Lors de sa réunion du 7 octobre 2016, le G7 « Finances », qui rassemble les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des pays du G7, a adopté des principes fondateurs destinés à structurer de manière homogène et globale la cybersécurité du secteur financier. Face à l’accroissement des attaques qui deviennent plus sophistiquées et fréquentes, la protection des entités du secteur financier devient en effet un enjeu mondial.Ces principes, appelés « éléments fondamentaux », requièrent l’établissement d’une stratégie et d’un cadre de cybersécurité, l’organisation d’une gouvernance interne solide, la mise en place d’un cadre d’analyse et de gestion du risque, ainsi que la mise en oeuvre d’actions de surveillance, de moyens d’intervention et de rétablissement.Pour mieux se prémunir des attaques, ce texte prône en outre l’échange d’informations ainsi que la mise en place de processus de retour d’expérience. Crédit illustration benoitb / Getty Images

Lors de sa réunion du 7 octobre 2016, le G7 « Finances », qui rassemble les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des pays du G7, a adopté des principes fondateurs destinés à structurer de manière homogène et globale la cybersécurité du secteur financier. Face à l’accroissement des attaques qui deviennent plus sophistiquées et fréquentes, la protection des entités du secteur financier devient en effet un enjeu mondial.

Ces principes, appelés « éléments fondamentaux », requièrent l’établissement d’une stratégie et d’un cadre de cybersécurité, l’organisation d’une gouvernance interne solide, la mise en place d’un cadre d’analyse et de gestion du risque, ainsi que la mise en oeuvre d’actions de surveillance, de moyens d’intervention et de rétablissement.

Pour mieux se prémunir des attaques, ce texte prône en outre l’échange d’informations ainsi que la mise en place de processus de retour d’expérience.

 

Cybersécurité

Crédit illustration benoitb / Getty Images