Au cours des dix dernières années, le secteur des télécommunications a connu une croissance rapide liée à la libéralisation du marché voulue par la Nigerian Communication Commission (NCC), aux stratégies marketing agressives des principaux opérateurs mobiles et à une offre adaptée aux besoins de la population. En 2000, avant la libéralisation, on comptait 400 000 souscripteurs téléphoniques (majoritairement des lignes fixes) contre plus de 152 millions en mars 2017 (à 99% des lignes mobiles). En plein essor, les télécommunications nigérianes offrent des perspectives prometteuses relatives à l’internet mobile, au e-commerce, aux banques en ligne, à la gestion des antennes-relais ainsi qu’au développement de l’ensemble des infrastructures nécessaires au secteur.

Au cours des dix dernières années, le secteur des télécommunications a connu une croissance rapide liée à la libéralisation du marché voulue par la Nigerian Communication Commission (NCC), aux stratégies marketing agressives des principaux opérateurs mobiles et à une offre adaptée aux besoins de la population. En 2000, avant la libéralisation, on comptait 400 000 souscripteurs téléphoniques (majoritairement des lignes fixes) contre plus de 152 millions en mars 2017 (à 99% des lignes mobiles). En plein essor, les télécommunications nigérianes offrent des perspectives prometteuses relatives à l’internet mobile, au e-commerce, aux banques en ligne, à la gestion des antennes-relais ainsi qu’au développement de l’ensemble des infrastructures nécessaires au secteur.