Relations bilatérales

La relation franco-cubaine s’est fortement développée depuis 2015, année marquante dans la restructuration de la dette cubaine (11,1Mds USD), grâce au rôle moteur joué par la France, qui assure la présidence et le secrétariat du Groupe des créanciers de Cuba. Depuis la venue du Président de la République, M. François Hollande, en mai 2015, plusieurs Secrétaires d’Etats et d’importantes délégations officielles françaises se sont succédé à Cuba afin de renforcer nos relations économiques et appuyer les entreprises françaises sur place. La visite à Paris de Raul Castro, début 2016, a donné lieu à la signature d’un accord bilatéral entre la France et Cuba, redynamisant les relations institutionnelles et commerciales des deux pays. A cette occasion, une partie des créances a été convertie en fonds de soutien aux projets d’intérêts commun sur l’île à travers un Fonds de contrevaleur d’un montant de 212M euros, destiné à financer la part locale de projet. La feuille de route bilatérale signée le 1er février 2016 et rassemblant les secteurs prioritaires de coopération économique entre la France et Cuba (tourisme durable, énergie, santé, transport, agroalimentaire, développement urbain soutenable et coopération institutionnelle) est passée en revue chaque année lors de réunions interministérielles. Fin 2016, l’Agence Française de Développement établissait un bureau à Cuba.

La France met à disposition plusieurs outils financiers de soutien à l’activité économique française à Cuba. Tout d’abord le FASEP, instrument d’aide-projets, finance sous forme de dons plusieurs études de faisabilité de projets d’infrastructures ou des démonstrateurs de technologies vertes à Cuba et portés par des entreprises françaises. Le dispositif de garantie de projets à court terme (ligne d’assurance-crédit gérée par BPI France) contribue à la bonne tenue de notre commerce bilatéral, notamment en ce qui concerne les exportations céréalières. Enfin, le 6 décembre 2019 a été signé un accord cadre de prise en garantie par BPI Assurance Export d’exportations françaises à moyen et long terme pour une enveloppe totale de 150 Millions d’euros.

La relation économique bilatérale est également renforcée par la présence d’une section locale des CCEF composée de 8 membres actifs qui collaborent efficacement avec les services officiels français. En parallèle, l’association des entreprises françaises à Cuba (AEFC) qui rassemble une trentaine d’entreprises, facilite la circulation d’informations économiques et commerciales, ainsi que les faits marquants de l'actualité utiles aux chefs d’entreprises dans le cadre de réunion mensuelle.

Si les échanges commerciaux entre la France et Cuba sont soutenus par le dynamisme de la coopération bilatérale, la communauté d’affaires française présente localement reste encore limitée. On ne dénombre ainsi que six entreprises mixtes et une trentaine de bureaux de représentation, présence comparable toutefois à celle des autres grands pays à Cuba (excepté l’Espagne).

Cuba est et reste un pays d’opportunités commerciales, notamment pour l’offre française. La France fait partie des dix premiers partenaires commerciaux de Cuba. Les entreprises françaises à Cuba couvrent les secteurs structurant de l’économie cubaine (construction, tourisme, transport, agroalimentaire, télécommunications...). Nos entreprises manifestent un intérêt pour le marché cubain même si ce dernier n’est pas forcément adapté aux PME. Les spécificités locales (recours à l’empleadora – agence étatique de placement des travailleurs cubain…) et le contexte géopolitique actuel rendent toutefois difficile l’accès au marché cubain.  Les banques françaises, et plus particulièrement celles exposées aux Etats Unis,  ont du mal à s’engager à Cuba depuis le renforcement de l’embargo américain contre La Havane. L’incertitude dans le milieu des affaires, générée notamment par l’activation du titre III de la loi Helms-Burton en mai 2019, nuit à la mise en œuvre des nouveaux projets d’investissements français.

Publié le