Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Brésil
 

BRESIL- Brèves économiques et financières du 30 juin au 6 juillet 2017

Résumé :

  • La production industrielle poursuit sur une dynamique favorable en mai (+0,8% en gt, +4% en g.a).
  • Le chômage connaît une deuxième baisse consécutive, et son taux s’établit à 13,3% en mai.
  • La balance commerciale enregistre un record au premier semestre (36 Mds USD).
  • Selon Markit, le secteur des services continuent sa chute en juin.
  • Le prix des matières premières reste stable en juin (en R$) et enregistre une déflation sur un an.
  • « The killer chart » : Scénario pessimiste pour la dette brute brésilienne ? un niveau supérieur à 80% du PIB attendu fin 2018.
  • Évolution des marchés du 30 juin au 6 juillet 2017.

La production industrielle poursuit sur une dynamique favorable en mai (+0,8% en gt, +4% en g.a)

Selon l’IBGE, institut national des statistiques, la production industrielle poursuit sur une dynamique positive en mai (+0,8% en relation à avril), après un mois d’avril revu à la hausse (+1,1%). Ces résultats sont légèrement supérieurs aux attentes du marché. Surtout, ces résultats confirment le frémissement de reprise : en comparaison à mai 2016, l’industrie bondit de +4%. 

Dans le détail, en comparaison à avril, la hausse est généralisée à l’ensemble de l’industrie. La production de biens durables bondit de +6,7%, celle de biens d’équipements augmente de +3,5%, les biens semi et non durables suivent (+0,7%) tandis que les biens intermédiaires se stabilisent (+0,3%).

En comparaison interannuelle cependant, la hausse est d’autant plus forte que les biens durables bondissent de +20%, les biens d’équipement de +7,6%, tandis que la hausse des biens intermédiaires (+2,9%) et des biens semi et non durables (+1,4%) reste plus mesurée. Somme toute, depuis le début de l’année, l’industrie accumule une hausse de +0,5%, bien que la perte se chiffre à -2,4% sur 12 mois (-3,6% en avril). L’industrie est en outre portée par le secteur automobile, dont les résultats en juin montrent une légère baisse face à mai (-0,3%), mais une claire récupération au premier semestre (+3,7%).

Ainsi, l’industrie semble désormais rentrée en phase de récupération à confirmer dans les prochains mois. L’IBGE rappelle toutefois que l’industrie reste convalescente, et que le chemin de récupération sera probablement long. Selon l’institut, l’on assiste à un changement de rythme désormais, alors que les niveaux de production restent 18,5% inférieur au pic de 2013. En outre, ces résultats sont à relativiser tant la production industrielle de mai 2016 étaient médiocres (-7,6% en g.a.) avec un jour ouvré en moins. 

Le chômage connaît une deuxième baisse consécutive, et son taux s’établit à 13,3% en mai, malgré des pertes d’emplois formels

Après un début d’année qui avait connu un fort bond du taux de chômage, passé de 12% à 13,7% dans les trois premiers mois, celui-ci se réduit en mai -de façon surprenante- pour se situer à 13,3% de la population active. Il s’agit de la deuxième baisse consécutive, une première depuis 30 mois, bien que 13,8 M de Brésiliens demeurent en recherche d’emploi, soit une hausse tout de même de plus de +20% en un an, et de +1% en trois mois.

Ainsi les chiffres restent dans l’ensemble dégradés, bien qu’un regain du nombre d’embauches s’illustre. Tout d’abord, par rapport à février, cette évolution s’explique essentiellement par une augmentation du nombre de fonctionnaires du secteurs public (+3%), ainsi que du travail informel dans le privé (+2,2%). A l’inverse, l’évolution est défavorable pour les emplois formels du privé (carteira assinada) dont le contingent diminue de -1,4% en trois mois. Par ailleurs, l’augmentation de la population active se réduit, et la force de travail augmente de +0,2% en trois mois, favorisant une réduction du taux de chômage.

A noter l’augmentation d’emplois industriels (+3% en relation à février), tandis que le secteur primaire (-1,6%) et la construction (-3,9%) enregistrent une évolution inverse.

Aussi, la baisse continue de l’inflation permet aux salaires réels de poursuivre leur augmentation en avril, confirmant la tendance entamée en janvier : le revenu réel moyen mensuel des travailleurs augmente ainsi de +2,3% en glissement annuel fin mars à 2 109 BRL (soit environ 570 EUR ou 650 USD par mois).

Cette diminution du chômage doit désormais s’inscrire dans la durée, et être confirmée dans les mois qui viennent, afin d’y voir un éventuel impact sur la demande. 

La balance commerciale enregistre un record au premier semestre (36 Mds USD)

Selon le ministère du Commerce extérieur, le MDIC, l’excédent commercial a atteint en juin 7,2 Mds USD, soit un résultat nettement supérieur à juin 2016 (4 Mds USD) et un record pour ce mois. Comparé à juin 2016, les exportations sont en forte hausse, pour le sixième mois consécutif, de +24% et les importations poursuivent leur légère reprise avec une hausse de +3%. Le premier semestre de l’année termine donc avec un excédent commercial record de 36 Mds USD, en hausse de plus de 50% comparé à celui du premier semestre 2016.

Dans le détail, sur le premier semestre de l’année, les exportations bondissent de 19%, une augmentation bien plus marquée que celles des importations (+7%). En effet, les exportations brésiliennes sont portées par les biens basiques et agroalimentaires dont les cours sont à la hausse : soja, pétrole et minerai de fer et notamment en destination de la Chine qui confirme être désormais le principal partenaire commercial du Brésil. Si les produits de base (+29%) et semi-manufacturés (+28%) augmentent fortement, c’est aussi le cas des biens manufacturés (+16%).

À noter que le compte pétrolier connaît un excédent de 3,3 Mds USD, et multiplie par trois son résultat du premier semestre 2016 : les exportations de brut ont plus que doublé, et accompagnent la hausse de la production brésilienne. Le Brésil est en effet depuis la fin 2016 le premier producteur pétrolier d’Amérique Latine.

Ces données positives ont même poussé le MDIC à revoir à la hausse leur prévision d’excédent commercial pour 2017 pour la deuxième fois, de 55 à 60 Mds USD, supérieur à 2016 (48 Mds USD). Certains cabinets prévoient même un excédent commercial supérieur à 70 Mds USD, en cas de maintien de la trajectoire. Toutefois, le cours des matières premières reste extrêmement volatil, et sensible à une conjoncture internationale toujours incertaine. En ce sens, les prévisions quant à l’évolution des cours des matières premières et du taux de change demeurent délicates. 

Selon Markit, le secteur des services continuent sa chute en juin

Après avoir atteint 47,4 en Juin, contre 49,2 en mai, l'indice d'activité du secteur des services aux entreprises PMI- IHS Markit au Brésil, corrigé des variations saisonnières, indique une deuxième contraction mensuelle consécutive. Le niveau de l'activité a ainsi diminué dans quatre des six catégories couverte par l'enquête, les exceptions étant l’intermédiation financière et les services de poste et télécommunications.

Le secteur des services du Brésil est resté en zone négative (<50) en juin et reste plombé par la faiblesse de la demande, avec un taux de chômage toujours élevé, qui a conduit les entreprises du tertiaire à réduire leurs prix, en dépit du renchérissement des coûts logistiques. Par ailleurs, le climat politico-judiciaire contribue pour une part importante à la dégradation du niveau d’optimisme de cet indicateur donc la baisse depuis 2 mois augure mal de l’évolution du PIB au second trimestre (les services représentant plus des 2/3 du PIB brésilien).  

Le prix des matières premières reste stable en juin (en R$) et enregistre une déflation sur un an

Selon la banque Centrale, l’indice synthétique IC-Br sur le prix réel des matières premières en Réal est resté stable en juin, la déflation des prix de produits agricoles et de l'énergie neutralisant l'accélération des cotations de métaux.
Ainsi, l’indicateur est resté stable en Juin, après une hausse de +3,0% m.m en mai, selon les données publiées hier par la Banque centrale. Les prix des produits agricoles ont diminuéde -0,3% m.m, après une hausse de +3,9% le mois précédent et ceux des matières premières énergétiques ont ralentide -0,9% après une hausse de +0,1% en mai.. A l’inverse, les cours de produits métalliques ont maintenu une tendance haussière de +1,7% m.m en juin après +0,8% en mai.

Au final, l'indicateur enregistre une déflation cumulée globale de -4,6% au cours des 12 derniers mois et -3,9% en 2017, élément qui apporte un soutien marqué à la baisse de l’inflation globale (IPCA) constatée depuis le début de l’année et qui pourrait se poursuivre à court-moyen terme.  

« The killer chart » : Scénario pessimiste pour la dette brute brésilienne ? un niveau supérieur à 80% du PIB attendu fin 2018

Dette brute du Brésil, en % du PIB, et différents scénarii :

Dette brute du Brésil, en % du PIB, et différents scénarii :

Source: BCB, Bank of America-Merill Lynch, Itau, SER Brasilia 

Évolution des marchés du 30 juin au 6 juillet 2017 

Indicateurs[1]

Variation

Semaine

Variation

Cumulée sur l’année

Niveau

Bourse (Ibovespa)

+1,0%

+5,0%

62 862

Risque-pays (EMBI+ Br)

-8pt

-42pt

286

Taux de change R$/$

+0,2%

+1,8%

3,31

Taux de change R$/€

+0,0%

+9,9%

3,77

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique Régional s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication. Rédacteurs : Stéphane GODARD-Conseiller Financier ; Jonathan THEBAULT- Adjoint Financier.

 



[1] Données du jeudi à 12h localement. Sources : Ipeadata, Bloomberg.


Publié le 06/07/2017
Brésil

Focus sur

Impact sur l’économie brésilienne de la baisse du cours des hydrocarbures

Le Brésil, malgré le développement du champ pétrolier « pré-sal » dont l’exploitation devrait être opérationnelle à l’horizon 2022-2024, demeure un importateur net de pétrole et est doublement impacté...

- 21/07/2016

France is home to seven of the world’s 100 most innovative companies #CreativeFrance

Créative France

Creative France

- 07/10/2015