Accueil » Ressources » Europe et international » Aide au développement » Évaluation des activités de développement
 

Une mesure originale des caractéristiques institutionnelles des pays

La base « Institutional Profiles Database » (IPD) fournit une mesure originale des caractéristiques institutionnelles des pays en proposant des indicateurs composites élaborés à partir de données de perception. Elle a été conçue afin de faciliter et de stimuler les recherches sur la relation entre institutions, croissance de long terme et développement.

La base IPD 2016 s’inscrit dans la continuité des versions 2001, 2006, 2009 et 2012. Elle couvre 144 pays et contient 127 indicateurs, construits à partir de 320 variables élémentaires décrivant un large champ de caractéristiques institutionnelles structurées en neuf fonctions : 1) institutions politiques ; 2) sécurité, ordre public, contrôle de la violence ; 3) fonctionnement des administrations publiques ; 4) liberté de fonctionnement des marchés ; 5) coordination des acteurs, vision stratégique et innovation ; 6) sécurité des transactions et des contrats ; 7) régulation des marchés, dialogue social ; 8) ouverture sur l’extérieur ; 9) cohésion et mobilité sociales.

Les données de perception nécessaires à la construction des indicateurs ont été recueillies par le biais d’une enquête menée auprès des Services économiques du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF). Le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) est partenaire de ce projet.

Un document présentant le cadre analytique sur lequel s’appuie la base ainsi que la méthode utilisée pour élaborer la base de données et les indicateurs IPD 2016 sera disponible à partir d’août 2017. Les différentes éditions de la base sont disponibles gratuitement, après enregistrement de l'utilisateur.

Une définition des institutions

Le projet IPD repose sur la définition des institutions proposée par Douglass North : « Les institutions sont les contraintes établies par les hommes qui structurent les interactions humaines. Elles se composent des contraintes formelles (comme les règles, les lois, les constitutions), des contraintes informelles (comme les normes de comportement, des conventions, des codes de conduite imposés) et des caractéristiques de leur application » (North, 1994). Pour reprendre une métaphore employée par North, les individus et les organisations sont les joueurs et les institutions sont les règles du jeu.

Selon les théories de l’économie institutionnalistes, les institutions structurent les incitations et régissent les comportements et les échanges. Certaines institutions facilitent et encouragent l’accumulation des facteurs, l’innovation, l’allocation efficace des ressources et ont un impact positif sur les performances économiques des pays.


Publié le 29/06/2017