La crise économique liée à la pandémie de COVID-19 a pesé sur les échanges commerciaux mondiaux et, de fait, sur les échanges entre la France et l’Indonésie. Les échanges ont chuté de 20,6% en glissement annuel (contre -21,3% au niveau de l’ASEAN) à 2,7 Mds EUR (contre 3,4 Md EUR en 2019). En 2020, au sein de la région ASEAN, l’Indonésie était notre 4ème client (ce qui représente 9% de nos exportations dans la région, derrière Singapour, la Thaïlande et le Vietnam). L’Indonésie était notre 5ème fournisseur (à savoir 10% des importations françaises issues de la région, derrière le Vietnam, Singapour, la Thaïlande et la Malaisie). Ces parts de marché ne reflètent ni le rang de l’Indonésie en tant que première économie de la région (l’Indonésie représente 35% du PIB de l’ASEAN en 2020) ni l’importance de nos investissements dans le pays[1].

 Des exportations fortement dépendantes de l'aéronautique

La crise a provoqué une chute de nos exportations vers l’Indonésie de 34,6% en 2020. Cette baisse est plus importante que celle enregistrée au niveau régional, les exportations françaises vers l’ASEAN baissant de 30,1% en 2020. Les exportations atteignent ainsi tout juste le milliard d’euro en 2020 alors qu’elles s’établissaient à 1,6 Md EUR en 2019. Les aéronefs et engins spatiaux demeurent en 2020 le principal poste d’exportation de la France vers l’Indonésie, à 191,9 M EUR soit près d’un cinquième du total des exportations. L’aéronautique accuse néanmoins un recul de 75,2% en 2020[2].

Les produits laitiers, qui occupaient le deuxième poste d’exportation en 2019 à 70 M EUR, dégringolent de cinq places à 44 M EUR (-60% en g.a.). En effet, au premier semestre 2020, aucun produit laitier de l’UE n’a pu entrer sur le territoire indonésien. Un embargo sur les produits laitiers européens avait été mis en place par l’Indonésie en réponse à l’imposition de droits anti-subvention sur le biodiésel[3]. Les exportations de produits laitiers ont toutefois repris en août 2020.

On observe de façon générale une tendance erratique dans l’évolution des produits exportés. C’est ainsi que les moteurs et turbines pour bateaux se placent désormais en deuxième position des produits français les plus exportés vers l’Indonésie, à 127 M EUR, alors même que ce poste n’enregistrait qu’un million d’euros en 2019.

Hors aéronautique, on observe une hausse des exportations de 6,4% en glissement annuel. Sur le temps long, si les exportations totales fluctuent d’une année sur l’autre, on observe une nette stabilité des exportations hors aéronautique. De 2013 à 2020, les exportations hors aéronautiques ont augmenté de 7,1% avec un minimum de 702 M EUR de biens exportés en 2014 et un maximum de 906 M EUR d’articles en 2018.

L’Indonésie n’échappe donc pas à la grande dépendance du commerce extérieur français à l’aéronautique : près de 50% des exportations françaises vers l’Indonésie ont été consacrées aux aéronefs sur les cinq dernières années.

 Des importations marquées par les chaussures et l'huile de palme 

Nos importations accusent une baisse de 8,3% en g.a. en 2020. La baisse des importations est moins importante que celle enregistrée au niveau régional, les importations françaises en provenance de l’ASEAN chutant de 13,7%. Les importations s’élèvent à 1,7 Md EUR en 2020 contre 1,9 Md EUR en 2019.

Nos importations sont dominées par les chaussures, qui en représentent le premier poste occupant un cinquième du total de celles-ci, à 340 M EUR. De manière générale, la France importe de nombreux produits issus de l’industrie manufacturière, dont des articles de l’habillement (182 M EUR, soit 10,7 % du total des importations de février 2020 à janvier 2021).

Le poste « huiles et graisses » passe du troisième au deuxième poste d’importation le plus important entre 2019 et 2020. Les importations d’huiles et graisses en provenance d’Indonésie se sont élevées à 111,3 M EUR en 2020, dont 106 M EUR d’huile de palme (en hausse de 31% et représentant 96% du montant total), confirmant une tendance haussière significative (près de 30% d’augmentation de 2019 à 2020 avec un triplement du montant en 5 ans). C’est ce que confirment les chiffres en volume avec une hausse de 25% de 2019 à 2020, passant de 154 202 tonnes à 193 347 tonnes. La France (7% des importations européennes venant d’Indonésie, cf. plus loin) importerait en valeur 4,85% du produit de la vente d’huile de palme indonésienne en Europe (2,2 Mds EUR d’importation d’huile de palme en Europe) et 0,9% au niveau mondial. Selon les données indonésiennes de 2019 (dernières disponibles), l’huile de palme se place en tête des exportations indonésiennes vers la France, à 94 M USD soit 79 M EUR.

Globalement, les importations sont en hausse depuis 2013, avec une augmentation de 9,3% entre 2013 et 2020. 

 Un déficit commercial structurel hors aéronautique qui avoisine le milliard d'euros 

Notre déficit commercial vis-à-vis de l’Indonésie s’est accentué en 2020. Il double sur l’année, atteignant 700 M EUR contre 315 M EUR en 2019. Cette augmentation de notre déficit s’explique par la chute de nos exportations de 34,6%, près de quatre fois supérieure à la baisse de nos importations (8,3%). Le solde aéronautique est traditionnellement plus élevé que le solde global, du fait du poids important de l’aéronautique dans les exportations françaises. Si le solde commercial se dégrade lorsque l’on prend en compte l’ensemble des exportations, il a néanmoins tendance à se résorber hors aéronautique, passant de - 1,1 Md EUR en 2019 à -892 M EUR en 2020. 

Si la pandémie affecte l'ensemble des partenaires commerciaux européens de l'Indonésie, la France est particulièrement impactée dans ses exportations

En 2020, la France est le 3ème exportateur européen de produits vers l’Indonésie[4] en termes de valeur (1 015 M EUR, soit 14% des exportations européennes vers l’Indonésie[5]), derrière l’Allemagne (2 084 M EUR, 29%) et l’Italie (1 069 M EUR, 15%). Les machines et appareils mécaniques et électriques figurent parmi les principaux biens européens exportés. Si la baisse des exportations européennes à destination de l’Indonésie est générale (moyenne de l’UE 27 à -23%), elle est particulièrement marquée chez la France (-38,3%), qui figure parmi les quatre moins bonnes performances exportatrices européennes en termes de variation annuelle en 2020, avec la Croatie (-48,3%), Malte (-46%) et la Bulgarie (-45,8%). Les deux principaux concurrents exportateurs de la France enregistrent des baisses moins importantes que la France, à savoir -21,2% pour l’Italie et -24,6% pour l’Allemagne. En revanche, en termes de volume, les exportations françaises ne baissent qu’à hauteur de 1,4%.

En 2020, au niveau de l’UE, la France est le 6ème importateur de produits indonésiens[6] en termes de valeur (1 009 M EUR, soit 7% des importations européennes de produits indonésiens[7]), derrière les Pays-Bas (3 349 M EUR, 24%), l’Allemagne (2 342 M EUR, 17%), l’Italie (1 791 M EUR, 13%), l’Espagne (1 642 M EUR, 12%) et la Belgique (1 263 M EUR, 9%). Les chaussures, l’huile de palme, le matériel électrique et les produits chimiques figurent unanimement parmi les principaux biens indonésiens importés. Si la baisse des importations en provenance de l’Indonésie est commune à l’ensemble des pays de l’UE, qui accuse une baisse à -6,7%, la France fait légèrement mieux que la moyenne européenne, à -5,7% et, du même coup, que les Pays-Bas (-6,3%), l’Allemagne (-7,7%) et la Belgique (-11,7%), mais moins bien que l’Italie (-2,1%) et l’Espagne (-4,8%). Prises en volume, on constate même une augmentation des importations françaises depuis l’Indonésie, à hauteur de 12%.                                                                 


[1]  De plus, les données brutes de nos exportations de biens avec l’Indonésie n’intègrent pas bien le rôle de plateforme joué par Singapour, qui a pour conséquence de ne pas faire apparaître dans les statistiques bilatérales une partie des échanges avec l’Indonésie, comme d’ailleurs d’autres pays de l’ASEAN (à l’image de l’effet Rotterdam en Europe).

[2] Cette chute des exportations aéronautiques vers l’Indonésie s’inscrit dans un contexte général de baisse des livraisons aéronautiques françaises vers l’ensemble de ses partenaires mondiaux (-45,5% en g.a.). De fait, les livraisons d’avions assemblés et les ventes de moteurs et parties d’avions, qui avaient dynamisé les ventes aéronautiques en 2019, contribuent à l’essentiel de la baisse des exportations en 2020, que ce soit au niveau de l’Indonésie ou au niveau mondial.

[3] Pour mémoire, le Parlement français a retiré l’huile de palme de la liste des biocarburants qui bénéficient d'un avantage fiscal à partir du 1er janvier 2020.

[4] D’après les données Eurostat.

[5] Après avoir représenté plus du quart des exportations européennes à destination de l’Indonésie en 2016 (27,8% du total des exportations de l’UE 27) selon Eurostat.

[6] D’après les données Eurostat.

[7] Les importations françaises sont stables dans le temps, avec une part dans le total des importations UE 27 oscillant entre 7 et 8% depuis 10 ans selon Eurostat.