Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a pu échanger avec une vingtaine de sociétés françaises à l’hôtel Crowne Plaza où s’est déroulée la séquence « secteur privé » de la conférence sur la reconstruction de l’Irak, organisée par l’État du Koweït du 12 au 14 février.Après la clôture de la « session investissements » organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Koweït, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a rencontré une vingtaine de sociétés françaises de divers secteurs (hydrocarbures, aéronautique, énergie, agriculture, infrastructures, télécommunications et finance).Dans son propos liminaire, le ministre a rappelé que la reconstruction de l’Irak était un enjeu majeur pour la France. Notre pays, second contributeur au sein de la coalition internationale anti-Etat Islamique, devait maintenant partir à la conquête des nouveaux marchés irakiens. Il se félicitait du nombre d’entreprises françaises présentes à cette conférence, au même niveau qu

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a pu échanger avec une vingtaine de sociétés françaises à l’hôtel Crowne Plaza où s’est déroulée la séquence « secteur privé » de la conférence sur la reconstruction de l’Irak, organisée par l’État du Koweït du 12 au 14 février.

Après la clôture de la « session investissements » organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Koweït, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a rencontré une vingtaine de sociétés françaises de divers secteurs (hydrocarbures, aéronautique, énergie, agriculture, infrastructures, télécommunications et finance).

Visite à Koweit de jean-Yves Le Drian

Dans son propos liminaire, le ministre a rappelé que la reconstruction de l’Irak était un enjeu majeur pour la France. Notre pays, second contributeur au sein de la coalition internationale anti-Etat Islamique, devait maintenant partir à la conquête des nouveaux marchés irakiens. Il se félicitait du nombre d’entreprises françaises présentes à cette conférence, au même niveau que l’Italie et le Royaume-Uni : « investir en Irak aujourd’hui reste à la fois un pari et une chance et nos entrepreneurs ont besoin de garanties solides en matière de sécurité physique, juridique et environnementale. Je crois qu’elles leur ont été données », a souligné Jean-Yves Le Drian, évoquant les réformes structurelles promises par Bagdad.

Le ministre a ensuite fait une annonce majeure : la création d’un groupe de travail spécifique pour aider les sociétés françaises à appréhender et à s’implanter sur le marché irakien, que le ministre pilotera et co-présidera avec la Commission Nationale des Investissements irakienne.

En marge de l’événement, une présentation complémentaire du marché irakien ainsi qu’une description des potentialités du Koweït ont été proposées aux sociétés françaises par les deux services économiques concernés.

Photo de la visite de Jean-Yves Le drian