Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Oman
 

Oman

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Emirats Arabes Unis

Avec un PIB d’environ 70 Mds USD, en forte réduction (-20 %) depuis la mi-2014 compte tenu de la chute des cours du baril de pétrole, et une population de plus de 4,5 M d’habitants dont 45,7 % d’immigrés, le Sultanat d’Oman figure dans la catégorie des pays à hauts revenus de la Banque mondiale avec un PIB par habitant supérieur à 17 000 USD (FMI, 2017), lui-même en baisse marquée ces dernières années (recul de -20 % par rapport au PIB par habitant de 2014). Cette performance masque toutefois d’importantes inégalités entre les locaux et la population expatriée, principalement constituée d’une main d’œuvre peu qualifiée majoritairement originaire d’Inde, du Pakistan, du Sri Lanka, du Bangladesh et des Philippines. Fortement affecté par la chute des prix du pétrole, le Sultanat n’en a pas moins enregistré d’importants progrès en matière économique et sociale depuis l’accession au pouvoir du Sultan Qaboos en 1970, notamment sur le plan de l’espérance de vie, de l’éducation et des infrastructures. Fruit d'une vision de long terme, le Sultanat a ainsi profondément évolué, le pays passant d'un stade de pauvreté extrême  tel qu'il figurait au début des années 1970 à un seuil de développement très avancé, le tout en conservant un équilibre entre modernité et traditions. Le développement de l’économie a reposé à l’origine quasi intégralement sur l’exploitation des hydrocarbures qui restent aujourd’hui au cœur du modèle de croissance. En 2016, le secteur des hydrocarbures (pétrole et gaz) représentait ainsi 59 % des exportations et près de 70 % des recettes (FMI) malgré une tendance légèrement baissière (il comptait pour 84 % des exportations et 86 % des recettes en 2005), reflet de la baisse des cours des dernières années mais aussi de la stratégie de diversification et d’industrialisation initiée en 1998 sous le nom de « Vision 2020 ». Le 9ème plan quinquennal qui couvre la période 2016-20, censé parachever les objectifs de ce projet, à savoir favoriser une croissance des secteurs non-pétroliers, créer de l’emploi pour les Nationaux (« omanisation ») alors que le Sultanat connait une croissance démographique très soutenue (3,2 %), et développer le rôle du secteur privé et des PME, appelle toutefois à une nette accélération des projets de diversification -alors que les nouvelles technologies utilisées dans le domaine de l’exploration-exploitation des hydrocarbures garantissent aujourd’hui une stabilité de la production de l’ordre de 16 ans- pour atteindre les objectifs fixés. Cinq secteurs sont aujourd'hui plus spécifiquement ciblés: l’industrie manufacturière, le tourisme, la logistique, la pêche et le secteur des mines.

Ressources

  • Situation économique et financière (août 2017) - 26/08/2017

    1.              Une activité lourdement pénalisée par la faiblesse de prix du pétrole depuis 3 ans Alors qu’Oman avait connu une croissance annuelle moyenne supérieure à 4 % au cours du 8ème Plan (2012-16), l’activité a sensiblement fléchi à part...