Les échanges commerciaux entre la France et la Jordanie en 2018

 

Nos exportations ont baissé pour la deuxième année consécutive (-10,3%) à un rythme toutefois moins soutenu qu’en 2017 (-23,9%). Les exportations du Royaume vers la France augmentent, quant à elles, fortement (+34,8%) même si elles restent modestes en termes de montants (29,1 MEUR). La Jordanie est notre 6ème excédent commercial au Proche et Moyen-Orient.

 

1/ Un ralentissement des échanges mais un excédent toujours important

Les échanges bilatéraux entre la France et la Jordanie ont atteint 259,6 M EUR en 2018, soit une diminution de 7,1% par rapport à 2017. Cette évolution est principalement imputable à la baisse de nos exportations (-10,6%), nos importations, certes modestes, connaissant toutefois une hausse de près de 35%.

 Notre balance commerciale demeure largement excédentaire (+202 M EUR) mais baisse de 14% par rapport à 2017.

 Sur les 15 pays du Proche et Moyen-Orient, la Jordanie est seulement notre 12ème client, devant le Yémen, les Territoires Palestiniens et la Syrie, mais notre 6ème excédent, proche de celui que nous avons avec Israël.

 

2/ L’absence de contrats d’équipement pèse une nouvelle fois sur nos ventes

En 2018, les exportations françaises ont continué de baisser (-10,3%), à un rythme, toutefois, moins important qu’en 2017 (-23,9%), pour atteindre les 231 M EUR.

Outre une nouvelle fois l’absence de fournitures dans le cadre de « grands contrats », cette baisse sensible s’explique notamment par le recul de nos deux principaux postes d’exportations : l’orge et les «Préparations pharmaceutiques » qui baissent au total de 20,4 M EUR soit respectivement de 18,7% et 36%.

Dans un contexte économique compliqué, on note néanmoins une hausse de nos ventes de parfums (+5,8% à 20 M EUR) et de nos véhicules automobiles (6,7 M EUR soit près de +7%).

Le déclin de nos ventes semble toutefois moins important que celui de nos concurrents puisque notre part de marché s’élève désormais à 2,3% contre 1,9% l’année précédente.

 La France remonte donc à la 3ème position par rapport à ses concurrents de l’Union Européenne, derrière l’Allemagne (4,6%) et l’Italie (3,2%) mais devant l’Espagne (1,8%), la Grande-Bretagne (1,2%) et les Pays-Bas (1,1%).

La France est aujourd’hui le 10ème fournisseur de la Jordanie alors que nous étions au 14ème rand en 2017.

 

3/ Les importations en provenance du Royaume augmentent mais toujours dans des volumes restreints.

Bien que marginales en volume, les exportations jordaniennes vers la France ont augmenté de 34,8% en 2018, passant de 21,5 MEUR en 2017 à 29,1 MEUR en 2018.

 Elles sont Composées à 55% par deux types de produits :

  • Le phosphate a atteint 11,9 MEUR (+38,8%), soit 40,9% du total des exportations ; et
  • La potasse 3,9 MEUR (-3,2%), soit 13,6% du total des exportations ;

Les « parfums et produits pour la toilette » (produits de la Mer Morte) ont, quant à eux, fortement progressé (+109,2) pour atteindre la 3ème place des produits jordaniens les plus exportés avec un volume total de 1,8 M EUR en 2018, contre 0,9 M EUR en 2017.

Enfin, les exportations jordaniennes de textile et habillement, près de 5 M EUR, ont connu une progression de 90% sans que l’on puisse affirmer que cette évolution soit la conséquence directe de l’assouplissement des règles d’origine dont l’UE fait bénéficier la Jordanie depuis plusieurs mois.

Publié le