Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Hong-Kong
 

Hong-Kong

Les zones de compétences de ce site sont: Macao

Depuis sa rétrocession à la République populaire de Chine, intervenue le 1er juillet 1997, et dont le vingtième anniversaire a été célébré le 1er juillet 2017, en présence du Président chinois, Xi Jinping, Hong Kong bénéficie, comme Macao, d’un statut particulier de « Région Administrative Spéciale ». A ce titre, Hong Kong est doté de sa propre constitution, dite « Loi Fondamentale » (basic law), qui dispose que « le système capitaliste et le mode de vie du territoire demeureront inchangés pour les cinquante ans à venir » et garantit ainsi d’ici 2047 à Hong Kong « un large degré d'autonomie » par rapport aux autorités centrales de Pékin.

Dans la pratique, les questions relatives à la défense et aux affaires étrangères relèvent de la compétence exclusive du gouvernement central tandis que tous les autres domaines de l’action publique demeurent de la seule responsabilité du gouvernement local. Tel est en particulier le cas en matière économique, où Hong Kong a conservé tous les attributs traditionnels de la souveraineté (monnaie, douane, système juridique autonome, budget propre, etc.). Hong Kong est membre de plein droit du FMI, de l’OMC, et du Comité de Bâle, mais participe au G20 au sein de la délégation chinoise.

Entité économique autonome, Hong Kong exerce une influence qui va bien au-delà de sa taille très modeste (7,3 millions d’habitants pour 1100 km²). Il a joué un rôle de premier plan dans le décollage de l’économie chinoise en y délocalisant la totalité de sa production manufacturée dans les années 80. Aujourd’hui encore, on estime que les capitaux hongkongais contrôlent quelque 60 000 entreprises employant plus de 10 millions de personnes en Chine du sud. Dans le même temps, Hong Kong s’est transformé en un centre de services de rang international, prolongeant son rôle traditionnel d’interface entre la Chine continentale et le reste du monde dans le domaine de la finance et des services commerciaux. Ainsi, environ un quart du commerce extérieur entre la Chine et le reste du monde demeure géré, directement ou indirectement, par Hong Kong. De même, en matière financière, les investissements directs entrant et sortant de Chine continuent majoritairement à transiter par Hong Kong. Plus récemment, le développement du marché du renminbi (RMB) off-shore a permis à Hong Kong de consolider son rôle comme centre de financement au service de la Chine continentale et comme plateforme pilote de l’internationalisation de la monnaie chinoise. En 2015, environ 70% des transactions internationales libellées en RMB ont été réalisées via Hong Kong. Ce rôle unique de Hong Kong en matière financière a été récemment renforcé par la mise en place de mécanismes de connexion boursière (avec Shanghai en 2014 et Shenzhen en 2016) et d’une connexion avec le marché obligataire chinois (en juillet 2017).

Les grandes entreprises françaises sont pour la plupart bien établies à Hong Kong où, grâce à un environnement des affaires particulièrement accueillant, un grand nombre de PME françaises continue à s’implanter ou à se créer. Hong Kong abrite ainsi l’une des communautés françaises les plus importantes d’Asie estimée à au moins 20 000 ressortissants. La présence des entreprises françaises à Hong Kong est traditionnellement forte dans les secteurs du luxe, de l’agroalimentaire, de la finance et de la construction ; elle se développe dans le domaine des services urbains et, à la faveur de la « French Tech Hong Kong » lancée début 2016, dans le domaine des nouvelles technologies, bénéficiant par ailleurs des efforts récemment entrepris en la matière par les autorités locales.

Compte tenu de son niveau de vie très avancé (PIB par tête de 43 500 USD en 2016), Hong Kong représente, en tant que tel, un marché significatif (PIB de 316 Mds USD en 2016 selon le FMI soit le 34ème rang mondial, à un niveau comparable à celui d’Israël, des Philippines, ou de l’Afrique du Sud), dont l’intérêt est en outre rehaussé par les possibilités de coopération avec la Chine continentale et le reste de l’Asie. Environ la moitié des exportations françaises à Hong Kong sont ensuite réexportées en Chine ou ailleurs en Asie. Le tourisme en provenance de Chine continentale contribue également à démultiplier le poids du marché hongkongais, puisque ce sont en 2016 environ 56 millions de visiteurs dont 43 millions de Chinois continentaux qui se sont rendus à Hong Kong, pour s’y approvisionner en produits de marque.

Les missions du Service Economique de Hong Kong comprennent (1) l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique et sectorielle, (2) l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les autorités locales, pour le compte de la Direction Générale du Trésor ou d’autres administrations, et (3) le suivi et l’analyse du développement international des entreprises qu’il s’agisse des exportations, des investissements français à l’étranger, des investissements étrangers en France ou de la participation aux grands projets. Le Service Economique a compétence directe sur Hong Kong et Macao, et à titre subsidiaire, sur le reste de la Grande Chine, en lien avec les Services de Pékin, Shanghai, Canton et Taipei. Il est placé sous la double autorité du Consul Général de de France à Hong Kong et du Chef du Service Economique Régional de Pékin.

La présence économique française à Hong Kong repose également sur l’action du bureau Business France de Hong Kong, de la Chambre de commerce française (French Chamber of Commerce and Industry), qui réunit quelque 1000 membres, et des Conseillers du commerce extérieur de la France, dont le comité Hong Kong réunit 45 membres représentant l’ensemble des secteurs dans lesquels les entreprises françaises sont actives.

Ressources

  • Bulletin économique Chine n°85 - Janvier 2017 - 31/08/2017

    Au sommaire : Le fret ferroviaire en ChineVers une nouvelle inflexion de la politique d’ouverture du compte de capital ?Politique sportive chinoise et nouvelles opportunités économiques Indicateurs de l’économie chinoiseCroissance  : La croissan...

  • Bulletin économique Chine n°86 - Avril 2017 - 31/08/2017

    Au sommaire :   Articles La politique monétaire chinoise : des hausses de taux qui ne changent pas encore l’orientation globalement accommodante Sorties de capitaux et dépréciation du RMB : les autorités à la recherche d’un nouvel équilibre L...