Environnement 

  • Focus : Le gouvernement japonais inscrit l’objectif de neutralité carbone dans la loi et multiplie les mesures en faveur de la transition environnementale
  • Et aussi : Le parti du Premier Ministre (PLD) recommande la mise en place de la tarification carbone / Le Japon va soutenir financièrement la transition environnementale des pays membres de l’ASEAN / Norinchukin Banque va financer des projets en faveur d’une réduction des émissions de GES dans le secteur de l’agriculture

Energie

  • Focus : Le Japon souhaite augmenter la part des énergies non-fossiles dans son mix énergétique
  • Et aussi : Le ministère de l’environnement (MOE) veut améliorer la résilience des réseaux locaux d’énergies renouvelables / Le gouvernement japonais prévoit d’augmenter l’objectif d’économie d’énergies de 20% / Subventions pour l’installation de panneaux solaires / 10 entreprises nationales vont créer une organisation pour promouvoir les énergies renouvelables et la transition bas carbone

Transport

  • Focus : Toyota compte obliger ses fournisseurs à réduire leurs émissions de 3% par rapport à 2020
  • Et aussi : Adoption du projet de loi pour renforcer la compétitivité internationale de la filière maritime japonaise / La performance de la voiture hydrogène de Toyota à l'épreuve lors d’une course d’endurance de 24 heures / Le gouvernement japonais souhaite que les nouveaux véhicules commerciaux soient à faible émissions d’ici 2040 / Le shinkansen va être utilisé pour le fret alimentaire

Infrastructures & Villes

  • Focus : La pénurie mondiale de bois fragilise le secteur de la construction au Japon 
  • Et aussi : Le gouvernement japonais va développer un plan de neutralité carbone pour les 125 principaux ports du Japon / Le gouvernement japonais veut réduire l’utilisation des pailles et fourchettes en plastiques à partir du printemps 2022 / Kawasaki Heavy Industries développe le premier bateau-citerne pour transporter de l’hydrogène au monde

Environnement & Climat

Le gouvernement japonais inscrit l’objectif de neutralité carbone dans la loi et multiplie les mesures en faveur de la transition environnementale.

Le 26 mai, la Diète a entériné l’objectif de neutralité carbone annoncé par le Premier ministre Suga en adoptant une révision de la loi de lutte contre le réchauffement climatique de 1998. La révision de la loi, qui entrera en vigueur en avril 2022,  implique tant le gouvernement central que les collectivités locales et le secteur privé : les préfectures, les grandes villes japonaises et les villes servant de « pôles régionaux » (« chukaku-shi ») devront définir un plan d’action contre le réchauffement climatique ; les plus petites collectivités et villages devront désigner des zones d’accueil de projets dans les énergies renouvelables ; les entreprises devront enfin déclarer leurs émissions à l’échelle de leurs sites (ex. : usine) plutôt qu’à l’échelle de l’ensemble de l’entreprise.

Indirectement, l’inscription de la neutralité carbone devrait permettre de promouvoir les investissements dans les projets de technologies vertes et d’améliorer le suivi et la diffusion d’informations sur l’objectif de réductions d’émissions. En outre, la révision permet d’intégrer au niveau national l’objectif mentionné dans l’Accord de Paris de limitation du réchauffement climatique à 1,5°C. Cette modification de la loi s’inscrit dans une succession de mesures gouvernementales en faveur de la transition écologique.

En effet, le comité de la réforme réglementaire vient par exemple de publier un projet de rapport pour lever les restrictions au développement des énergies renouvelables. Il est notamment envisagé de faciliter le développement des centrales géothermiques dans les parcs naturels et les zones protégées  dans le but de doubler le nombre d’installations de production d’énergie géothermique d’ici 2030, et que le gouvernement central exige l’installation de panneaux solaires sur tous les nouveaux bâtiments publics (écoles, institutions culturelles, bâtiments gouvernementaux, etc.) et renforce les normes d’efficacité énergétique des nouveaux bâtiments de plus de 300 mètres. Néanmoins, le défi est de taille, seul 11% des quelques 50 millions de maisons existantes atteignent le niveau d'efficacité energétique que le gouvernement souhaite imposer.

En vue de mobiliser les investissements en faveur du climat, les ministères de l’environnement, des finances et de l’énergie ont publié conjointement un guide à destination des entreprises et des différents fonds d’investissements pour tirer profit de la transition énergétique.

"é

 

Sources :Sustainable Japan  27 Mai, Nikkei 26 Mai, Nikkei Asia 4 Juin, The mainichi,  26 Mai

Et aussi...

  • Dans le cadre du comité de stratégie de croissance du Parti libéral démocrate, le parti du premier ministre recommande au gouvernement japonais de reconsidérer la tarification carbone. En effet, le programme permettrait de garantir à la fois le commerce extérieur libre et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nikkei, 22 Mai.

  • Dans l’objectif d’encourager les pays à mettre en place des mesures de réduction d’émissions, Le Japon va créer un fond public privé pour soutenir à hauteur de 1000 Milliards de Yen (8 Milliards d’euros) les projets de décarbonation des pays membres de l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud-Est). En effet sur les 10 pays faisant partis de l’accord seul le Cambodge, le Myanmar et le Laos ont annoncé leur intention d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Le programme financera notamment l’installation de technologies de décarbonation ou encore de système énergétique visant à remplacer l’utilisation du charbon.  A terme, le Japon espère réduire l’influence de la Chine sur les pays de la zone Sud-est . Nikkei, 24 Mai.

  • Norinchukin banque, la plus grande banque d’investissement dans le secteur agricole du Japon va financer à hauteur de 10 billions de yens (91.8 milliards de dollars) les projets en faveur d’une réduction des émissions des gaz à effet de serre. Pour obtenir un prêt, les entreprises devront atteindre un objectif de réduction d’émissions de 50% d’ici l’année 2030, seuil au-delà de l’objectif de 46% fixé par le gouvernement japonais. Nikkei Asia, 24 Mai.

Energie

Le Japon souhaite augmenter la part des energies non fossiles dans son mix energetique

Le Japon a annoncé l’augmentation de la part des énergies non fossiles dans son mix électrique d’ici 2030 mais se retrouve isolé au sein des pays du G7 sur la question de l’arrêt des financements de projets charbon en pays tiers. Selon le Nikkei, le  METI souhaite augmenter la part des énergies non fossiles à 60% de son mix électrique en 2030 contre 44% actuellement. En ce sens, la part des énergies renouvelables devrait passer de 19% à 35-39%. Toutefois, la proportion d’énergie nucléaire devrait rester stable, soit aux alentours de 20%. De son côté, l’hydrogène devrait représenter 1% du mix électrique même si le gouvernement souhaite intensifier la production pour atteindre 10% à l’horizon 2050.

Le Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (METI) devrait ainsi publier le projet de révision du Basic Energy Plan durant l’été. Le Japon, qui avait annoncé le mois précédent un rehaussement de son ambition de réduction d’émissions de gaz à effet de serre de -26% à -46% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2013, reste isolé sur la question du  financement des centrales à charbon en pays tiers. Lors de la réunion des Ministres de l’environnement du G7 du 20 mai, l’ensemble des autres pays se sont mis d’accord pour arrêter de financer ce type de projet en pays tiers dès fin 2021 mais le Japon n’a pas souhaité se prononcer en ce sens.

Outre ce sujet controversé, le Ministre de l’environnement Koizumi S. a déclaré que le Japon intensifiait ses efforts pour réaliser les « trois transitions » valorisant la décarbonation, l’économie circulaire et la société décentralisée tout en mentionnant la création de régions modèles neutres en carbone. Par ailleurs, le Ministre a exprimé la volonté du Japon de contribuer au nouveau cadre mondial pour la préservation de la Biodiversité en rappelant son ralliement récent à la Coalition de la Haute Ambition pour la Nature et les Peuples (HAC), initiative lancée par la France et le Costa Rica.

zef

 

  Sources : Kyodo news, 21Mai, MOE, 20 Mai, Asahi, 22 Mai.

Et aussi...

  • Dans l’objectif d’augmenter la résilience du réseau des énergies renouvelables locales, le ministère de l’environnement Japonais va financer à hauteur de 66% les projets locaux favorisant la coordination des différents réseaux électriques.  Le programme subventionnera la mise en place d'installations d'énergie renouvelable, de batteries de stockage, d'équipements de communication, de systèmes de gestion d’énergie et de lignes autonomes. L’objectif étant d’interconnecter les différents réseaux régionaux et d’augmenter la résilience du réseau face aux éventuels catastrophe ou urgence. Kankyo-business, 20 Mai. 

  • Le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI) veut augmenter l’objectif d’économie d’énergies de 20% d’ici 2030. Pour cela, le METI prévoit de promouvoir la rénovation énergétique des bâtiments et d’accélérer la transition énergétique du secteur aérien. Nikkei, 22 Mai.

  • Dans le but de promouvoir l’installation d’équipements de productions d’énergies solaire, le ministère de l’environnement va financer à hauteur de 30% pour une limite de 100 millions de yen (800 000 euros) les entreprises désirant installer des panneaux solaires sur le toit de leurs bâtiments ou sur leurs terrains. Le programme soutient aussi l’acquisition de batteries de stockage. Kankyo-business, 18 Mai. 

  • Le 1er juin, 10 entreprises, dont Tokyu Fudosan, Tokyo Gas et Looop, ont annoncé la création d’une nouvelle organisation visant à soutenir et à développer la création de centrales électriques à énergie renouvelable dans les différentes régions du Japon. L’objectif étant de mutualiser les connaissances et partager le savoir-faire des entreprises afin d’accompagner les gouvernements locaux dans leurs projets énergétiques. Kankyo-Business, 2 Juin.

     

Transport

Toyota va obliger ses fournisseurs à réduire leurs émissions de 3% par rapport à l’année dernière

Toyota Motor a demandé à ses principaux fournisseurs de pièces automobiles de réduire leurs émissions de dioxyde de carbone de 3% par rapport à l’année dernière. Cela concerne au total 300 à 400 fournisseurs directs et si ces compagnies obligent à leur tour des engagements climat aux sous-traitants, cela pourrait toucher directement plus de 30 000 entreprises.

Bien que Toyota n’ait présenté aucun objectif numérique à long terme pour ses partenaires, réduire les émissions de dioxyde de carbone de 3 % par année signifierait une réduction de 45 % au cours des 15 prochaines années, ce qui coïnciderait avec l’objectif du gouvernement japonais de réduire les émissions de 46 % à 50 % d’ici 2030. En effet, 70 à 80 % des pièces des voitures  proviennent de fournisseurs externes. La coopération des fabricants est donc essentielle pour décarboner le secteur de l’automobile.

Ainsi à l’instar de Toyota ou encore Sony ou Volkswagen qui ont pour objectif d’atteindre zéro émission de CO2 d’ici 2050, de plus en plus d’entreprises mondiales s’engagent dans la décarbonation de leurs activités.

oç_

          

Sources Nikkei Asia, 2 Juin.

Et aussi...

  • Le projet de loi visant à renforcer la compétitivité internationale de la filière maritime, soit la construction navale et le transport maritime, vient d’être adopté. De ce fait, les constructeurs navals ayant comme projet d’introduire les nouvelles technologies dans leurs flottes ou d’acquérir des entreprises, pourront bénéficier de mesures fiscales pour obtenir plus facilement des subventions. NHK, 14 Mai.

  • Toyota Motor Corporation a terminé la course d’endurance de 24 heures qui s’est tenue dans la préfecture de Shizuoka du 22 au 23 Mai à bord d’un véhicule équipé d’un moteur à hydrogène. 35 opérations de remplissage d’environ 6 à 7 minutes ont été effectuées au cours de la course, contre 20 pour les voitures à essence classique. De ce fait, la voiture à hydrogène de Toyota a parcouru la moitié de la distance parcourue par les voitures à essence. Toutefois, l’objectif de l’entreprise était d'utiliser la course pour identifier les limites liées à l'usage de technologie alimentées à l’hydrogène, notamment la vitesse de combustion, la faible autonomie ou encore les besoins de stockage importants. Nikkei, 24 Mai.

  • Le gouvernement japonais souhaite que la totalité des véhicules neufs commerciaux vendus en 2040, dont les utilitaires, soient à faible émission. Cela comprend les véhicules électriques, les véhicules hybrides, ou encore les véhicules à hydrogène. L’objectif intermédiaire est de 20-30% de ventes d’ici 2030. Nikkei, 2 Juin.

  • Japan Railways (JR) va utiliser le shinkansen pour le fret afin de compenser la baisse de revenu dû au COVID-19. Le train à grande vitesse transportera notamment des produits alimentaires frais. Japan times, 20 Mai.

Infrastructures & Villes 

La pénurie mondiale de bois fragilise le secteur de la construction au Japon

La pénurie mondiale de bois et l’inflation des prix qui en suit menacent l’industrie du bois d’œuvre au Japon. En effet, suite à une augmentation soudaine de la demande de bois d’œuvre dû en partie à une reprise économique intense aux Etats-Unis et en Chine,  le prix du bois d’œuvre a fortement augmenté.

Bien que les forêts recouvrent 70% des terres du Japon, environ la moitié du bois d’œuvre consommé est importé de l’étranger et en particulier d’Europe. Or dernièrement, suite à l’accroissement de la demande, la majorité des exportations concerne  le marché américain (Etats-Unis) provoquant ainsi un manque de matière première au Japon.

Conséquence directe, le prix du bois au Japon a triplé par rapport à l’an dernier entrainant alors de graves dommages pour les consommateurs et les différentes entreprises de la filière. Dernièrement, plusieurs médias locaux ont fait état de retard dans la construction de logements et l’entreprise de menuiserie National  AKASE Co. a annoncé qu’elle augmenterait les prix de ses articles en bois à partir de juillet 2021.

Au-delà de l’augmentation des prix, la pénurie mondiale risque de fragiliser les récents efforts du gouvernement pour promouvoir la filière du bois au Japon. En effet, le pays souhaite s’appuyer sur celle-ci pour décarboner le secteur du bâtiment. Or, sans visibilité sur la fin de la pénurie, la flambée des prix pourrait dissuader les entreprises qui souhaiterait se tourner vers ce type de matériaux.  

 

gf

 

Sources Japan times, 6 Juin.

Et aussi...

  • Le Ministère de l’aménagement du territoire, de l’infrastructure, des transports et du tourisme (MLIT) va établir, en collaboration avec les collectivités locales et les différents opérateurs économiques, un plan de décarbonation dans les 125 principaux ports du pays. Cela concernera notamment le développement de voitures alimentées à l'hydrogène, l’installation de panneaux solaires et la création de réseaux (câbles) d’approvisionnement en hydrogène et ammoniac. Yahoo news, 1 Juin

  • Sur les 9 millions de tonnes de déchets plastiques produits chaque année au Japon, environ 100 000 tonnes sont constituées de cuillères et de pailles en plastique jetables. En vue de réduire les déchets plastiques, le gouvernement japonais vient d'approuver une loi de réduction des déchets le 4 juin imposant aux chaînes de restauration rapide de facturer aux clients les ustensiles plastiques jetables à partir de printemps 2022. Toutefois, les petites entreprises seraient exemptées et les grandes et moyennes enseignes de supermarché pourront fournir gratuitement des ustensiles en matériaux biosourcés. Asahi, 5 Juin

  • Kawasaki Heavy Industries Ltd. (KHI), pionnier dans le transport de gaz naturel, a développé le premier bateau transporteur d’hydrogène liquéfié au monde. Construit à Kobe, le super tanker d’une longueur 116 mètres de long  peut transporter jusqu’à 75 tonnes d’hydrogène liquéfié maintenues à une température de moins 253 degrés. Prévu pour assurer les transports d’hydrogène entre l’Australie et le Japon, KHI prévoit d’ouvrir la ligne d’ici le printemps 2022. A terme, l'entreprise prévoit de construire 80 bateaux-citernes pour transporter un total de 9 millions de tonnes d’hydrogène liquéfié. Selon les projections du gouvernement japonais, en 2050, le volume total d’importations d’hydrogène liquéfié est estimé à 20 millions de tonnes, soit environ 5000 fois le volume importé en 2020. The Asahi Shimbun, 25 Mai

Les informations présentées dans cette revue d'actualité sont identifiées par le Pôle Développement Durable du Service Economique Régional de l'Ambassade de France à Tokyo (Direction Générale du Trésor / Ministère de la Transition Ecologique). Elles n'ont aucune vocation d'exhaustivité. Les avis exprimés sont principalement des résumés des articles sources.

Edition préparée par Théo Sigiscar
Relue par Agnes lachaise