Relations économiques bilatérales entre la France et les Pays-Bas

                  

Avec un volume d’échanges de 42,8 Md€ en 2019, les Pays-Bas sont notre 9e client et notre 7e fournisseur, représentant respectivement 3,7% de nos exportations et 4,5% de nos importations. A l’inverse, la France était le 4e client et le 7e fournisseur des Pays-Bas en 2018, représentant respectivement 7,9%  des exportations des Pays-Bas et 3,7% de leurs importations.

Notre solde commercial de biens est structurellement déficitaire et s'est dégradé depuis 2016 -8,0 Md€ en 2017 contre -3,9 Md€ en 2015 et -7,5 Md€ en 2018 et -7,7 Md€ en 2019. C’est notre 3ème déficit commercial de biens derrière la Chine et l’Allemagne. Plus du tiers du déficit est réalisé dans l’industrie agroalimentaire (-2,7 Mds€ en 2019) ; les secteurs de la chimie (-1,9 Md€), des matériels de transport (-0,8 Md€), des hydrocarbures (-0,7 Md€) et des équipements informatiques et électroniques (-0,6 Md€). Cependant, il convient de tenir compte également de nos échanges excédentaires dans les services (environ 2,3 Md€ en 2018), ce qui ramènerait notre déficit commercial biens et services confondus à environ 5 Md€.

En 2019, les Pays-Bas figuraient au 2ème rang des pays d’accueil des IDE français en stock, avec 181 Md€, et étaient le 2ème investisseur en stock en France avec 104 Md€ (le 7ème avec environ 30 Md€ fin 2018 une fois retraités les montages indirects impliquant des holdings). Ces données témoignent de l’attractivité néerlandaise, notamment légale et fiscale, mais également en termes de connectivité et la qualité des ressources humaines. La présence française y est significative. Près de 813 filiales d’entreprises françaises emploient environ 137 000 personnes et réalisent 53 Md€ de chiffre d’affaires, notamment dans les transports (Air France KLM, Transdev, Renault, Peugeot…), l’énergie (Engie, Total, Air Liquide, Schneider), le traitement des déchets et l’économie circulaire (SUEZ, Véolia) ainsi que l’agro-alimentaire (Danone).

La présence néerlandaise en France se traduit par plus de 1100 implantations qui réalisent un chiffre d’affaires de 48 Md€ et emploie près de 200 500 personnes (étude INSEE). Elle reflète les points forts de l’économie néerlandaise: l’agro-alimentaire (Unilever –devenue récemment britannique-, Heineken, Wessanen, Hendrix genetics), la distribution (Action, Hema, Zeeman), la chimie/pharmacie (SHV, Akzo-Nobel), l’électronique (Philips), les produits pétroliers (Shell), la logistique et le transport (TNT, etc.) et les services financiers (ING, ABN AMRO). En 2019, les Pays-Bas ont été à l’origine de 63 projets d’investissements en France générant la création ou la sauvegarde de 1600 emplois ; ils ont concerné pour la moitié des projets dans le secteur des activités sportives et récréatives (développement des enseignes Basic-Fit notamment ; 25% des emplois maintenus ou créés). Les activités de conseil aux entreprises ont été le plus génératrices d’emplois avec 37% du total (et 8% des projets).

Publié le