Les IDE et la présence française au Monténégro

Le stock d’IDE au Monténégro atteint 4,7 Mds€ en 2016, soit 113 % du PIB. Cette même année, les flux nets d’IDE ont diminué de 40% par rapport à 2015 et ressortent à 372 M€. La Norvège,  la Russie et l’Italie sont les trois premiers investisseurs au Monténégro en 2016. La France arrive, quant à elle, au 33ème rang (selon la Banque centrale monténégrine), avec 0,3 % des flux d’IDE. La Société générale est la principale société française présente au Monténégro.

Le stock d’IDE au Monténégro est relativement stable depuis 2014

 

Selon la CNUCED, le stock d’IDE au Monténégro s’élève à 4,7 Mds € en 2016, soit 113 % du PIB. Il a légèrement augmenté par rapport à 2015 (+ 2%).

Les IDE sont majoritairement portés vers les secteurs de la finance, du tourisme, de l'énergie, de la santé et de l'immobilier. Les principaux investisseurs étrangers au Monténégro sont le groupe italien spécialisé dans l’électricité Terna Rete Nazionale qui détient 22 % des parts d’EPCG (opérateur national d’électricité) mais qui a manifesté son intention de vendre ses actifs, le groupe pétrolier slovène Petrol Bonus, la banque hongroise OTP Bank et, dans les télécommunications, le groupe allemand-hongrois Matav ainsi que le groupe norvégien Telenor (activités récemment rachetées par le fonds tchèque PPF).

Selon la Banque centrale du Monténégro (CBCG), les flux d’IDE nets s’élèvent à 372 M€ en 2016, soit 10 % du PIB. Ils enregistrent une baisse de 40 % par rapport à 2015, mais ils se situent dans la moyenne de 2011 à 2014 (382M €)

Les principaux investisseurs en termes de flux d’IDE bruts en 2015 sont la Norvège (1er avec 27,5 % des flux d’IDE), la Russie (2ème avec 7,7 %), l’Italie (3ème avec 7,4 %), l’Azerbaïdjan (4ème avec 6,9 %) et la Hongrie (5ème avec 5 %). Les entreprises russes sont particulièrement implantées au Monténégro, 32 % des 4 200 sociétés étrangères enregistrées dans le pays appartenant à des russes. Une présence forte qui s’explique notamment par les facilités d’obtention de permis de séjour de longue durée sans visa pour les propriétaires de terres et d’entreprises dans le pays.

La France est le 33ème investisseur au Monténégro avec des flux bruts d’IDE de 95,1 M€ en 2016

 

Selon la Banque de France, le stock d’IDE français s’élevait à 158,4 M€ en 2016, soit 3,4% du stock total.

En 2016, les flux d’IDE français se sont élevés à 95,1 M€ selon la Banque de France, en raison notamment d’investissements dans l’industrie automobile et manufacturière. Selon la Banque centrale du Monténégro, la France est le 33ème investisseur en termes de flux d’IDE bruts.

L‘industrie manufacturière représente l’essentiel du stock d’IDE français au Monténégro avec  83,8 M€, suivi par le secteur financier avec  58,9M€ en raison de l’implantation de la Société Générale. Les autres principaux investisseurs français au Monténégro sont Akuo Energy avec un investissement de 120 M€ dans un projet éolien, Ingerop pour la supervision des travaux de l’autoroute Bar-Boljare, Proparco et l’hôtel Montebay Villa. Enfin, plusieurs grands groupes pharmaceutiques (Sanofi, Servier et Innothera) et de cosmétiques (l’Oréal) ont ouvert des bureaux commerciaux au Monténégro.

Le Monténégro dispose de plusieurs avantages pour attirer les investisseurs étrangers

 

Membre de l’ALECE (Accord de libre-échange centre européen), le Monténégro a également conclu des accords de libre-échange avec l’UE, la Russie et l’AELE (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse). Le pays se caractérise par un taux d’imposition des entreprises faible (9 %) et une main d’œuvre qualifiée à un coût parmi les moins élevés en Europe, avec un salaire mensuel net moyen de 510 EUR.

Le Monténégro se classe en 42ème position (sur 190 pays) dans le classement de la Banque mondiale Doing Business 2018, la Banque estimant qu’il est performant au regard de l’accès au crédit, du règlement de l’insolvabilité et de l’exécution des contrats. En revanche, des dysfonctionnements sont identifiés concernant le raccordement à l’électricité et l’obtention de permis de construire. Par ailleurs, le pays est classé en 77ème position dans l’édition 2017-2018 du World Economic Forum mesurant la compétitivité de 137 économies. La disponibilité technologique est considérée comme un facteur d’attractivité du Monténégro (48ème), ainsi que le développement des marchés financiers (47ème). En revanche, la taille du marché (128ème) et l’environnement macroéconomique (116ème) sont susceptibles de pénaliser l’activité des entreprises.

***

La France reste un investisseur marginal au Monténégro, alors que l’intérêt des Français pour ce pays au niveau touristique est élevé. Le développement touristique du pays ainsi que les projets d’infrastructures en cours et à venir (autoroute Bar-Boljare, réseau d’adduction et des stations de pompage à Bar, câble électrique entre le Monténégro et l’Italie, etc.) pourraient présenter des opportunités à saisir pour les entreprises françaises.

 

ANNEXES

Annexe 1

Annexe 2

Clause de non-responsabilité - Le service économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Rédigé par : Yacine Allam

Revu par : Sébastien Bégoc, Jean-Pierre Gastaud

Publié le