Analyses sectorielles

Secteur financier

Le secteur financier malaisien est très développé, avec 59 établissements bancaires autorisés dont 28 établissements étrangers (le dernier en date étant la China Construction Bank créée en juin 2017), ainsi que de nombreux fonds d'investissement pour la plupart dépendant du gouvernement (EPF, Khazanah, KWAP, Tabung Haji, LTAT...). 1er pays émetteur d'obligations islamiques vertes (« green sukuk »), la Malaisie occupe également une position pionnière au niveau mondial en matière de finance islamique et de finance verte.

1. La finance islamique en Malaisie

La Malaisie a lancé fin juin 2017 la première émission mondiale d’obligation islamique verte (« green sukuk »), témoignant de la capacité d’innovation de ce pays dans ce domaine en forte croissance (+17% par an depuis 2009). La finance islamique se distingue principalement de la finance conventionnelle par l’application du principe de partage des risques (donc des profits ou des pertes) afin d’assurer une justice et une équité économique conforme au droit islamique (Shariah). Cela interdit le paiement d’intérêts. Si la finance islamique mondiale ne représente encore qu’un faible montant (1,3%) de la totalité des actifs financiers mondiaux, la Malaisie en est le leader, avec l’Arabie Saoudite et l’Iran. Ce leadership, stimulé par les pouvoirs publics, pourrait permettre à la Malaisie de devenir un hub mondial de la finance islamique.

En savoir plus: La finance islamique en Malaisie (octobre 2017)

2. L'Employees Provident Fund (EPF), fonds de pension malaisien

Créé en 1951 et réformé en 1991 par l’EPF Act 1991, l’Employees Provident Fund (EPF), Kumpulan Wang Simpanan Pekerja (KWSP) en Bahasa Malaysia, a pour objet d’assurer une retraite aux employés du secteur privé d’une part et aux employés du secteur public non éligibles au plan de retraite gouvernemental d’autre part. L’EPF est l’un des trois systèmes de retraite par capitalisation développés en Malaisie, avec le Public Sector Pension Scheme (KWAP), qui concerne les employés du secteur public, et le Armed Forces Fund (LTAT), dédié aux membres des forces armées. Avec plus de 814,4 Md MYR (168,6 Md €[1]) d’actifs au premier trimestre 2018, l’EPF est le 1er fonds de Malaisie et le 15ème fonds de pension au monde en termes de volume d’actifs[2].

En savoir plus: L'EPF, fonds de pension malaisien (juin 2018)


[1] Taux de change de chancellerie au 31/12/2017 : 1 MYR = 0,207 €.

[2] Willis Towers Watson 300 top pension funds ranking au 31 décembre 2016.

3. Khazanah, fonds souverain malaisien

Créé en 1993 par le gouvernement malaisien, Khazanah Nasional Bhd est un fonds d’investissement chargé de gérer les participations commerciales de l’Etat (Government-Linked Companies – GLC) et d’entreprendre pour son compte des investissements stratégiques, notamment dans le secteur des hautes technologies. Vingt-trois ans après avoir débuté ses opérations, Khazanah gère fin 2017 157,2 Md MYR[1] soit environ 32,5 Md €[2] (145,3 Md MYR en 2016) d’actifs, ce qui le place à la 26ème place mondiale dans le classement des fonds souverains[3]. Khazanah est présent en Malaisie mais également dans douze pays d’Asie, en Arabie Saoudite, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Turquie, ou encore en France. Le fonds est un actionnaire majeur de plusieurs grandes entreprises d’Etat telles qu’Axiata (télécommunications, 37%), CIMB Group (banque, 27%), Malaysia Airlines (100%), Malaysia Airports (33%), Telekom Malaysia (26%), Tenaga Nasional (électricité, 29%) et UEM Sunrise (construction et promotion immobilière, 100%)[4].

En savoir plus: Khazanah, fonds souverain malaisien (juillet 2018)


[1] Valeur de marché de l’ensemble des actifs (Realisable Asset Value – RAV).

[2] Taux de change de chancellerie au 31/12/2017 : 1 MYR = 0,207 €.

[3] Sovereign Wealth Fund Ranking.

[4] Participations au 31 mai 2018.

4. PNB, fonds d'investissement malaisien

Créé en 1978 dans le cadre de la New Economic Policy (NEP), Permodalan Nasional Berhad (PNB) est un fonds d’investissement initialement destiné à promouvoir le développement de l’actionnariat Bumiputera[1]. Depuis le milieu des années 90, le fonds propose des placements à l’ensemble de la population malaisienne et, depuis 2010, a adopté une stratégie de diversification de ses produits et géographies. 40 ans après sa création, PNB contrôle plus de 10% de la capitalisation de Bursa Malaysia, et gère près de 279,2 Md MYR d’actifs (57,8 Md €[2]) à travers un système de fonds commun de placement (Unit Trust Funds) rassemblant plus de 13 millions de comptes. PNB est ainsi le 2ème gestionnaire de fonds malaisien après l’Employees Provident Fund (EPF), le fonds de pension des employés du secteur privé. Le nouveau plan stratégique STRIVE-15, adopté en novembre 2016 pour la période 2017-2022, prévoit d’accroître l’exposition du fonds aux actifs étrangers, en particulier dans l’immobilier et les actions non cotées : si la présence européenne de PNB se limite à l’heure actuelle au Royaume-Uni, la France est considérée depuis quelques années comme une zone potentielle d’investissement.

En savoir plus: PNB, fonds d'investissement malaisien (juillet 2018)


[1] Littéralement « fils du sol », catégorie définie par la Constitution (Art.153) qui inclut l’ethnie malaise et les populations indigènes des Etats du Sabah et du Sarawak (île de Bornéo).

[2] Taux de chancellerie au 31/12/2017 : 1 MYR = 0,207 EUR.

5. Tabung Haji, fonds des pèlerins malaisiens

Créé par le gouvernement malaisien en 1963, Lembaga Tabung Haji est un fonds d’investissement dédié à la gestion de l’épargne de la communauté musulmane malaisienne en prévision du Hadj, le pèlerinage annuel à la Mecque. Le fonds opère actuellement sous le régime du Tabung Haji Act 1995 (Act 535) et remplit 3 missions principales : (i) collecter l’épargne des Malaisiens musulmans désireux d’entreprendre le Hadj, (ii) placer l’épargne ainsi collectée dans des actifs compatibles avec les principes de la finance islamique, et (iii) subventionner le voyage et gérer l’organisation du Hadj chaque année. Avec près de 9,3 millions de membres et un portefeuille d’actifs d’environ 73 Md MYR[1] (15 Md €[2]), Tabung Haji est la première institution financière islamique de Malaisie, et un pilier de la stratégie du gouvernement visant à faire du pays un hub mondial de la finance islamique.

En savoir plus: Tabung Haji, fonds des pèlerins malaisiens (août 2018)


[1] https://www.tabunghaji.gov.my/en/corporate/corporate-information/about-us

[2] Taux de chancellerie au 31/12/2017 : 1 MYR = 0,207 EUR.

6. LTAT, fonds de pension des forces armées malaisiennes

Créé en août 1972, Lembaga Tabung Angkatan Tentera (LTAT) est un fonds de pension destiné à fournir une retraite aux membres des forces armées malaisiennes. Opérant sous le régime du Tabung Angkatan Tentera Act 1973 (Act 101), il remplit deux missions principales : (i) collecter et gérer les cotisations obligatoires des militaires du rang, et permettre aux officiers et réservistes de bénéficier s’ils le souhaitent d’un plan d’épargne-retraite ; et (ii) accompagner les militaires retraités dans leur reconversion professionnelle. Avec un portefeuille d’actifs d’une valeur de 10 Md MYR (2,1 Md €[1]) au 31 décembre 2017, LTAT est le plus petit des GLIC (Government-Linked Investment Companies) [2], mais demeure un acteur clef de l’économie malaisienne du fait de ses participations significatives dans les principaux secteurs économiques du pays (plantations, services financiers, produits pétroliers et gaziers, immobilier, télécommunications etc.).

En savoir plus: LTAT, fonds de pension des forces armées malaisiennes (août 2018)


[1] Taux de chancellerie au 31/12/2017 : 1 MYR = 0,207 €.

[2] Les « Government-Linked Investment Companies » sont les sociétés d’investissement dépendant du gouvernement malaisien. Elles sont au nombre de sept : Ministry of Finance Incorporated (MoF Inc.), Khazanah, Permodalan Nasional Berhad (PNB), Employees Provident Fund (EPF), Kumpulan Wang Persaraan (KWAP), Lembaga Tabung Haji (TH) et Lembaga Tabung Angkatan Tentera (LTAT).

7. KWAP, fonds de pension malaisien

Créé en 2007 en substitut du Pensions Fund Trust, Kumpulan Wang Persaraan (KWAP) est un fonds de pension destiné à financer la retraite des employés du secteur public civil en Malaisie (1,6 millions de personnes, près de 775 000 pensionnés). En application du Retirement Fund Act 2007(Act 662), il remplit trois missions : (i) collecter les contributions des employés du gouvernement fédéral, des institutions statutaires, des collectivités locales et agences publiques ; (ii) gérer l’épargne ainsi collectée à travers des investissements en actions, titres de dette, instruments monétaires et autres actifs ; et (iii) verser une pension aux cotisants retraités. KWAP est le 2ème fonds de pension malaisien derrière l’Employees Provident Fund (EPF) et le 4ème fonds d’investissement du pays par la taille. Fin 2017, KWAP gérait un portefeuille d’actifs évalué à 140,8 Md MYR soit environ 29,1 Md €[1]. A l’avenir, le fonds projette d’investir davantage en Europe, préférentiellement en Allemagne et en France, dans l’immobilier de bureaux ainsi que dans d’autres investissements « alternatifs » comme les énergies renouvelables.

En savoir plus: KWAP, fonds de pension malaisien (juin 2018)


[1] Taux de change de chancellerie au 31/12/2017 : 1 MYR = 0,207 €.

8. KWAN, fonds des ressources naturelles de Malaisie

Créé en février 1988 par le gouvernement malaisien, le « National Trust Fund » ou Kumpulan Wang Amanah Negara (KWAN) est un fonds d’investissement destiné à gérer pour les générations futures une partie des revenus issus des ressources naturelles non renouvelables de Malaisie, en particulier les recettes pétrolières et gazières. Régi par le National Trust Fund Act 1988 (Act 339) et opéré par la Banque Centrale malaisienne, KWAN a été conçu sur le modèle du fonds souverain norvégien « Government Pension Fund Global »[1]. Cependant, KWAN est loin d’atteindre les mêmes résultats que son homologue nordique : exclusivement abondé par l’entreprise pétrolière nationale Petronas, il totalise ainsi 16,4 Md MYR[2] (3,4 Md €[3]) d’actifs au 31 décembre 2016, contre environ 800 Md € pour le fonds norvégien à la même date[4]. La coalition du Pakatan Harapan, portée au pouvoir lors des élections du 9 mai 2018, a toutefois exprimé son intention de renforcer le « National Trust Fund », ce qui passe par une nécessaire réforme de ses règles de fonctionnement.

En savoir plus: KWAN, fonds des ressources naturelles de Malaisie (août 2018)


[1] Anciennement « Government Petroleum Fund ».

[2] « Cover Story: Are we better off today? », The Edge, 16 mai 2018.

[3] Taux de chancellerie au 31/12/2017 : 1 MYR = 0,207 €.

 

Transports

1. Les enjeux des transports ferroviaires en Malaisie

Adopté en 2010, le plan de transformation économique visant à faire passer la Malaisie dans la catégorie des pays à haut revenu à l’horizon 2020 (Economic Tranformation Program ou ETP) prévoyait d’importants investissements publics dans les infrastructures de transports ferroviaires (75% urbain et 25% à grande vitesse). Il s’appuyait notamment sur un ambitieux programme de réalisation de nouvelles lignes de métro, l’extension et la modernisation des systèmes de transports urbains existants du Grand Kuala Lumpur. Le nouveau gouvernement malaisien formé suite aux élections du 9 mai 2018 a cependant entamé une vaste opération de rationalisation des grands projets d’infrastructures lancés sous le précédent gouvernement, dans l’optique de contribuer à la réduction de la dette publique malaisienne. De nombreux projets, domestiques et internationaux, ont ainsi été suspendus, voire abandonnés.

En savoir plus: les enjeux des transports ferroviaires en Malaisie (août 2018)

 

Publié le