Le commerce extérieur de l’Azerbaïdjan en 2019

En 2019, le commerce extérieur de l’Azerbaïdjan a poursuivi son redressement dans un contexte de stabilisation des cours mondiaux du pétrole et de hausse de la production gazière du pays. L’Azerbaïdjan, dont les exportations sont constituées à 90% d’hydrocarbures, est particulièrement sensible à l’évolution des cours. La valeur totale des exportations est ainsi restée stable à 19,6 Mds USD (contre 19,5 Mds USD en 2018). Les importations enregistrent quant à elles une forte progression, pour s’établir à 13,7 Mds USD contre 11,5 Mds USD en 2018, soit une augmentation de 19%. De ce fait, l’excédent commercial se réduit, atteignant 6,0 Mds USD contre 8,0 Mds USD en 2018 (-25%). En 2019, la France est le 12ème fournisseur et 11ème client du pays, (13ème fournisseur et client du pays en 2018), principalement en raison de la reprise des achats pétroliers français en provenance d’Azerbaïdjan.

Le commerce extérieur azerbaïdjanais poursuit son redressement

Données du commerce extérieur pour 2019

Entamé en 2017 après une forte contraction (2015-2016) causée par la baisse mondiale du cours des hydrocarbures, le commerce extérieur azerbaïdjanais a poursuivi son redressement en 2019, enregistrant une progression de +7,8% en glissement annuel, pour atteindre 33,3 Mds USD (30,9 Mds USD en 2017).

Les exportations sont restées stables en 2019 (+0.5%), pour s’établir à 19,6 Mds USD (19,5 Mds en 2018). Ces dernières sont toujours majoritairement constituées d’hydrocarbures (90%) et en premier lieu de pétrole brut, dont la stagnation en volume est compensée par la croissance des exportations gazières. En parallèle, l’amélioration de la conjoncture interne (inflation maîtrisée, reprise de la consommation) a entraîné une forte hausse des importations (+19%), atteignant 13,7 Mds USD (11,5 Mds USD en 2018).

La progression en valeur des importations a réduit en 2019 de 25% l’excédent commercial dont bénéficie traditionnellement l’Azerbaïdjan, ce dernier s’élevant à 6,0 Mds USD contre 8,0 Mds USD en 2018.

Principaux partenaires commerciaux

Comme les années précédentes, la majorité des échanges commerciaux de l’Azerbaïdjan s’effectue avec l’Union européenne (à 28), son principal partenaire commercial représentant 38,8% du total en 2018. Ces échanges correspondent principalement à des achats d’hydrocarbures azerbaïdjanais, tandis que les importations azerbaïdjanaises en provenance de l’UE sont plus diversifiées. La part de la CEI dans les échanges commerciaux de l’Azerbaïdjan se redresse légèrement (13,8% en 2019, contre 12,9% en 2018), la Russie demeurant le principal débouché des exportations azerbaïdjanaises hors hydrocarbures.

Avec une part de 18,0% (20,1% en 2018) l’Italie demeure avec 6,0 Mds USD d’échanges le principal partenaire commercial du pays, en raison de l’importance de ses achats d’hydrocarbures. Elle devance tout comme les années précédentes la Turquie (2ème, avec une part de 13,5%, soit 4,5 Mds USD), et la Russie (9,1%, 3,0 Mds USD). La Chine reprend sa quatrième place perdue en 2018 avec une part de 6,6%. Viennent ensuite l’Allemagne (5ème), puis la Suisse qui se hisse à la sixième place grâce à ses ventes d’or à l’Azerbaïdjan, Israël (7ème) et l’Inde (8ème) maintenant leurs positions en raison de leurs achats d’hydrocarbures.

Avec une part de 2,4% (787 M USD en valeur), la France se place au 11ème rang des partenaires commerciaux de l’Azerbaïdjan (15ème en 2018), rebond principalement causé par une hausse sensible de nos achats d’hydrocarbures en 2019.

 

Les exportations azerbaïdjanaises demeurent dominées par les hydrocarbures

Structure des exportations

 En 2019, les exportations azerbaïdjanaises se sont élevées à 19,6 Mds USD, stables (+0,5%) par rapport à 2018. Avec un montant total de 17,6 Mds USD, les hydrocarbures (bruts et transformés) ont ainsi représenté 89,9% de la valeur totale des exportations du pays, part en baisse par rapport à 2018 (91,8%). Si le pétrole brut représente plus de 75% des exportations azerbaïdjanaise, le démarrage des livraisons via le corridor gazier sud en direction de la Turquie permet de porter la part du gaz naturel à 12,1% des exportations (2,4 Mds USD) en 2019.

Hors hydrocarbures, le deuxième poste à l’exportation est constitué par les produits agroalimentaires (part de 3,5%), dont la valeur totale s’est établie à 684 M USD, en progression par rapport à 2018 (651 M USD). Enfin, le démarrage de la production pétrochimique avec en particulier la mise en opération des unités de SOCAR Polymer permet de faire nettement progresser les exportations de produits industriels (468 M USD, +41%), troisième poste à l’export avec 2,37% des exportations.

Principaux clients

Fort d’une part de 53,5% (10,5 Mds USD), l’Union européenne demeure de loin la première destination des exportations azerbaïdjanaises, tandis que la part de la CEI reste stable en 2019 (6,0%, 1,2 Md USD). Ceci s’explique principalement par la structure des exportations azerbaïdjanaises, essentiellement constituées d’hydrocarbures principalement écoulés vers l’Europe et l’Asie.

A l’exception de la Russie (principal importateur de produits agroalimentaires azerbaïdjanais) les 8 premiers clients de l’Azerbaïdjan sont des importateurs d’hydrocarbures. L’Italie absorbe à elle seule 28,7% des exportations azerbaïdjanaises du fait de ses achats de pétrole brut. Viennent ensuite la Turquie (2ème avec 14,6% des exportations), Israël (3ème avec 6,8% des exportations), l’Inde (4ème avec 4,9% des exportations), l’Allemagne (5ème avec 4,8% des exportations), la Chine (6ème avec 3,8% des exportations), la Russie (7ème avec 3,7% des exportations) et l’Espagne (8ème avec 3,6% des exportations).

La France se classait en 2019 au 11ème rang des clients de l’Azerbaïdjan (13ème en 2018), pesant pour 2,7% des exportations azerbaïdjanaises en raison d’une reprise de nos achats d’hydrocarbures.

 

Dynamisme des importations, stabilité de la géographie des fournisseurs

Structure des importations

Conséquence de l’amélioration de la situation macroéconomique du pays, les importations enregistrent une nouvelle hausse en 2019 (+19%), pour s’établir à 13,7 Mds USD. Ces dernières sont diversifiées, composées de biens de consommation courante et d’équipement.

Comme les années précédentes, le premier poste à l’importation est constitué par les machines et équipements de transport pour un montant de 2,7 Mds USD, soit 19,5% du total des importations. Grâce aux livraisons de locomotives électriques ALSTOM (contrat de 2015), la France est un fournisseur majeur dans ce domaine. Viennent ensuite les produits agroalimentaires pour un montant de 1,6 Mds USD (+23%, soit une part de 12,0%), les véhicules et pièces détachées (1,3 Md USD, soit 9,2% des importations), les produits en métaux ferreux (1 Md USD soit 7,7% des importations) et les produits plastiques (404 M USD, 3,0% des importations).

Principaux fournisseurs

La part de l’Union européenne dans les importations enregistre une baisse pour la 6ème année consécutive, pour s’établir à 17,8 % du total (2,4 Mds USD, contre 20,3% en 2018). La part de la CEI reste quant à elle stable en 2019, s’élevant à 25,1% (3,4 Mds USD, contre 25,0% en 2017).

Hors blocs commerciaux, la Russie demeure le premier fournisseur de l’Azerbaïdjan, avec une part de marché de 16,8% (16,4% en 2018). L’Azerbaïdjan importe principalement de Russie des produits agroalimentaires (viande, produits laitiers, céréales), ainsi que du bois, des engrais minéraux et divers articles métalliques.

Fournisseur incontournable depuis l’éclatement de l’Union soviétique, la Turquie occupe le deuxième rang, avec une part de 12,1% (13,8% en 2017). Les biens importés sont variés, à l’image de la présence et des réseaux d’affaires turcs dans le pays (construction, habillement, véhicules). Avec une part de 10,5%, la Chine conserve la troisième place (10,4% en 2018). Pékin fournit principalement des équipements industriels (climatiseurs, moteurs) des biens de consommation électronique (téléviseurs, petit électroménager), ainsi que des pneumatiques et des chaussures. En 2019, la Suisse se hisse à la quatrième place grâce à ses ventes d’or (9,0% de parts de marché contre 4,5% en 2018). Viennent ensuite les Etats-Unis (5ème rang avec 5,6%), l’Allemagne (6ème avec 5,2%), l’Ukraine (7ème avec 3,4%) et l’Iran (8ème, rang stable avec 3,3% des importations, essentiellement agricoles). La France devient le 12ème fournisseur de l’Azerbaïdjan en 2019, avec 1,8% de parts de marché (13ème en 2018 avec 1,6%). Cette part a fluctué au cours des dix dernières années entre un plus bas de 1,1% (2006) et un plus haut de 3,9% (7ème fournisseur) en 2013.

---

 

ANNEXES : GRAPHIQUES

Source : Comité des statistiques de la République d’Azerbaïdjan

Commerce extérieur de l'Azerbaïdjan

 

Répartition des biens exportés par l'Azerbaïdjan

 

Principaux clients de l'Azerbaïdjan

 

Prinicpaux fournisseurs de l'Azerbaïdjan

Publié le