progression très importante qui devrait mener à 1 100 appareils en 2027 et plus de 1500 d’ici 2032.

- IndiGo, SpiceJet et Jet Airways mettent en place des stratégies de réduction de coûts. On notera par exemple le fait que  désormais, choisir son siège lors de l’enregistrement en ligne sur un vol IndiGo et SpiceJet est payant, et que Jet Airways n’autorise plus ses passagers fidélisés sur le programme JetPrivilege à s’installer au Salon lorsque ceux-ci voyagent en classe économique.


- Air India a pris la décision de n’avoir plus qu’une seule plateforme de distribution, Travelport.


- Pour attirer des passagers en business, le gouvernement indien a demandé à Air India de s’équiper de systèmes IFE (in flight entertainment) fonctionnels et de réfléchir à la rénovation de la cabine, de façon à offrir un niveau de services comparable à celui des autres compagnies.


- Air India a commencé à opérer des vols directs entre Mumbai et New York à raison de trois vols par semaine.


- Jet Airways vient de signer un accord de partage de codes avec la compagnie saoudienne Flynas pour accroître la connectivité entre les grandes villes indiennes et saoudiennes.


- Vistara a renouvelé son accord de distribution avec Amadeus.


- Les syndicats de pilotes d’Air India et Jet Airways considèrent la nouvelle réglementation FDTL (flight and duty time limitation) de la DGCA comme inacceptable et pouvant nuire à la sécurité des vols, et par conséquent des passagers. Selon eux, ce projet de règlement permet essentiellement aux compagnies aériennes de faire réduire leurs coûts et de dégager un bénéfice commercial au détriment de la sécurité.


- Le président fondateur de Jet Airways, Naresh Goyal, serait prêt à laisser les rênes à Etihad Airways qui possède déjà 24% du capital de la compagnie, en échange de financement sous la forme de capitaux propres et de prêts souples. Des discussions seraient également en cours pour associer une tierce partie, probablement le milliardaire indien Yusufalli, qui vit à Abu Dhabi. Lors des discussions précédentes avec Tata Sons, cette hypothèse avait été d’emblée écartée. Jet Airways a ouvert une ligne Pune – Singapour en décembre avec un service quotidien. Singapour est un partenaire commercial important de l’Inde, mais aussi une destination touristique très prisée des Indiens. A noter que les actions de Jet Airways ont chuté de 4% sur l'ESB après que des rapports ont laissé entendre que Nikos Kardassis, (l'ancien PDG d'une compagnie aérienne privée, qui avait fait son retour dans le rôle de conseiller du transporteur et avait pour mission de redresser la situation financière) était à nouveau sur le départ. Une autre baisse de 3% a été enregistrée après l’annonce d’un audit financier demandé par State Bank of India.


- Air Italy et WOW Air ont commencé leurs opérations aériennes en Inde le 4 décembre 2018, avec, respectivement un New Delhi

– Milan et Mumbai – Milan en vol direct, et un Delhi – Reykjavik en vol direct. Air Italy est détenue par Qatar Airways à 49% et s’apprête à signer un accord de partage de codes avec Vistara. La compagnie koweitienne à bas coûts Jazeera Airways va ajouter Delhi comme 5ème destination en Inde.


- Alliance Air, une filiale d’Air India, a commencé le 8 décembre à opérer entre Ranchi et Raipur au titre du plan de connectivité régionale UDAN. Le vol inaugural a été salué par le Chief Minister du Jarkhand et le State Minister for Civil Aviation Jayant Sinha. Le premier vol Ranchi - Kolkata était prévu le soir même.


- La compagnie SpiceJet pourrait rejoindre Air India, Jet Airways, Jet Lite et Vistara comme membre de IATA (Internaitonal Air Transport Association).


- La compagnie à bas coût NokScoot (une JV entre les compagnies thaïlandaise et singapourienne Nok et Scoot) envisage de mettre en place un partenariat avec une compagnie indienne. Elle exploite 8 vols entre Delhi et Bangkok par semaine avec un Boeing 777-200 (391 Economy et 24 Premium economy) et estime le taux de remplissage de l’avion à 85%. La compagnie qui dispose de 5 Boeing entend avoir une flotte de 12 avions d’ici fin 2019.


3) Hélicoptères :

- La compagnie américaine Fly Blade entend s’implanter à Mumbai et proposer des services de taxi par hélicoptère et avec de petits avions dès mars 2019. Fly Blade, une société basée à New York qui fonctionne comme Uber pour les charters d’hélicoptères, connue pour ses salons chics et aménagés à ses héliports, a fait son entrée en Inde en joint-venture avec la société d’investissement Hunch Ventures. Amar Abrol, ancien PDG d’AirAsia India, a été engagé en tant que PDG des activités en Inde. La première ligne sera Mumbai – Pune, reliant Mahalaxmi et Juhu aux héliports de Pune et Shirdi.


- Plusieurs opérateurs proposent déjà dans le sud de l’Inde des vols à la demande en hélicoptère, y compris vers Vapi et Tarapur. HeliiTaxi propose des services identiques entre l’aéroport de Bangalore et le centre-ville, un service d’hélicoptère existe aussi entre Chandigarh et Shimla. Uber envisage aussi de lancer un UberAir bientôt en Inde.

 

4) MRO :


- Air India va installer en 2019 un atelier de maintenance des moteurs GE équipant les Boeing 777 et 787 dans la zone économique spéciale de Mihan à Nagpur. Le centre de maintenance initialement établi par Boeing en contrepartie de l’achat de 112 appareils a été transféré à Air India.


- Bharat Malkani, président de l'Association MRO de l'Inde (MAOI), a déclaré que l'Inde perdait près de 90% ou 1,4 milliard de dollars (M18) au profit d'acteurs étrangers en raison de prélèvements discriminatoires sur les activités de MRO en Inde. Selon lui, alors qu'il existe une taxe sur les produits et services (GST) de 18% sur les services de MRO intérieurs, le droit de douane sur les MRO importés n'est que de 5%. Il a déclaré qu'un tel régime fiscal discriminatoire rend les entreprises nationales de MRO moins compétitives par rapport à leurs concurrents étrangers. Il demande au Gouvernement indien d’appliquer un taux de 18 à 20% de taxes d’importation sur les importations.

 

5) Avionneurs :

Après des mois de battage médiatique, (le Congrès alléguant que le BJP avait acquis les avions plus chers que le prix initialement négocié), la Cour suprême a rejeté toute idée de corruption dans les Rs. 59 000 crore d’achat des Rafale et rejeté toutes les pétitions demandant une enquête. Le parti Bharatiya Janata (BJP) a organisé 70 conférences de presse dans différentes régions du pays dans le but de "dénoncer" le Congrès pour "conspiration complotiste" contre le Premier ministre Narendra Modi et son gouvernement.


C’est Airbus qui fait désormais l’objet d’un matraquage médiatique pour des faits survenus pendant la période où le Congrès était au pouvoir…
Les actions ont chuté en Bourse après des informations de presse selon lesquelles le département de la Justice américaine aurait ouvert une enquête pour soupçons de corruption sur le constructeur aéronautique européen. Selon Le Monde, l'avionneur, qui est déjà sous le coup de plusieurs enquêtes anticorruption à Londres et à Paris notamment, est désormais également dans le viseur du département de la Justice américain, qui aurait officiellement engagé des investigations fin 2017.
Le groupe fait l'objet d'enquêtes à la fois pour utilisation d'intermédiaires dans des ventes d'avions civils et pour fraude dans un contrat d'avions de combat Eurofighter.
Le Serious Fraud Office (SFO), chargé de la lutte contre les délits et crimes économiques en Grande-Bretagne, a ouvert à l'été 2016 une enquête au Royaume-Uni sur des soupçons d'irrégularités concernant le recours à des consultants pour la vente à l'export d'avions civils Airbus.
En mars 2017, le groupe avait dit avoir été informé de l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet national financier français en lien avec l'enquête du SFO.
D’autres investigations seraient en cours en Inde, un pays où Airbus a signé d’importants contrats ces dernières années. La justice locale indienne enquêterait sur le soutien financier apporté par le groupe européen à Advantage India, une ONG fondée par un intermédiaire bien connu dans l’aéronautique, Deepak Talwar.
L’ED (Enforcement Directorate) enquêterait également auprès du gouvernement United Progressive alliance à propos de 43 avions vendus à Air India, dans la mesure où la contrepartie au contrat (ouvrir un centre de maintenance et de formation à la maintenance estimé à $175 millions) n’a pas été respectée.

Au Népal, le PPMO (public procurement monitoring office) indique par ailleurs que l’achat des 2 A330 s’est fait sans procédure d’appel d’offres. Le PAC (Public Accounts committee) estime à 6 milliards d’€ le possible détournement.


6) AAI :


Le gouvernement indien prévoit d’investir 6 Mds USD pour moderniser ou créer de nouveaux aéroports dans les cinq prochaines années, à commencer par 2,3 Milliards USD et 15 nouveaux aéroports sur 2018-2019.
Le plan UDAN favorisant la connectivité aérienne régionale a largement contribué à la remise en conditions opérationnelles de nombreuses plateformes aéroportuaires non exploitées ou sous exploitées. D’ici 2020, on estime que 250 nouveaux aéroports seront opérationnels.
Les « metro airports » gérés en PPP financent leur expansion ou leurs opérations de maintenance grâce aux revenus non aéronautiques (comme à Delhi ou Hyderabad).
Le gouvernement vient d’introduire le plan DigiYatra qui doit permettre la mise en place d’un écosystème digital favorisant la satisfaction passager  grâce à la biométrie.


- AAI a publié les appels à candidature (Requests For Proposals) pour des entreprises souhaitant faire une offre de technologie de reconnaissance faciale pour 4 aéroports publics dans le cadre du plan Digi Yatra : Pune, Varanasi, Kolkata, Vijayawasa. L’attribution du marché devrait avoir lieu d’ici fin avril 2019. Parallèlement, les aéroports gérés en PPP d’Hyderabad et Bangalore sont également réputés mettre en place l’embarquement biométrique très rapidement.
La première tour de contrôle à distance à été installée sur l’aéroport de Vellore. Tant qu’elle n’est pas opérationnelle, le contrôle reste assuré par une tour mobile à Chennai.

- L’Autorité des aéroports de l’Inde (AAI) a lancé un appel à manifestation d’intérêts (RFP request for proposal) pour les aéroports de  Lucknow, Jaipur, Ahmedabad, Guwahati, Mangaluru et Thiruvananthapuram. Le gouvernement veut céder à des acteurs privés les opérations, la gestion et le développement de ces six aéroports en expansion pour les 50 prochaines années. Après que Delhi et Mumbai ont été rachetés il y a une décennie, c’est donc la deuxième grande série de privatisations d'aéroports en Inde. La date limite de soumission des offres est le 14 février. A noter que le concessionnaire paiera à AAI mensuellement une redevance par passager pour chaque passager, domestique et international, géré par l’aéroport ; à charge pour le concessionnaire de récupérer les sommes dues par les utilisateurs de la plateforme.


7) Aéroports :


- L’aéroport international de Kannur, développé en PPP, est le 4ème aéroport international du Kerala. Il a été inauguré en présence du Ministre Suresh Prabhu le 9 décembre, avec des vols opérés par Air India Express et GoAir pour l’instant. Il dispose de 20 places de stationnement pour des avions « C » et de 14 places supplémentaires pour des avions « E ». Le gouvernement du Kerala a annoncé à cette occasion qu’il était prêt à faire une proposition pour la reprise de l’aéroport de Trivandrum, que le gouvernement central a décidé de privatiser.


- Le Chief Minister du Nagaland a pris la décision de créer un second aéroport dans son état, près de la capitale Kohima.


- L’aéroport international de Patna vient de se doter de 420 mètres de système lumineux d’approche de façon à permettre les opérations même en cas de brouillard.


- L’aéroport de Mumbai a encore battu un record de fréquentation, avec 1 007 mouvements le 9 décembre, imputables en partie à des opérations charters pour acheminer les convives venus assister aux célébrations prénuptiales avant le mariage d’Isha, la fille de Mukesh Ambani, au sud de Mumbai.


- Le futur aéroport de Jewar, qui doit désengorger l’aéroport de Delhi, sera développé en PPP, a annoncé le gouvernement d’Uttar Pradesh.


- L’aéroport de Chennai a enregistré 69 incidents de bris de glace depuis qu’il a commencé ses opérations en 2013. 35 de ces incidents sont imputables à la présence de sulfure de nickel dans le verre. Selon un représentant d’AAI qui gère l’aéroport, 3 compagnies aériennes se renseignent pour lancer des opérations vers Tokyo (All Nippon Airways), Rome (Alitalia) et une autre ville finlandaise (Finnair).


- La DGCA a donné son accord pour des vols commerciaux opérés à Bilaspur, qui devient ainsi le 3ème aéroport de Chhattisgarh, après Raipur et Jagdalpur, à disposer d’une licence.


- L’aéroport de Coimbatore a marqué l’histoire en transportant dimanche à Guwahati des machines pesant 15 000 kg. Un avion géant, l'IL-76, a été importé d'un pays du Golfe spécialement pour gérer ce transport. Le fret indien domestique est passé de 4 361 tonnes en 2017 à 5 275 tonnes en 2018; le fret international, il est passé de 1 546 tonnes en 2017 à 2 180 tonnes cette année. Cela représente une croissance de 20,95% et 41%, respectivement.

 

8) Sécurité aérienne :


- La FAA a également conduit un audit de suivi les 31 octobre et 1er novembre et a précisé le 18 décembre que l’Inde resterait en « catégorie 1 ».


- Un audit de suivi veille à vérifier la mise en place, par la DGCA, de mesures correctives par rapport aux observations notifiées pendant l’audit initial, de façon à s’assurer d’un niveau de sécurité de l’aviation conforme aux standards internationaux. Le DGCA indien se dit par ailleurs confiant quant au résultat de l’audit de suivi USOAP réalisé par l’OACI du 12 au 21 novembre et annonce même un score de 74% de conformité, contre 57,44% obtenu pendant l’audit de 2017.


- Les pilotes indiens de Boeing 737 Max 8 (le même modèle que l’avion de la compagnie Lion Air qui s’est écrasé) estiment que les instructions de la DGCA développant une série de protocoles à suivre en cas de problème avec le MCAS (Manoeuvring Characteristics Augmentation system) sont inapplicables en l’état pour deux raisons : l’Inde ne dispose pas de simulateur de vol pour ce type d’appareils et aucune notice détaillée n’est fournie avec la réglementation.


- A Kochi, un avion de la compagnie IndiGo a dû faire demi-tour après qu’un passager anxieux a ouvert la porte de secours de l’appareil pendant le roulage. La DGCA a ouvert une enquête.


- Selon les données fournies par la DGCA début décembre, le nombre d’airprox en Inde s’élève déjà à 7 en 2018, contre 5 en 2017. Le nombre d’incidents sérieux pour 10 000 départs de Janvier à Octobre est de 0,12 quand le nombre d’impacts avec la faune pour 10 000 mouvements est de 4,84.


- Le vol 6 E 237 transportant 136 passagers entre Jaipur et Kolkata a fait un atterrissage d’urgence à Kolkata à cause de fumées dans la cabine et le cockpit le 11/12/2018. L’AAIB (qui enquête sur les incidents et les accidents en Inde sous la responsabilité du MoCA) devrait soumettre prochainement son rapport. Selon certaines sources, la fumée pourrait être imputable à une fuite d’huile dans le système d’air.


- La DGCA a suspendu les deux pilotes du vol 9W 732 en attendant de savoir si le recul de l’appareil au moment où les passagers s’apprêtaient à débarquer à Delhi était le fait d’une erreur humaine ou d’un dysfonctionnement des freins le 11/12/2018.


- Le CFOI adjoint de la DGCA (Chief Flights Ops Inspectors) a été démis de ses fonctions le 20/12 pour avoir emmené sa femme et sa belle-sœur dans la cabine d’un Pilatus de la compagnie Air Charter Services Pvt Ltd pendant un vol de revalidation des deux pilotes comme examinateurs le 4 décembre dernier. Des photos ont circulé où l’on voyait les convives boire du vin avec le patron de la compagnie et sa femme. Pour sa défense, Captain Anand a fait valoir que ce genre de choses s’était déjà produit par le passé et que sa femme avait réglé son billet.


- Un avion de Jet Ariways, 9W 252, qui était parti de Mumbai pour Colombo le 11 décembre, a fait demi-tour et a atterri à Mumbai à cause d’un problème technique.


- Pour faire face aux fréquents incidents d'oiseaux à l'aéroport international Sardar Patel, la municipalité d'Ahmedabad a décidé de supprimer toutes les constructions illégales autour du mur d'enceinte de l'aéroport. L’AMC avait déjà mené une enquête et identifié 198 résidences dans la région.


- La pollution et le froid entraînant une faible visibilité ont retardé plus de 100 vols en décembre, notamment à Chandigarh, Pune, Raipur et à Delhi.

 

9) Sureté :


- L’autorité de surveillance de la sureté, le BCAS (Bureau of Civil Aviation Security) a donné son approbation pour l’installation, à Mumbai, Delhi et Hyderabad, de scanners tomographiques 3D pour l’inspection des bagages. La mise en service de cette technologie devrait permettre de réduire le temps de passage de la sureté et permettre aux employés de CISF (Central Industrial Security Force, en charge de la sureté aéroportuaire des 60 aéroports les plus fréquentés d’Inde) de se concentrer plutôt sur le profilage des passagers.


- La presse relaie les inquiétudes de l’OACI sur le niveau de conformité de l’Inde en matière de sureté et avance une nouvelle baisse de 17% par rapport à l’audit précédent. L’OACI a fait part de ses préoccupations concernant la sureté des aéroports et autres infrastructures aéronautiques en Inde à la suite d'un audit à l'aéroport de Chennai et du Bureau de la sécurité de l'aviation civile (BCAS). L’OACI estime que le BCAS, qui n’est pas un régulateur indépendant, n’est peut-être pas à même de surveiller la sureté aéroportuaire. L’audit de l’OACI à l’aéroport de Chennai en mars a révélé des lacunes criantes en matière de sureté (équipements de filtrage de mauvaise qualité, gestion des documents de voyage...)


- L’aéroport de Bangalore met en œuvre une solution de prévention des fuites de données (DLP data leak prevention), une solution de déni de service distribué (DDoS), une gestion des identités / accès privilégiés et une solution de sureté avancée des terminaux, qui renforceront le mécanisme de cybersécurité.


- Le vol 6 E 3612 de Mumbai à Delhi est parti avec plus d’une heure de retard le 15 décembre à la suite de l’annonce par un passager d’une possible bombe à bord. Après investigation, la passagère s’est révélée folle.


- IndiGo a porté plainte auprès de la police de l’aéroport Rajiv Gandhi d’Hyderabad pour remise frauduleuse de cartes d’embarquement à des passagers internationaux à destination des pays du Golfe le 15 décembre par 4 de ses agents de billetterie, en cheville avec un agent de voyage.

 

10) Du côté du Népal :


- Le Cambodge et le Népal viennent de signer leur premier accord aérien autorisant 14 vols hebdomadaires dans les deux sens. Aucune restriction pour les vols cargo.


- Le 4 décembre 2018, la DGAC a accueilli à Toulouse la CAA Népalaise pour la tenue du 2ème Comité de pilotage de l’Accord bilatéral de coopération technique signé entre la France et le Népal en septembre 2017. L’objectif de cet accord est d’accompagner la CAAN dans sa montée en compétence de surveillance des opérateurs. Ceci illustre l’engagement de la DGAC dans l’initiative de l’OACI « No Country Left Behind ». Cette coopération est d’autant plus importante que la Commission Européenne a maintenu les compagnies aériennes népalaises sur sa liste noire. Cette décision, qui maintient l’interdiction de vol des compagnies népalaises vers le territoire européen en vigueur depuis désormais plus de cinq ans, a été motivée par l’absence de progrès significatifs sur les 43 points d’alerte soulevés auprès des autorités népalaises. La Commission, qui a identifié au moins quatre accidents significatifs depuis le début d’année, aurait récemment rejeté la requête de la CAAN népalaise en vue de la réalisation d’une évaluation sur site, qu’elle jugerait encore prématurée à ce stade de la procédure.

 

11) Evénements :


- L’association « Women in Aviation International, India Chapter », en partenariat avec Lockheed Martin et AAI (Airports Auhtority of India), a célébré les femmes le jour de « International Aviation Day » en invitant 90 élèves à une conférence sur le devenir des STEM en Inde (Science, Technology, Engineering and Mathematics). Si le pourcentage de femmes pilotes en Inde est de 12%, contre à peine 5% mondialement, les femmes sont encore sous représentées dans les professions aéronautiques comme la maintenance, l’ingénierie et le contrôle aérien. 10 cours IATA ont été offerts à de jeunes femmes venant de milieux défavorisés pour leur donner les moyens de se préparer à une carrière dans l’aviation. A noter que depuis 2017, Air India a introduit des rangées exclusivement réservées aux femmes, Vistara également sous la forme d’un « Woman flyer » service proposé aux femmes voyageant seules qui bénéficient d’un siège côté hublot ou couloir exclusivement.


- Le 10 décembre 2018 s’est tenue au Service Economique de l’Ambassade de France à Delhi la 1ère réunion du Comité GIFAS Inde, sous la présidence du directeur international du GIFAS.  M. Bertrand Leroi est désormais installé à Delhi pour animer le réseau des entreprises françaises appartenant au GIFAS et ayant un siège en Inde : Airbus, Dassault, Safran, Thalès pour n’en citer que quelques-unes. L’Attaché d’Armement et la Conseillère Aviation Civile étaient invités, la Directrice de Business France et le Chef du Pôle Clean Tech également.


- Le 12 décembre s’est tenue au Service Economique de l’Ambassade de France à Delhi la 2ère réunion du Comité Aerospace and Defence de la Chambre de Commerce franco-indienne, l’IFCCI, sous la présidence de Stéphane Lavigne. Une quinzaine de représentants d’entreprises françaises et indiennes du secteur ont participé. L’Attaché d’Armement et la Conseillère Aviation Civile étaient invités.


- Les 17 & 18 décembre, des représentants de BPI France et SACE, agences française et italienne d’assurance-crédit export, ont rencontré, en présence de représentants ATR et de la Conseillère Aviation Civile, des cadres de la DGCA, IndiGo, Jet Airways, et de banques indiennes.


- Le 10 décembre 2018 a marqué le Centenaire du premier vol en provenance d’Angleterre ayant atterri en Inde.
- Nominations : Greg Taylor, le CEO d’IndiGo en poste depuis avril 2018, pourrait être remplacé par Ronojoy Dutta dans les prochaines semaines. Tous les deux ont travaillé chez United Airlines.


12) Agenda :


2nd Global Aviation Summit India : 15-16 Janvier 2019, Mumbai « Flying for all » 
http://www.globalavationsummit.in/delegate-registration.html


2nd MRO South Asia  Summit 2019 : 17-18 Janvier 2019, Delhi
http://www.cvent.com/events/mro-south-asia-summit-2019/event-summary-6f132bed5673494f9dc74727e9e018f8.aspx?i=69620b0d-0a99-48cf-b798-dc92030d8d73


Conférence CAPA Asie du Sud 2019 : 12-14 février 2019, Delhi
https://inas19.capaevents.com/agenda?utm_term=VIEW%20FULL%20AGENDA&utm_campaign=A%20Master%20Class%20in%20Indian%20Aviation&utm_content=email&utm_source=Act-On+Software&utm_medium=email&cm_mmc=Act-On%20Software-_-email-_-A%20Master%20Class%20in%20Indian%20Aviation-_-VIEW%20FULL%20AGENDA


AeroIndia 2019 : 20-24 février 2019, Bangalore
https://aeroindia.gov.in/Aero-India