Les deux taux de change qui coexistaient jusqu’à présent ont été unifiés lundi soir à 42 000 IRR /1 USD suite au décrochage du taux de change libre. Le taux de change officiel, qui était établi à 37 800 IRR/1 USD, était utilisé essentiellement pour l’importation de biens de première nécessité, et le taux de change libre (60 000 IRR/1 USD avant l’unification selon Bloomberg) était déterminé par les règles du marché, où s’effectuent l’essentiel des transactions. L’écart entre les deux taux de change a commencé à s’accentuer en 2017 suite à l'accélération du « délistage » des biens éligibles au taux de change officiel en vue de permettre l'unification des deux taux de change. L’écart a continué à se creuser après l’annonce en janvier 2018 par D. Trump de la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire, si ce dernier n’était pas remanié avant mi-mai. Lundi dernier, le taux de change libre a perdu 10 % en une journée et a poussé les autorités à annoncer l’unification des deux taux d

Les deux taux de change qui coexistaient jusqu’à présent ont été unifiés lundi soir à 42 000 IRR /1 USD suite au décrochage du taux de change libre. Le taux de change officiel, qui était établi à 37 800 IRR/1 USD, était utilisé essentiellement pour l’importation de biens de première nécessité, et le taux de change libre (60 000 IRR/1 USD avant l’unification selon Bloomberg) était déterminé par les règles du marché, où s’effectuent l’essentiel des transactions. L’écart entre les deux taux de change a commencé à s’accentuer en 2017 suite à l'accélération du « délistage » des biens éligibles au taux de change officiel en vue de permettre l'unification des deux taux de change. L’écart a continué à se creuser après l’annonce en janvier 2018 par D. Trump de la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire, si ce dernier n’était pas remanié avant mi-mai. Lundi dernier, le taux de change libre a perdu 10 % en une journée et a poussé les autorités à annoncer l’unification des deux taux de change. Cette unification brutale des taux de change aura probablement des conséquences importantes pour les entreprises iraniennes exportatrices, qui doivent faire face à un rial iranien plus fort.

 

À lire aussi cette semaine :

► Indonésie : relèvement de la note souveraine du pays par Moody’s

► Egypte : nouvelle émission d’Eurobonds

► Brésil : nouvelle baisse de l’inflation

► Point marchés financiers émergents