Le 8 novembre 2018, l’Etat camerounais a signé les accords de financement pour la construction de la centrale hydroélectrique de Nachtigal d’une capacité installée de 420 MW, qui sera la plus puissante du pays. La première pierre devrait être posée au début du mois de décembre et la livraison de l’infrastructure devrait avoir lieu en 2023.Ce barrage revêt une importance stratégique pour le Cameroun puisqu’il permettra d’augmenter la production nationale d’électricité de 30% et de satisfaire la demande croissante du pays (qui progresse de 5% par an selon la Banque Mondiale). Il améliorera également le taux d’électrification de la population (qui se situe autour de 50% actuellement). Enfin, le contrat d’achat d’électricité conclu avec Eneo prévoit un tarif compétitif (6,2 cts€/kWh) qui contribuera à réduire le tarif moyen de l’électricité au niveau national.Le montant total du projet atteint 1,1 Md€, répartis entre les financements d’un groupement de 15 bailleurs (dont nota

 

 

Le 8 novembre 2018, l’Etat camerounais a signé les accords de financement pour la construction de la centrale hydroélectrique de Nachtigal d’une capacité installée de 420 MW, qui sera la plus puissante du pays. La première pierre devrait être posée au début du mois de décembre et la livraison de l’infrastructure devrait avoir lieu en 2023.

Ce barrage revêt une importance stratégique pour le Cameroun puisqu’il permettra d’augmenter la production nationale d’électricité de 30% et de satisfaire la demande croissante du pays (qui progresse de 5% par an selon la Banque Mondiale). Il améliorera également le taux d’électrification de la population (qui se situe autour de 50% actuellement). Enfin, le contrat d’achat d’électricité conclu avec Eneo prévoit un tarif compétitif (6,2 cts€/kWh) qui contribuera à réduire le tarif moyen de l’électricité au niveau national.

Le montant total du projet atteint 1,1 Md€, répartis entre les financements d’un groupement de 15 bailleurs (dont notamment la Banque Mondiale, l’AFD, Proparco, la BAD, etc.) pour un montant de 850 M€ et un apport en capitaux de 260 M€ (d’EDF, de l’Etat camerounais et de la SFI) pour la création de la société projet NHPC (Nachtigal Hydro Power Company). Le recours à un partenariat public privé représente une nouveauté car ce mode de financement est encore rare pour les projets hydroélectriques en Afrique subsaharienne. Il permettra à l’Etat de développer une infrastructure structurante sans alourdir significativement son endettement.

La construction du barrage a été confiée à plusieurs sociétés internationales, le consortium Besix-NGE-STMG sera notamment chargé des travaux de génie civil alors que Bouygues Energie Services et General Electric fourniront respectivement les lignes de transmission et les turbines.