Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Bahamas
 

Bahamas

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Mexique, Panama

Archipel de quelque 700 iles dont seule une quinzaine sont habitées, avec une population de seulement 368 000 habitants, les Bahamas font partie des pays à haut revenu et bénéficient, avec 24 309 USD estimé en 2015, du 3ème PIB par habitant le plus élevé des Amériques et le premier d’Amérique latine-Caraïbe. A titre de comparaison, le PIB nominal des Bahamas approche celui d’Haïti qui compte plus de 10 millions d’habitants.

Très dépendante de la bonne santé du tourisme, en particulier en provenance des Etats Unis (environ 85% des touristes), la croissance a souffert des problèmes rencontrés par le gigantesque projet touristique Baha Mar (plus de 4 Md USD d’investissements, près de 45% du PIB) qui devait ouvrir en décembre 2014. Le report de son ouverture a eu un impact sensible sur l’activité. Le pays a également été touché par le passage du cyclone Joaquim, fin 2015, dont les dégâts causés aux infrastructures sont estimés à 60 M USD (0,7% du PIB) et par l’ouragan Matthew, en octobre 2016 dont les dégâts ont approché 700 M USD. L’incidence de l’ouragan Matthew serait limitée en termes d’activité et éventuellement positive dès 2017, une fois pris en compte les besoins de reconstruction. En revanche, l’administration Christie a été obligée d’emprunter 150 M USD en urgence pour répondre aux coûts de reconstruction et l’ouragan était en partie responsable du déficit budgétaire de -695 M USD pour l’exercice 2016/2017.

L’économie stagne depuis 2012, elle s’est contractée de -0,25% en 2016, freinée par l’ouragan Matthew en octobre, qui a fortement impacté l’activité touristique en 2016 et début 2017.  La croissance devrait s’établir à 1,8% en 2017 et 2,5% en 2018, portée par les bonnes perspectives de l’économie américaine et par l’ouverture du projet Baha Mar qui devrait également dynamiser le tourisme. Racheté par le conglomérat hongkongais Chow Tai Fook, fin 2016, le gigantesque complexe hôtelier a ouvert en partie en 2017. Les reconstructions suite à l’ouragan devraient davantage stimuler la croissance ainsi que l’emploi (le chômage diminue à 9,9 % en mai 2017, contre 11,6% en novembre 2016). Cependant, la croissance se stabiliserait à 1,5% à moyen terme. Elle devrait rester contrainte par des goulets d’étranglement structurels : difficile environnement des affaires, difficulté à l'accès au crédit et au commerce hors des frontières et déficience du secteur électrique. Dans le classement Doing Business 2017, les Bahamas sont à la 121ème place sur 190, alors qu’en 2016, le pays était classé 108ème sur 189.

Plus globalement, les Bahamas souffrent d’une compétitivité en baisse par rapport à certains voisins des Caraïbes sur ses deux activités majeures que sont le tourisme et les services financiers qui représentent respectivement 51% et plus de 15% du PIB. Le secteur financier offshore est notamment confronté à l’augmentation des coûts pour satisfaire les normes internationales de transparence fiscale.

 Le vice-Premier ministre a signé, fin 2017, la Convention multilatérale d’assistance administrative en matière fiscale (MAC), que les Bahamas étaient le dernier centre financier caribéen notable à ne pas avoir signée. Le pays devient la 116ème  juridiction à adopter cet instrument-cadre de la coopération fiscale internationale. Les Bahamas sont allées plus loin en signant l’Accord entre autorités compétentes qui va permettre l’application de l’échange automatique d’informations dans un cadre multilatéral, dès 2018. Pour parachever son engagement, l’archipel s’est par la même occasion jointe au cadre inclusive du paquet BEPS de lutte contre l’optimisation fiscale.

Ressources