Les IDE au Monténégro

Selon la Banque centrale du Monténégro, le flux d’IDE au Monténégro s’élèvent à 591,7 M € en 2019, soit 12,32 % du PIB / 2018. Les flux d’IDE entrants ont augmenté de 22,5 % en glissement annuel et atteignent 266,73 M€ en septembre 2019. La Hongrie, la Russie et les Emirats Arabes Unis sont les trois premiers investisseurs au Monténégro sur les 9 premiers mois de 2019. La France arrive, quant à elle, au 24ème rang (selon la Banque centrale du Monténégro), avec 0,69 % des flux d’IDE.

Les flux d'IDE sont relativement stables

Les IDE se sont majoritairement portés vers les secteurs de la finance, du tourisme, de l'énergi et de l'immobilier. Pour les neuf premiers mois de 2019, la Hongrie est le premier investisseur avec 53,12 millions d'euros dont 49 millions d'euros dans le secteur bancaire (achat de la Société Générale par OTP) et 4,12 millions dans l’immobilier.

Selon la Banque centrale du Monténégro (CBCG), les flux d’IDE nets s’élèvent à 266,73 M€ en premiers 9 mois de 2019, soit 5,54 % du PIB. Ils enregistrent une hausse de 22,5 % par rapport à la même période de 2018, mais ils se situent au-dessous la moyenne de 2011 à 2018 (332,6 M €).

Les principaux investisseurs en 2019 sont la Hongrie avec 8,98% des flux d’IDE, la Russie avec 8,93 %, les Emirats Arabes Unis avec 5,75 %, la Bosnie et Herzégovine avec 5,43 % et les Pays-Bas avec 5 %. Les investissements russes sont particulièrement concentrés dans l’immobilier.

Selon la Banque centrale du Monténégro le flux d’IDE français s’élevait à 4,1 M€ en 2019 (5,4 M€ en 2018 et 3,24 M€ en 2017), soit 0,69% du total.

Le Monténégro dispose de plusieurs avantages pour attirer les investisseurs étrangers

Membre de l’ALECE (Accord de libre-échange centre européen), le Monténégro a également conclu des accords de libre-échange avec l’UE, la Russie et l’AELE (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse). Le pays se caractérise par un taux d’imposition des entreprises faible (9 %) et une main d’œuvre qualifiée à un coût parmi les moins élevés en Europe, avec un salaire mensuel net moyen de 516 EUR.

Le Monténégro se classe en 50ème position (sur 190 pays) dans le classement de la Banque mondiale Doing Business 2019, la Banque estimant qu’il est performant au regard de l’accès au crédit, du règlement de l’insolvabilité et de l’exécution des contrats. En revanche, des dysfonctionnements sont identifiés concernant le raccordement à l’électricité et l’obtention de permis de construire. Par contre, le pays est classé en 71ème position dans l’édition 2019 du World Economic Forum mesurant la compétitivité de 140 économies, améliorant son classement de 6 places par rapport à l’édition 2018. La disponibilité technologique est considérée comme un facteur d’attractivité du Monténégro (48ème), ainsi que le développement des marchés financiers (47ème). En revanche, la taille du marché (128ème) et l’environnement macroéconomique (116ème) sont susceptibles de pénaliser l’activité des entreprises.

La France reste un investisseur marginal au Monténégro, alors que l’intérêt des Français pour ce pays au niveau touristique est élevé. Le développement touristique du pays ainsi que les projets d’infrastructures en cours et à venir pourraient présenter des opportunités à saisir pour les entreprises françaises.

 

Clause de non-responsabilité - Le service économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Rédigé par : Yacine Allam

Revu par : Sébastien Bégoc, Jean-Pierre Gastaud

Publié le