Le commerce extérieur du Tadjikistan en 2018

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Evoluant aux alentours de 4 Mds USD depuis les cinq dernières années, les échanges commerciaux du Tadjikistan ont enregistré une hausse assez importante en 2018 (+12,0%). Cette année-là, les exportations ont légèrement dépassé 1 Md USD (+9%) et les importations 3,1 Mds USD (+13%). Le solde de la balance commerciale demeure fortement négatif à -2,1 Mds USD en 2018, se détériorant pour la première fois depuis 2013. Le Tadjikistan exporte en majorité des minerais, du coton et des métaux précieux vers la Turquie, l’Ouzbékistan et le Kazakhstan. La Russie et la Chine représentent plus la moitié des importations du pays, principalement constituées d’hydrocarbures et de machines, engins et appareils mécaniques et électriques.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 I - Echanges commerciaux.

/Pays/Pages/06116693-4a96-4438-8f08-98e01d047751/images/296db932-0a96-4b19-9f34-9743d8e55a86

Après un pic en 2013 à 7,4 Mds USD, les échanges commerciaux évoluent depuis cinq ans entre 3,9 et 5,0 Mds USD avec 4,2 Mds USD en 2018. La balance commerciale reste nettement négative avec -2,1 Mds USD en 2018, approchant de nouveau le seuil de 30% du PIB. Le déficit est cependant deux fois moindre qu’en 2013, année où il avait atteint 4,2 Mds USD (49% du PIB).

Comme son voisin kirghize, le pays a été durement touché par le ralentissement de l’économie russe, à laquelle il est lié non seulement par ses échanges commerciaux mais aussi par les transferts de fonds des travailleurs immigrés tadjiks. Cette dépendance peut expliquer le ralentissement des échanges commerciaux à partir de 2014 (-32,2% par rapport à 2013) et la stagnation qui l’a suivi, ainsi que la légère reprise amorcée en 2017 et qui se confirme en 2018.

II - Exportations.

En 2018, les exportations ont atteint 1,07 Mds USD, en hausse de 9,1% (après +7,9% en 2017).

Les minerais – avec majoritairement du zinc et du plomb – représentent plus du tiers du total (37,2% soit 400 M USD). Le coton arrive en 2e position avec 19,1% du total pour une valeur de 205 M USD. Le pays est connu pour ses exportations d’aluminium, et celles-ci complètent effectivement le podium (18,8% du total, soit 202 M USD). Viennent ensuite les combustibles minéraux (79 M USD) et les pierres calcaires (66 M USD).

Les autres produits d’exportation du Tadjikistan représentent de faibles montants et varient suivant les années. En 2018, ils étaient, dans l’ordre : les métaux communs (27 M USD), les vêtements (19 M USD), les voitures (16 M USD) et les fruits (11 M USD).

En 2018, le pays a principalement exporté vers le Kazakhstan (28%), la Turquie (25,7%) et l’Ouzbékistan (14,5%). Nour-Soultan demeure ainsi le principal client du Tadjikistan, quoiqu’en baisse de 7,5% en g.a par rapport à 2017. Les minerais représentent 97,3% des exportations vers le Kazakhstan (avec principalement 119 M USD de plomb, 98 M USD de zinc et 75 USD de cuivre) tandis que celles en direction de la Turquie sont presque exclusivement composées d’aluminium (64,1% du total) et de coton (34,5%). L’Ouzbékistan importe quant à lui principalement des minerais (45,7%). Suivent ensuite :

4. Afghanistan : 72 M USD (-26,2% en g.a pour 6,7% du total) ;

5. Chine : 57 M USD (+61.3% en g.a pour 5,3% du total) ;

6. Russie : 55 M USD (+72.2% en g.a pour 5,1% du total) ;

7. Iran : 35 M USD (+15.6% en g.a. pour 3,3% du total) ;

8. Pays-Bas : 28 M USD (+16.7% en g.a. pour 2,7% du total).

III - Importations.

En 2018, les importations ont atteint 3,144 Mds USD, en augmentation par rapport à 2017 (+13,3%). Douchanbé achète des produits divers pour des montants très variables d’une année sur l’autre. Si les importations de combustibles minéraux ont progressé de 18% (563 M USD, soit 17,9% du total), l’année 2018 a aussi été marquée par une augmentation significative des importations, dans l’ordre : de véhicules (+47% en g.a. 9,42% du total), de fonte (+51% en g.a, 8,69% du total) et de machines, appareils et engins mécaniques (+57% en g.a, 8,48% du total). Au sein de cette catégorie, on remarque d’ailleurs l’explosion des importations de turbines hydrauliques (+1272% en g.a) qui rappelle l’ampleur des efforts consentis par Douchanbé dans le secteur de l’énergie hydroélectrique. Viennent ensuite :

5. Céréales : 5,8% du total pour 182 M USD (-11% en g.a) ;

6. Machines, appareils et matériels électriques : 5,12% du total pour 161 M USD (+25% en g.a)

7. Bois, 3,94% du total pour 124 M USD (-6% en g.a)

8. Produits chimiques inorganiques 3,56% du total pour 112 M USD (-15% en g.a)

 

/Pays/Pages/06116693-4a96-4438-8f08-98e01d047751/images/3f2bc215-3d6d-44fd-9a9d-8239f4617f5f

 

En 2018, la Russie et la Chine représentaient près de 50% des importations du pays. La Russie arrive en tête avec 30,8% des parts de marché (968 M USD). Moscou a principalement exporté vers Douchanbé des combustibles minéraux (273 M USD) et des produits chimiques (88 M USD). Deuxième fournisseur du pays, la Chine a de son côté exporté pour 594 M USD de biens (18,9% du total), avec majoritairement des machines, appareils et matériels mécaniques (123 M USD) et électriques (63 M USD), ainsi que de la fonte (93 M USD). En 2018, le troisième fournisseur du Tadjikistan était le Kazakhstan, talonnant la Chine avec un montant total de 537 M USD (17,1%), principalement fruit de livraisons de céréales (180 M USD) et de combustibles minéraux (161 M USD). Viennent ensuite :

4. Ouzbékistan : 126 M USD (+82% en g.a pour 4% du total)

5. Turquie : 125 M USD (+19% en g.a pour 4% du total)

6. Allemagne : 97 M USD (-9% en g.a. pour 3,1% du total)

7. Japon : 64 M USD (+121% en g.a. pour 2% du total)

8. Iran : 62 M USD (+1% en g.a. pour 2% du total)

 

 

Clause de non-responsabilité

Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

 

 

Publié le