Echanges commerciaux France-Gabon en 2019 / Premier semestre 2020

Le Gabon, petit pays d’Afrique centrale, présente un profil particulier pour la France au regard de l’étroitesse de son marché domestique (2 M. d’habitants) : 12ème client de la France en Afrique (8ème hors Maghreb) juste derrière le Cameroun, 8ème destination des investissements français sur le continent en nombre d’implantations, une part de marché de près de 27% pour la France au Gabon.

En 2019, les exportations françaises à destination du Gabon sont restées stables (457 M€ contre 459M€ en 2018, -0,4%) dans un contexte de repli continu de la demande gabonaise. Les effets de la crise sanitaire, particulièrement sur le secteur pétrolier, affecte fortement la relation bilatérale au 1er semestre 2020 : -11% pour les exportations françaises vers le Gabon, -33% pour les importations françaises.

Après une année 2019 stable, les exportations à destination du Gabon accuse une baisse de 11% au 1er semestre 2020.

Après une décennie de baisse, les exportations françaises vers le Gabon avaient enregistré une hausse inédite en 2018 (+6%). Dans un contexte économique plus favorable (croissance du PIB gabonais de 3,4% en 2019), les achats gabonais de produits français sont restés stables en 2019 (457 M€, -0,4%). Sur les 6 premiers mois de 2020, les ventes françaises vers le Gabon affichent, sans surprise, une baisse de 11,4% (193 M€).

Les exportations françaises vers le Gabon se concentrent autour de 3 pôles : équipements mécaniques et matériel électrique (29% des ventes françaises), agroalimentaire et produits agricoles (28%) et pharmacie et cosmétiques (20%). La baisse enregistrée au 1er semestre 2020 se concentre principalement sur le poste « équipements mécaniques », compte tenu de l’arrêt de la plupart des chantiers et opérations de maintenance (sites pétroliers). Les mesures annoncées par les autorités gabonaises, début avril, tendant à limiter la propagation du virus (couvre-feu, confinement pendant 2 semaines, fermetures des frontières…), ont fortement désorganisé l’activité industrielle du pays.

Les importations françaises en provenance du Gabon, concentrées autour du pétrole, sont en recul de 33% au 1er semestre 2020.

Les achats français au Gabon sont traditionnellement concentrés autour de deux des trois principaux postes d’exportations du pays : le pétrole et le bois, secteurs de présence historique des intérêts français au Gabon.

Avec la chute des cours du pétrole à partir de mars 2020, les importations françaises d’hydrocarbures en provenance du Gabon ont chuté, en valeur, de 64%. Les importations de bois sont quant à elles restées stables. Au total, sur les 6 premiers mois de 2020, les importations françaises sont en repli de 33% (56 M€).

 

 

 

 



 

 

Après avoir accusé de fortes baisses à partir de 2015, en raison d’une demande intérieure atone, les exportations françaises à destination du Gabon sont reparties à la hausse en 2018 (+6,25%) à la faveur d’une reprise de l’activité. Sur les six premiers mois de l’année 2019, on observe une baisse limitée des exportations françaises vers le Gabon (-2,3%, à 218 M€). S’agissant des importations françaises en provenance du Gabon, nos achats ont également enregistré une baisse plus marquée de -7,5% à 84 M€, après avoir augmenté de plus d’un tiers en 2018.

La baisse mesurée des exportations françaises, conjuguée à une baisse plus importante de nos importations en provenance du Gabon, a conduit à une légère amélioration du solde de notre balance commerciale (+1,6M€) au cours du 1er semestre 2019, celle-ci restant largement positive (134 M€).

Outre le décalage entre les statistiques françaises et gabonaises (tendance baissière à 218 M€ pour les premières, hausse marquée à 275 M€ pour les secondes), la mise en œuvre difficile de la nouvelle réglementation des changes, qui a entrainé, voire bloqué, de nombreux transferts en devises depuis le début 2019, ne semble pas avoir impacté les flux entre la France et le Gabon.

D’un point de vue structurel, compte tenu de la prépondérance des secteurs minier et des hydrocarbures dans nos achats, le montant des importations françaises en provenance du Gabon est sensible aux effets prix, notamment pour le pétrole. En outre, les poids de ces secteurs dans nos importations s’expliquent également par la présence d’acteurs français tels que Perenco, Total, Maurel et Prom ou Comilog (Eramet).

Publié le