Mexique Relation Mexique / Etats-UnisDans le cadre de la renégociation de l’ALENA, les Etats-Unis et le Mexique ont trouvé un accord préliminaire le 27 août.Le Mexique et les Etats-Unis ont a aussitôt engagé le Canada à s’incorporer à l’accord trouvé.Or les  délais sont extrêmement courts pour le Canada. D. Trump souhaiterait soumettre l’accord bilatéral au Congrès dès le 31 aout afin de tenir compte des échéances politiques au Mexique (investiture du 1er décembre) et surtout aux Etats-Unis (mid-term du 6 novembre puis entrée en fonction du nouveau Congrès en janvier 2019). D. Trump souligne que le Canada serait libre de rejoindre l’accord Mexique - Etats-Unis ou de passer un accord bilatéral avec les Etats-Unis. L’incertitude demeure donc sur le maintien de l’ALENA en format trilatéral.En parallèle des négociations ALENA, Etats-Unis et Mexique auraient un projet d’accord fixant une limite aux exportations mexicaines d’automobiles exemptées de droits de douane vers les Etats-Unis,

Mexique

Relation Mexique / Etats-Unis

  • Dans le cadre de la renégociation de l’ALENA, les Etats-Unis et le Mexique ont trouvé un accord préliminaire le 27 août.
  • Le Mexique et les Etats-Unis ont a aussitôt engagé le Canada à s’incorporer à l’accord trouvé.
  • Or les  délais sont extrêmement courts pour le Canada. D. Trump souhaiterait soumettre l’accord bilatéral au Congrès dès le 31 aout afin de tenir compte des échéances politiques au Mexique (investiture du 1er décembre) et surtout aux Etats-Unis (mid-term du 6 novembre puis entrée en fonction du nouveau Congrès en janvier 2019). D. Trump souligne que le Canada serait libre de rejoindre l’accord Mexique - Etats-Unis ou de passer un accord bilatéral avec les Etats-Unis. L’incertitude demeure donc sur le maintien de l’ALENA en format trilatéral.
  • En parallèle des négociations ALENA, Etats-Unis et Mexique auraient un projet d’accord fixant une limite aux exportations mexicaines d’automobiles exemptées de droits de douane vers les Etats-Unis, afin pour le Mexique de se protéger de probables mesures protectionnistes unilatérales qu’imposerait D. Trump au niveau mondial.
  • Dans ce contexte d’accord bilatéral, D. Trump a cependant réitéré que le mur construit à la frontière mexicaine sera à terme payé par le Mexique.

Economie

  • L’INEGI revoit à la baisse les prévisions du PIB pour le 2nd semestre 2018, anticipant une baisse du PIB mexicain de 0,2% entre le 1er et le 2nd semestre 2018 (contre -0,1% prévue initialement). Cette prévision, si elle est confirmée, serait la plus importante enregistrée entre 2 semestres au cours de ces 5 dernières années.
  • Banxico revoit également à la baisse ses prévisions de croissance pour la fin de l’année 2018 : le PIB devrait croître à un taux compris entre 2 et 2,6% en 2018, contre 2 et 3% prévu initialement. La Banque Centrale mexicaine est aussi moins optimiste pour l’année 2019, avec une croissance du PIB prévue entre 1,8 et 2,8%, contre 2,2 et 3,2% attendue initialement. Banxico est plus sceptique que l’INEGI concernant l’objectif d’inflation, étant donnée la hausse des prix des produits énergétiques et l’incertitude internationale pesant sur la stabilité macroéconomique.
  • Selon le groupe financier Ve por Mas, l’inflation convergera vers son objectif de 3% au cours du 2nd semestre 2019.
  • Le taux de change MXN/USD a augmenté de 1,27% entre le 28 et le 29 août, enregistrant un niveau de 18,985 MXN pour 1 USD. En fin de semaine, le MXN poursuit la tendance baissière enregistrée jusqu’alors.
  • Le taux de chômage enregistré au mois de juillet 2018 est identique à celui du mois de juin de la même année, soit 3,4%.
  • La balance commerciale mexicaine est déficitaire de 2,889 Mds USD en juillet 2018. Le déficit commercial a augmenté de 88,8% par rapport au mois de juillet 2017, tiré par le déficit de la balance commerciale pétrolière (580 M ISD) et la dépendance du Mexique aux importations de biens intermédiaires importés.
  • Les exportations mexicaines ont crû de 14,2% en juillet 2018 (par rapport à juillet 2017), poussée par la hausse des exportations pétrolières (+34,2%) et des exportations manufacturières (+13,1%).
  • La hausse des importations (+17,6%) a été plus rapide que celle des exportations (+14,2%), tirée par un accroissement de 56,8% des importations pétrolières et de 13,6% des importations non pétrolières.
  • La hausse des importations et du prix (+63%) du kérosène au cours des 2 dernières années pèsent sur la compétitivité des compagnies aériennes du Mexique, qui font dorénavant face à une hausse du prix du stockage de leur carburant (de 108 pesos par mètre cube à 116 pesos).
  • Au cours de l’année 2018, PEMEX enregistre une baisse de 13 points de % du volume de pétrole brut destiné aux raffineries mexicaines (soit 727 580 barils/jour en moins par rapport à 2008) ; tandis que 64,7% de sa production de brut a été exporté. La proportion de brut exportée par PEMEX au cours de cette année est la plus grande enregistrée depuis 2018 (+12 point de % en 10 ans et +10 points de % par rapport à 2017). Cependant, le brut mexicain s’est vendu en 2018 à un prix inférieur à celui auquel il était vendu en 2008.
  • Selon une enquête réalisée par El Financiero au niveau national par voie téléphonique et sur 420 adultes, 67% des personnes consultées sont d’accord avec le fait qu’une consultation publique soit organisée afin de décider de l’avenir du Nouvel Aéroport International de Mexico (NAIM), et 58% des sondés sont favorables à consultation contraignante. Entre l’option de poursuivre le projet initial ou l’annuler pour aménager l’aéroport de Santa Lucia et opérer 2 aéroports, 56% des sondés seraient pour la continuation du projet initial et 29% seraient contre.

Finances publiques

  • Carlos Urzua, futur Ministre des Finances, annonce vouloir réformer d’ici à 4 ans le système des retraites mexicaines. En effet, la contribution combinée des travailleurs et de leur employeur au compte destiné à financer leur retraite équivaut à 6,5% du salaire de l’assuré, taux inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE (18,4%). Carlos Urzua alerte les maires sur la nécessité d’augmenter la taxe foncières et sa couverture (certaines municipalités ne la collectent pas), notamment pour réduire la dépendance des municipalités aux transferts fédéraux.
  • A la fin de l’année 2018, la part de la dette publique dans le PIB devrait avoir augmenté de 10 point de % depuis le début du mandat d'Enrique Pena Nieto et s’élever à 11,3 Mds MXN.

 

Indicateur

Variation hebdomadaire

Variation sur un an glissant

Niveau du 30/08/18

Bourse (IPC)

-0,23%

-3%

49 649,5

Risque pays (EMBI+Mx)

-2,5%

+1,6%

190

Taux de change USD/Peso

+1,4%

+7,25%

19,0659

Taux de change Euro/Peso

+1,9%

+4,5%

22,2289

Prix du baril de pétrole mexicain (USD)

 

+46,27%

65,62

 Amérique Centrale

  • La CEPAL a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’Amérique Latine et les Caraïbes à 1,5% (contre 2,2% prévu initialement), tout en soulignant l’hétérogénéité des différentes sous-régions : la croissance prévue pour l’Amérique Centrale est de 3,4% contre 1,7% pour les Caraïbes.
  • L’Amérique centrale souffre d’une véritable crise du marché du café.

Costa Rica

  • Après trois mois de relative stabilité, le colón s’est légèrement déprécié face à l’USD.
  • Les débats autour du projet de réforme fiscale secouent le pays.
  • Les entreprises étrangères continuent d’être le moteur de l’emploi et de l’investissement.

El Salvador

  • Les crédits aux entreprises ont augmenté de 6% en juin (g.a), atteignant 6,1 Mds USD de prêts.
  • Selon une étude de la Fondation Salvadorienne pour le Développement (FUSADES), l’insécurité, l’incertitude politique et les faibles niveaux d’investissement sont les principaux facteurs qui affectent la qualité de vie de la population et le climat des affaires.
  • Le projet Bosforo, investissement total de 158 MUSD par AES El Salvador et Corporacion Multi Inversiones (CMI - Guatemala), permettra de construire 10 centrales solaires dans le département de la Union.
  • Les projets de microfinance augmentent de 10% chaque année au Salvador.
  • Le réseau centraméricain et caraïbe de microfinance (Redcamif) comptabilise 143 institutions, qui représentent un total de 2,500 MUSD de prêts dans la région.

Guatemala

  • Au premier semestre, l’activité industrielle a diminué de 5% par rapport à la même période l’an dernier.
  • Les projections de croissance économique du Guatemala sont revues à la baisse, passant de 3,3% à 2,9% , avec 4,25% d’inflation et un déficit fiscal représentant 1,7% du PIB.
  • Les principaux obstacles à la croissance économique sont le manque de confiance des investisseurs (relatif à l’instabilité politique, juridique et à la corruption) mais également le manque de demande interne (à noter sur 17 millions d’habitants, près de 60% vivent dans la pauvreté dont 23,4% dans l’extrême pauvreté).
  • L’appel d’offre pour le développement de la ‘’marque pays Guatemala’’ a été déclaré désert par l’Institut guatémaltèque du tourisme (Inguat).
  • Après avoir suspendu leur aide en 2017, les Etats-Unis participent à nouveau au financement de la Commission Internationale contre l’Impunité au Guatemala (CICIG).
  • Le premier satellite guatémaltèque, Quetzal 1, sera lancé en 2019.

Honduras

  • L’énergie solaire est un moteur pour l’économie hondurienne. Le pays est le premier producteur de solaire d’Amérique centrale.

Nicaragua

  • En raison de la crise qui sévit dans le pays depuis avril, la CEPAL a réduit ses prévisions de croissance pour 2018 de 5% à 0,5%.
  • Le volume d'opérations sur le marché de changes s'est élevé à 1 067 M USD en juillet 2018, enregistrant une augmentation de 13% (g.a).
  • Au premier semestre, le déficit commercial a atteint 1,3 Mds USD, soit une augmentation annuelle de 2,8%.  
  • Le Nicaragua ratifie l’accord de libre-échange avec la Corée du Sud. 
  • En 2016, les pays d’Amérique centrale ont exporté 142,6 MUSD vers la Corée du Sud et importé 1,08 milliard.
  • Au premier semestre, l'indice d'activité économique mensuel (IMAE) a augmenté de 3,21% (g.a).

Panama

  • Dans un nouveau rapport, la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPAL) a revu à la baisse les perspectives de croissance pour le Panama en 2018, passant de 5,6% en Avril dernier à 5,2%.
  • Le futur de la Caisse de Sécurité Sociale (CSS) est en plein débat.
  • La compagnie Metro de Panamá signe un accord avec le japonais Hitachi pour l’approvisionnement de l’ensemble de l’équipement et des wagons de la ligne 3 du métro.

Caraïbes

Bahamas

  • Les Bahamas enregistrent une forte hausse d’arrivées de touristes internationaux, +10% par rapport à 2017.

Haïti

  • La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) prévoit 1,8% de croissance pour l'exercice 2018.

Jamaïque

  • Selon le Planning Institute of Jamaica (PIOJ), l’économie jamaïcaine a enregistré une croissance de 1,8% entre Avril et Juin 2018.
  • L’agence de notation AM Best a amélioré le classement de la Jamaïque (passage de la catégorie 5 de risque au niveau 4) suite aux évaluations de son système économique, politique et financier.

République Dominicaine

  • La dette du secteur public non financier (SPNF) représente 39,8% du PIB sur les 7 premiers mois de l’année.

Trinité-et-Tobago

  • Trinité-et-Tobago signe un accord gazier avec le Venezuela.