Echanges commerciaux France-Gabon au premier semestre 2019

Après avoir accusé de fortes baisses à partir de 2015, en raison d’une demande intérieure atone, les exportations françaises à destination du Gabon sont reparties à la hausse en 2018 (+6,25%) à la faveur d’une reprise de l’activité. Sur les six premiers mois de l’année 2019, on observe une baisse limitée des exportations françaises vers le Gabon (-2,3%, à 218 M€). S’agissant des importations françaises en provenance du Gabon, nos achats ont également enregistré une baisse plus marquée de -7,5% à 84 M€, après avoir augmenté de plus d’un tiers en 2018. 

Les exportations françaises vers le Gabon se sont légèrement contractées au cours du 1er semestre 2019.

Dans un contexte économique stabilisé depuis fin 2018, la demande intérieure gabonaise a connu une reprise au cours du 1er semestre 2019 (+21% selon les douanes gabonaises), rompant avec la fragilité des années précédentes (-8,3% en 2018).

Toutefois, après un retour à la croissance en 2018, les ventes de la France vers le Gabon au 1er semestre 2019 ont marqué le pas, à 218 M€ (-2,3 % selon les douanes françaises, à 223M€ pour la même période l’année précédente)[1].

Cette diminution se répartit sur deux de nos trois premiers postes d’exportation (qui représentent plus des trois quarts de nos ventes totales) : les produits industriels (-5,9%) et les produits des industries agroalimentaires (-6,7%). Ces diminutions ont été compensées par les bonnes performances de nos exportations dans le deuxième poste d’exportation générant le plus de flux (1/3 de nos exportations) : les équipements mécaniques et l’informatique (+6,8%), ainsi que par un poste relativement conséquent : les produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture (+13,5%).

Les importations de la France en provenance du Gabon ont diminué au cours des six premiers mois.

S’élevant à 84 M€, contre 90 M€ sur la même période en 2018, les importations françaises en provenance du Gabon ont baissé de 7,5% au cours des six premiers mois de cette année. Toutefois, ces chiffres sont à analyser au regard de ceux de l’année 2018, marquée par des importations en hausse de 33%, performance inédite en lien avec une forte augmentation ponctuelle du poste des « aéronefs et engins spatiaux ».

Portés par la remontée des cours mondiaux, nos achats d’hydrocarbures et de manganèse (56% de nos importations) ont fortement augmenté (+68,3%, à 47,2M€). Néanmoins, nos importations de pétrole raffiné et coke ont été inexistantes pour la période concernée (9,4M€ au premier semestre 2018, soit une baisse de 100%).

Étonnamment, les importations françaises de bois (placages - déroulés), autre poste majeur d’achat, ont augmenté de près de 20%, à 32,5 M€, malgré les difficultés logistiques de début d’année (blocage du port, arrêt des exportations de bois pendant 3 mois suite au scandale du Kévazingo).

Signe de l’absence de diversité des importations françaises en provenance du Gabon, le pétrole, le manganèse et le bois représentent toujours plus de 95% des importations françaises.

 

La baisse mesurée des exportations françaises, conjuguée à une baisse plus importante de nos importations en provenance du Gabon, a conduit à une légère amélioration du solde de notre balance commerciale (+1,6M€) au cours du 1er semestre 2019, celle-ci restant largement positive (134 M€).

D’un point de vue structurel, compte tenu de la prépondérance des secteurs minier et des hydrocarbures dans nos achats, le montant des importations françaises en provenance du Gabon est sensible aux effets prix, notamment pour le pétrole. En outre, les poids de ces secteurs dans nos importations s’expliquent également par la présence d’acteurs français tels que Perenco, Total, Maurel et Prom ou Comilog (Eramet).

 

 



[1] Selon les douanes gabonaises, les importations gabonaises en provenance de France ont augmenté de 17% au cours du 1er semestre 2019, pour un montant de près de 275 M€.

 

Après avoir accusé de fortes baisses à partir de 2015, en raison d’une demande intérieure atone, les exportations françaises à destination du Gabon sont reparties à la hausse en 2018 (+6,25%) à la faveur d’une reprise de l’activité. Sur les six premiers mois de l’année 2019, on observe une baisse limitée des exportations françaises vers le Gabon (-2,3%, à 218 M€). S’agissant des importations françaises en provenance du Gabon, nos achats ont également enregistré une baisse plus marquée de -7,5% à 84 M€, après avoir augmenté de plus d’un tiers en 2018.

La baisse mesurée des exportations françaises, conjuguée à une baisse plus importante de nos importations en provenance du Gabon, a conduit à une légère amélioration du solde de notre balance commerciale (+1,6M€) au cours du 1er semestre 2019, celle-ci restant largement positive (134 M€).

Outre le décalage entre les statistiques françaises et gabonaises (tendance baissière à 218 M€ pour les premières, hausse marquée à 275 M€ pour les secondes), la mise en œuvre difficile de la nouvelle réglementation des changes, qui a entrainé, voire bloqué, de nombreux transferts en devises depuis le début 2019, ne semble pas avoir impacté les flux entre la France et le Gabon.

D’un point de vue structurel, compte tenu de la prépondérance des secteurs minier et des hydrocarbures dans nos achats, le montant des importations françaises en provenance du Gabon est sensible aux effets prix, notamment pour le pétrole. En outre, les poids de ces secteurs dans nos importations s’expliquent également par la présence d’acteurs français tels que Perenco, Total, Maurel et Prom ou Comilog (Eramet).

Publié le