Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Roumanie
 

Roumanie

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Bulgarie

La Roumanie est un pays de taille intermédiaire du sud-est de l’Europe (9ème par la taille et 7ème par la population – 19,95 millions d’habitants – au sein de l’Union Européenne). Bordée par la mer Noire, elle partage des frontières avec deux autres pays de l’UE, la Hongrie et la Bulgarie, ainsi qu’avec la Serbie, la Moldavie et l’Ukraine.

Entrée dans l’UE en 2007 avec la Bulgarie, la Roumanie est l’un des Etats-membres les plus pauvres de l’Union avec un PIB par habitant égal à 57% de la moyenne européenne en 2015 (en standards de pouvoir d’achat). La taille de son marché et son potentiel de développement, dans le cadre de convergence promu par l’UE, laissent espérer une amélioration progressive, la Roumanie ayant connu un rythme de rattrapage économique parmi les plus élevés de l’UE entre 2006 et 2016 (environ 2 pp PIB SPA par an).

La Roumanie a connu une croissance forte de 2002 à 2008 (+6,7% de PIB par an en moyenne) tirée par la consommation, le crédit et l’afflux de capitaux étrangers. Le pays a ensuite été durement touché par la crise, qui s’est accompagnée d’une forte dégradation du solde budgétaire (-7,1% du PIB en 2009) et du compte courant (-11,5% en 2008).

Grâce notamment à trois programmes du FMI et de la Commission européenne (2009-2013), la situation économique s’est nettement améliorée et la Roumanie a rééquilibré ses comptes, tant sur le plan du déficit budgétaire (-0,8% en 2015) que du solde courant (-1,1% en 2015), et renoué avec la croissance (3,8% en 2015). Soutenue par une politique budgétaire pro-cyclique très accommodante lancée en 2015 par le gouvernement Ponta et poursuivie par les gouvernements suivants (baisse de TVA de 5 pp sur la période 2015/17, hausse du salaire minimum, hausse des salaires dans la fonction publique, etc.), l’économie roumaine a connu une nouvelle accélération en 2016, affichant l’un des taux de croissance les plus élevés de l’UE (4,8%) grâce au dynamisme de la consommation des ménages, principal moteur de l’activité. Les finances publiques se sont toutefois dégradées à partir de l’exercice 2016 (déficit budgétaire de 3,0% en ESA). Le gouvernement de coalition PSD-ALDE (sociaux-démocrates et libéraux) issu des élections législatives du 11 décembre 2016, qui mène une politique de soutien au pouvoir d’achat à destination des revenus modestes, table pour 2017 sur une forte croissance (5,2%) et un déficit budgétaire de 2,96%.   

La Roumanie dispose de nombreux atouts. Outre un marché de taille significative, le pays bénéficie d’une forte tradition industrielle et d’un coût de main d’œuvre attractif au sein de l’UE. Ces deux éléments ont contribué au développement d’un secteur industriel dynamique, en particulier dans l’automobile, mais aussi dans les activités de service (informatique et communication, transports). En 2016, l’industrie représentait 23% du PIB roumain. La Roumanie possède par ailleurs un secteur agricole qui présente un potentiel considérable même s’il demeure insuffisamment exploité.

La Roumanie n’est pas membre de la zone euro mais affiche son ambition de la rejoindre, sans toutefois avoir annoncé de calendrier. Au premier semestre 2019, la Roumanie assurera la présidence du Conseil de l’Union européenne.

La France occupe une position économique solide en Roumanie. Les échanges commerciaux bilatéraux se sont élevés à plus de 7 milliards d’euros en 2016. Notre pays est le 3ème destinataire des exportations roumaines et le 4ème fournisseur de la Roumanie avec une part de marché de 5,6%. La France est par ailleurs le 5ème investisseur étranger en Roumanie, avec un stock de 4,2 milliards d’euros. Le registre du commerce roumain recense 2300 entreprises françaises qui emploient plus de 90 000 personnes. 

Le Service Économique de Bucarest réalise des analyses économique et financière, sectorielles (infrastructures, énergie, environnement, transports, climat) et thématiques (secteur public, accès au marché, questions commerciales, négociation multilatérale) ; il assure le suivi des programmes de surveillance financière et des relations avec les bailleurs de fonds ainsi que des problématiques européennes. Il  traite des relations économiques et financières entre la France et la Roumanie, dont le soutien aux grands contrats et la défense des intérêts des investisseurs français.

Ressources

  • Les échanges commerciaux de la France avec la Roumanie en 2016 - 10/04/2017

    Les échanges commerciaux bilatéraux ont augmenté de 9,3% en 2016 par rapport à 2015, à 7,4 Mds EUR. La France enregistre un solde commercial déficitaire avec la Roumanie (157 MEUR), pour la première fois depuis 2011, en raison de l’accélération de...

  • La situation économique et financière de la Roumanie en 2016 - 21/03/2017

    La croissance du PIB, qui a atteint 4,8% en 2016 (contre 3,9% en 2015), a très largement reposé sur la consommation des ménages qui ont bénéficié des mesures pro-cycliques du gouvernement (baisse de la TVA, augmentation des salaires dans la foncti...

Roumanie

Focus sur

Le secteur ferroviaire en Roumanie

Malgré l’entrée des acteurs privés sur le marché du transport ferroviaire à partir de 2001, le secteur demeure dominé par des entreprises publiques (CFR Marfa pour le fret et CFR Calatori pour les pas...

- 21/04/2017

La pauvreté en Roumanie, état des lieux, tendances et convergence

Le risque de pauvreté et d’exclusion sociale est élevé en Roumanie à  37,3%. Il semble que cette pauvreté, qui régresse tout de même efficacement depuis l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne ...

- 14/11/2016

L'économie circulaire en Roumanie

L’économie circulaire, qui correspond largement à la collecte, au recyclage, traitement et à la réutilisation des déchets est un système d’organisation de l’économie encadré au sein de l’UE par un e...

- 07/11/2016

Voir tous les Focus sur...