Commerce extérieur chinois

Commerce extérieur de la Chine en 2020 : hausse importante de l’excédent commercial grâce aux exportations de matériel médical et à la baisse du prix du pétrole

Malgré le ralentissement important du commerce mondial de biens (-6 % en valeur), le commerce extérieur chinois enregistre de bonnes performances en 2020. Après avoir été fortement pénalisé au premier trimestre dans le contexte de la pandémie, la reprise de la production au second trimestre et celle de la consommation en fin d’année ont permis à la Chine de renforcer son poids dans l’économie et le commerce mondial (de 13,2 % de part de marché en 2019 à 14,9 % en 2020[1]). L’excédent commercial chinois augmente significativement (de 429 Md$ à 537 Md$), son plus haut niveau depuis 2016.

Après une chute au premier trimestre, les exportations chinoises de biens enregistrent une forte hausse en 2020 (+4,0 % à 2 597 Md$). Les exportations ont étonnamment renoué avec la croissance à partir d’avril et ont presque chaque mois enregistré une croissance bien plus élevée que les prévisions des économistes. Cette forte croissance s’explique principalement par la hausse de la demande dans le monde des biens liés à la pandémie : (i) les ventes de matériel de protection médicale sont passées de 11,6 Md$ en 2019 à 76,5 Md$ en 2020 (224 milliards de masques ont pu être exportés dans le monde pour un montant de 53,8Md$) ; (ii) en lien avec les mesures de confinement dans le monde et le développement du télétravail, les ventes d’ordinateurs ont augmenté de 14,7 % à 170,3 Md$.

Sur l’ensemble de l’année, les importations ont baissé de 0,4 % à 2 060,3Md$. Ce déclin s’explique par la forte baisse, en valeur, des importations d’énergie (-13,8 % à 447,0 Md$) et de pétrole brut en particulier (-26,2 % à 176,1 Md$) dans le contexte de la baisse du prix du baril[2]. Hors énergie, les importations chinoises ont enregistré une croissance importante (+4,1 % à 1 613,3 Md$), en particulier du fait de la hausse des achats de semi-conducteurs (+13,5 % à 392,6 Md$) dans le contexte de numérisation croissante de l’économie chinoise (déploiement de la 5G et accélération due à la pandémie), de la reprise du marché automobile (qui a contribué à la pénurie mondiale de semi-conducteurs) et de constitution de stocks par les entreprises technologiques chinoises en anticipation de sanctions américaines qui pourraient compromettre leurs approvisionnements. La signature du phase-1 deal en début d’année a entraîné des achats importants de produits américains de la part de la Chine mais les objectifs fixés sont loin d’avoir été atteints.



[1] Prévisions UNCTAD

[2] Les prix du pétrole brut payé par la Chine ont diminué de près d’un tiers ; les importations en volume ont augmenté de 7 %.

*Pour une analyse plus complète, veuillez consulter la note détaillée ci-dessous. 
* Pour un suivi plus assidu de la politique de commerce et d’investissements chinoise et des relations commerciales bilatérales, nous vous invitons à vous abonner à nos publications régulières ou à consulter nos productions plus approfondies.

 

Publié le