Le commerce bilatéral France – Azerbaïdjan en 2019

En 2019, avec 143 M EUR, nos exportations vers l’Azerbaïdjan enregistrent une hausse de 26,1% en g.a, tirées par le dynamisme de nos produits industriels et par la poursuite des ventes de matériel de transport. Il s’agit de la seconde hausse de nos exportations depuis 2013 après le rebond enregistré en 2018.

Avec 606 M EUR, nos importations en provenance d’Azerbaïdjan repartent aussi à la hausse (+20,9% en g.a.). Il s’agit d’un point d’inflexion notable pour nos exportations, composées à 99,4% d’hydrocarbures, à contre-courant de la réduction progressive des achats pétroliers engagée depuis 2012 et l’arrêt des achats pétroliers compensatoires liés à l’interruption du marché libyen. 

De ce fait, en 2019, les échanges franco-azerbaïdjanais augmentent de 21,9% en g.a, mais au prix d’une détérioration du solde commercial de la France, la hausse de nos exportations ne compensant pas entièrement la reprise de nos importations d’hydrocarbures azerbaïdjanais.

La reprise des achats d’hydrocarbures augmente notre solde déficitaire


En 2019, les échanges franco-azerbaïdjanais (749 M EUR) ont augmenté de 21,9% en g.a
, la hausse modérée de nos exportations se conjuguant à la reprise de nos importations d’hydrocarbures azerbaïdjanais.

La balance commerciale bilatérale est structurellement déficitaire en raison du poids de nos achats d’hydrocarbures. En 2019, notre déficit commercial se creuse un peu plus à 462 M EUR. Ce chiffre constitue un recul après un niveau historiquement bas constaté en 2018, fruit de la reprise de nos achats pétroliers en provenance d’Azerbaïdjan et cela malgré la hausse de nos exportations.


Reprise de nos importations pétrolières

Nos importations d’Azerbaïdjan sont toujours constituées à 99,4% de pétrole brut. Les volumes importés enregistrent une hausse de 20,8% en g.a, à contre-courant de la tendance amorcée depuis 2011. Avec 606 M EUR, nos importations depuis l’Azerbaïdjan, en baisse régulière depuis 2012 et l’arrêt des achats pétroliers compensatoires liés à l’interruption du marché libyen, reprennent en 2019. Le redressement s’élève à 20,9% par rapport à 2018.

Dynamisme des exportations industrielles françaises vers l’Azerbaïdjan


La France vend essentiellement des biens industriels

En 2019, avec 143 M EUR, nos exportations enregistrent une hausse de 26,1% en g.a (114 M EUR en 2018), tirées par le dynamisme de nos produits industriels. Il s’agit de la seconde hausse de nos exportations depuis 2013, poursuivant la dynamique enclenchée en 2018.

En 2019, nos exportations ont ainsi enregistré une hausse de 22,5% en g.a. dans la catégorie des équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique (38 M EUR, soit 26,6% de nos exportations), tirés par le dédoublement de nos ventes de produits informatiques, électroniques et optiques (19 M EUR, +97,1%).

Dans le même temps, les exportations françaises de produits chimiques, parfums et cosmétiques, point fort traditionnel de nos ventes dans ce pays, progressent de 38,6% (32 M EUR, soit 22,6% de nos exportations).

La catégorie des matériels de transport progresse de 13,7% (25 M EUR, soit 17,7% de nos exportations). Il s’agit en bonne partie de la mise en œuvre du contrat Alstom signé en 2014 et prévoyant la livraison de 50 locomotives de fret et de passager.

On notera également la performance de nos exportations dans la catégorie des produits métallurgiques et métalliques (17 M EUR, +61,4%) et le rebond de nos ventes de produits agroalimentaires (12 M EUR, +52,7%). Nos exportations agricoles poursuivent toutefois leur repli à 2,1 M EUR (-4,4%).


La France est un fournisseur secondaire de l’Azerbaïdjan

La France devient le 12ème fournisseur de l’Azerbaïdjan en 2019, avec 1,8% de parts de marché (13ème avec 1,6% en 2018). Cette part a fluctué sur les dix dernières années entre un plus bas de 1,1% (2006) et un plus haut à 3,9% (7ème fournisseur) en 2013. L’érosion de notre part de marché s’explique par le positionnement relativement haut de gamme de nos produits de commerce courant ; la crise de 2015-2016 a accéléré la pénétration de produits très bon marché, souvent chinois. La Russie et la Turquie, fournisseurs traditionnels de l’Azerbaïdjan, maintiennent leurs positions.

En 2019, la France s’est notamment classée derrière : 1. Russie (16,8%), 2. Turquie (12%), 3. Chine (10,5%), 4. Suisse (9%) 5. États-Unis (5,6%), 6. Allemagne (5,2%), 7. Ukraine (3,4%) et 8. Iran (3,3%).

---

 

ANNEXES : GRAPHIQUES

 

Evolution des exportations et des importations françaises vers l'Azerbaïdjan

 Source : Douanes françaises

 

Principaux clients de l'Azerbaïdjan en 2019

Source : Comité des Statistiques de la République d’Azerbaïdjan

 

 

Principaux fournisseurs de l'Azerbaïdjan en 2019

Source : Comité des Statistiques de la République d’Azerbaïdjan

 

 

Échanges France – Azerbaïdjan par catégories de produits pour 2019 (en EUR)

Échanges France – Azerbaïdjan par catégories de produits pour 2019 (en EUR) 

Source : Douanes françaises

Publié le