Le DANE a publié sa première estimation officielle de la croissance 2018, tout en révisant fortement à la baisse son calcul de la croissance 2017 (de +1,8% à +1,4%). La croissance 2018 a notamment été tirée par les activités professionnelles, scientifiques et techniques (+5% contre +1,3% en 2017) et l’administration publique (+4,1% contre +3,5%), tandis que le recul des mines (-0,8%) a moins affecté la croissance qu’en 2017 (-5,7%). Plusieurs secteurs en récession en 2017 ont enregistré une croissance positive en 2018 : industrie manufacturière (+2% contre -1,8%), construction (+0,3% contre -2%) et information & communication (+3,1% contre -0,2%). En revanche, l’agriculture affiche un net ralentissement de sa croissance (+2% contre +5,5%). S’agissant du PIB exprimé par la demande, la formation brute de capital fixe enregistre un fort redressement (+3,5% contre -3,2% en 2017).

Le DANE a publié sa première estimation officielle de la croissance 2018, tout en révisant fortement à la baisse son calcul de la croissance 2017 (de +1,8% à +1,4%). La croissance 2018 a notamment été tirée par les activités professionnelles, scientifiques et techniques (+5% contre +1,3% en 2017) et l’administration publique (+4,1% contre +3,5%), tandis que le recul des mines (-0,8%) a moins affecté la croissance qu’en 2017 (-5,7%). Plusieurs secteurs en récession en 2017 ont enregistré une croissance positive en 2018 : industrie manufacturière (+2% contre -1,8%), construction (+0,3% contre -2%) et information & communication (+3,1% contre -0,2%). En revanche, l’agriculture affiche un net ralentissement de sa croissance (+2% contre +5,5%). S’agissant du PIB exprimé par la demande, la formation brute de capital fixe enregistre un fort redressement (+3,5% contre -3,2% en 2017).