Lituanie : situation économique et financière

L’économie lituanienne subit de plein fouet les répercussions de la guerre en Ukraine. L’inflation figure parmi les plus élevées en Europe, avec des conséquences délétères sur le pouvoir d’achat et la croissance. Le gouvernement prend des mesures de soutien à l’économie ; celles-ci sont modérées et concernent avant tout les ménages.

1- L’économie connaît un ralentissement marqué

D’après le département lituanien des statistiques, la croissance lituanienne a atteint 4,9% en 2021, le rebond post-covid ayant porté à la fois sur les exportations et sur la demande intérieure. Au deuxième trimestre 2022, elle ne s’établit qu’à 2,8% en glissement annuel, un chiffre en deçà de la moyenne de l’Union européenne (4%) et de la zone euro (3,9%), selon Eurostat. Le constat est similaire pour la croissance trimestrielle, à -0,4% en Lituanie contre +0,6% dans l’Union européenne et la zone euro.

Dans ce contexte instable et dégradé, la plupart des observateurs abaissent continuellement leurs prévisions de croissance pour 2022 et 2023. Fin septembre, la Banque de Lituanie prédisait +2,1% en 2022, et +0,9% en 2023, alors que le ministère des Finances a annoncé qu'il allait élaborer le projet de loi de finances pour 2023 en se basant sur un taux à 1,6% en 2022, puis 1,4% en 2023. Une grande incertitude accompagne en conséquence ces prévisions qui évoluent régulièrement, alors que les difficultés économiques s’installent dans la durée (notamment parce que la crise inflationniste est liée aux difficultés d’approvisionnement énergétiques) et ne pourront être résolues à court terme. De fait, chaque révision des prévisions de croissance se fait systématiquement à la baisse. Une baisse importante du niveau des consommations d'électricité dans le pays (-9% en juillet dernier, en glissement annuel, et une contraction de 30% par rapport à décembre 2021) permet d’ores et déjà d’identifier des premiers signes de ralentissement économique (cf. graphique 2). Cet environnement va continuer de peser sur le pouvoir d’achat des ménages et les marges des entreprises au moins à moyen terme.

Le marché du travail demeure relativement serré pour le moment avec une baisse continue du taux de chômage. Celui-ci s’est établi à 5,2% au deuxième trimestre 2022, en baisse de 1,1 point par rapport au trimestre précédent, et de 2,2 points en glissement annuel. Toutefois, les difficultés auxquelles font face les entreprises dans le contexte inflationniste actuel laissent présager une dégradation prochaine du marché du travail, même si celle-ci n’est pour le moment pas visible dans les données.

La Lituanie a par ailleurs connu la plus forte contraction de la vente au détail parmi les pays baltes en juin. Elle enregistre une baisse de 3,5 % en glissement annuel et de 1,2 % en glissement mensuel, contre respectivement 0,8% et 0,5% en Lettonie, 1% et 2,4% en Estonie, et 2,8% et 1,3% dans l’ensemble de l’UE. La situation s’est encore considérablement dégradée en juillet, avec une chute de 4,1% en glissement annuel et 9% en glissement mensuel.

Le poids de la Russie dans le commerce lituanien jusqu’au début du conflit en Ukraine explique aussi en partie ce ralentissement économique. Tant les exportations lituaniennes vers la Russie que les importations en provenance de Russie ont diminué considérablement entre 2010 et 2021 (cf. graphique 3) ; néanmoins, selon les données Eurostat, la Lituanie figure toujours parmi les pays les plus exposés au commerce avec la Russie car la part de cette dernière représentait, au moment du déclenchement du conflit en Ukraine, 37,3% dans les importations lituaniennes hors UE et 25,6% dans ses exportations hors UE. En 2021, la Russie était le deuxième fournisseur de la Lituanie, derrière l’Allemagne, et son premier client. Le ralentissement de la demande extérieure laisse ainsi présager un ralentissement sensible de la croissance (3,0%, en termes réels) des exportations lituaniennes en 2022, après une excellente année 2021 (+15,9%).

2- L'inflation particulièrement élevée pèse sur l’activité et le pouvoir d'achat

Les pays baltes constituent la région la plus touchée par la crise inflationniste actuelle au sein de la zone euro. En Lituanie, elle a atteint 21,1% en glissement annuel au mois d’août.  Dans cette optique, l’inflation et ses impacts pourraient s’inscrire dans la durée : le Ministère lituanien des Finances prévoit actuellement une inflation de 17,8% en 2022 et 6% en 2023, contre une augmentation du salaire moyen de 12% en 2022 et 8,1% en 2023.

En termes de pouvoir d’achat, l’augmentation marquée des salaires nominaux ne suffit pas à amortir l’inflation. En effet, si les salaires nominaux bruts enregistrent une progression de 2,9% au deuxième trimestre 2022 par rapport au premier, les salaires réels sont en baisse de 3,7%. En outre, l’augmentation des taux d’intérêt va également peser sur les finances des ménages, dans la mesure où 80% des prêts accordées en Lituanie sont à taux variables.

Les entreprises subissent de plein fouet l’augmentation des coûts de l’énergie, à l’instar des producteurs d’engrais Achema et Lifosa qui ont décidé de suspendre temporairement la production, en raison de la flambée des prix du gaz naturel. Si un plan de soutien aux ménages d’une valeur de 1 Md EUR est en cours d’élaboration par les autorités lituaniennes, aucune mesure n’a été prise jusqu’ici pour soulager les entreprises. Cependant, selon les données de la confédération lituanienne des industriels (LPK), une douzaine de ses membres sont au bord de la faillite.

Le relatif déclin des prix des matières premières non-énergétiques et le resserrement monétaire européen pourraient contribuer à limiter l’inflation au cours des mois à venir. Toutefois, aucun de ces éléments n’agit sur les facteurs fondamentaux de cette inflation, à savoir les distorsions dans les chaînes d’approvisionnement et surtout la flambée des prix de l’énergie. Il faudra donc du temps avant que le pouvoir d’achat ne retrouve son niveau de 2021.

3- Le gouvernement prévoit des mesures financées par le déficit

Selon les données du département des statistiques, le déficit public pour 2021 s'établit à seulement 555 MEUR, soit 1 % du PIB, contre 7,3 % en 2020. Les recettes fiscales ont connu une hausse significative de 18,3% l’année dernière, alors que les dépenses ont progressé seulement de 1,1 %.

En mai dernier, le Seimas (Parlement monocaméral lituanien) a adopté un projet de budget rectificatif pour 2022 visant un déficit de 4,9% du PIB. Celui-ci prend en compte les prévisions économiques dégradées et la demande de financement supplémentaire en matière de sécurité énergétique et militaire, ainsi que des dépenses pour compenser l’inflation. Le gouvernement lituanien a prévu de dépenser 2,3 Mds d'euros (3,8% du PIB) en mesures de soutien au pouvoir d'achat, tout en renforçant la sécurité énergétique. Dans ces 2,3 Mds d'euros figurent principalement des aides à destination des ménages pour payer les factures de gaz et d’électricité (570 MEUR), une revalorisation exceptionnelle des pensions de retraite de 5% (106,3 MEUR), l’augmentation de 460 EUR à 540 EUR du seuil de non-imposition (103 MEUR), ou encore la revalorisation de près de 15% des allocations sociales et des aides financières pour le chauffage (30,3 MEUR). L'autre volet du budget modifié consiste à accélérer la rénovation énergétique des bâtiments (277 MEUR), l’installation de panneaux solaires (60 MEUR) et le déploiement des bornes de recharge privées (46 MEUR), ainsi que le passage aux énergies renouvelables dans le secteur privé (253,7 MEUR).

Début septembre, le gouvernement a prolongé, jusqu’au 30 avril 2024, l'application du taux de TVA temporairement réduit à 0 % pour le chauffage urbain. De nouvelles mesures seront proposées et intégrées dans le projet de loi de finances pour 2023. Selon la Première ministre lituanienne, celui-ci sera finalisé et soumis au Parlement début octobre.

En Lituanie, la maigreur des mesures prises par le gouvernement commence à soulever quelques mécontentements. Les entreprises inquiètes face à l’augmentation des coûts regrettent l’absence de mesures de soutien au secteur privé. Dans sa dernière publication sur la croissance, la Banque de Lituanie recommande « des mesures ciblées pour les populations vulnérables et les entreprises ».

Croissance

[1] Les chiffres pour 2022 et 2023 sont fondés sur les prévisions du ministère lituanien des finances publiées début septembre 2022.

Consommation énergie

Poids Russie

Publié le